Armes. Assujettisement à l’UE. Le référendum sera lancé.

Frank Leutenegger
Journaliste, retraité RTS,  www.swissguns.ch

 

Deux communiqués :

 

La CIT, la Communauté d'intérêts du tir suisse, qui chapeaute plusieurs organisations de défense des propriétaires d'armes vient de publier un communiqué (en français et en allemand), assez mitigé.

 

La CIT félicite le Conseil national (!) pour les quelques pseudo-concessions accordées, comme la décision de ne pas restreindre l’acquisition et la possession des magasins de grande capacité. Puis il annonce ces dernières exigences: pas d'interdiction des armes de tir type Fass 57 ou 90, pas d'obligation de faire partie d'une société de tir et pas d'enregistrement à posteriori.

 

Un peu court, quand on pense à toutes les armes qui seront interdites (carabines semi-auto courtes, carabines semi-auto type AR-15, AK-47 et autres Galil), aux perquisitions prévues, aux tracasseries innombrables annoncées, etc.

 

Enfin... la CIT, la FST et consorts ne prendront une position définitive - pour ou contre le référendum - qu'une fois la loi passée aux Conseil des Etats, en septembre.

 

Nous verrons bien.

 

Nettement plus satisfaisant, le communiqué de l'ASIN, l'Action pour une Suisse indépendante et neutre: le référendum, on y va !

Communiqué de l'ASIN :

 

Le Conseil national se prononce contre les libertés individuelles des citoyennes et citoyens suisses – le référendum sera lancé.

 

Berne, 30 mai 2018 –L’Action pour une Suisse indépendante et neutre (ASIN) n’est guère étonnée : la majorité du Conseil national a décidé de mettre en application dans la loi suisse la directive insensée sur les armes de l’UE. Une majorité des représentantes et représentants du peuple disent oui à un assujettissement de notre pays à l’UE et non à la protection des libertés individuelles des citoyennes et citoyens suisses. L’ASIN condamne les votes haineux des parlementaires issus des partis de la gauche et du centre qui jettent le discrédit sur la tradition d’armes et l’armée de milice de notre pays.  De plus, le Conseil national se laisse de nouveau intimider par l’UE en craignant qu’en cas de non-application de la directive sur les armes de l’UE, notre adhésion à Schengen soit résiliée.

 

Comment un tel Parlement pourra-t-il diriger à l’avenir la Suisse? Une régulation inutile, décidée par la bureaucratie de l’UE et reprise par le Conseil fédéral l’a emporté aujourd’hui. Pour l’ASIN, une chose est certaine: le référendum contre la directive sur les armes de l’UE sera lancé.

 

Frank.A.Leutenegger, 6 juin 2018

 

8 commentaires

  1. Posté par Dede le

    Et je parie qu’ils (CF) ne respecteront même pas le résultat des urnes, comme on le voit de plus en plus souvent!
    Par contre, il faut signer le referendum et ensuite aller voter. On verra après!

  2. Posté par Laurent le

    Ancien armurier par mon commerce ,j’ai vendu des armes pendant 40 ans j’ai pu constater que les possesseurs d’armes ,en Suisse,sont des gens sérieux et n’utilisent pas leur arme pour des raisons futiles .Par contre le Conseil Fédéral ,avec les Socialistes,le GSSA,veulent depuis longtemps désarmer le peuple,car on peut réprimer un peuple désarmé.Alors RESISTONS !

  3. Posté par aldo le

    Je m’étonne qu’aucun média n’ait fait état des condamnations pénales du GSSA. Pourtant ils ont prouvé qu’ils détenaient des armes de guerres avec les munitions en venant les déposer dans une administration au Tessin pour faire une propagande. En gardent-ils encore combien ? pas de réponse ! Les ont-ils refilés à leurs femmes kurde, par exemple…?

    LE PARLEMENT PAS PLUS QUE LE C.F. NE SONT CREDIBLES POUR PARLER D’ARMES ET D’ARMEE. LE PEUPLE DOIT LES BALAYER !

    Proposer que les soldats soient démunis de 50% de gilets par balles c’est démontrer qu’ils n’ont pas de parents ou d’enfants qui pourraient être exposés en cas de guerre. Donc ils sont tous planqués dans le service civil. A voir le Matin, ce ne sont pas des franco-suisses comme Géraldine Savary ou Français qui peuvent s’inquiéter des l’armement des Suisse. Eux ils ont leurs passeports français et on peut supposer leur baraque etc sur France. Des parlementaires multinationaux qui ont une zone de replis en cas de guerre ne sont pas crédibles pour imposer leur vote MAIS COMME ILS AGISSENT COMME DES TRAITRES C’EST SUR QU’ILS NE VONT PAS S’ABSTENIR ! C’est une monstrueuse escroquerie politique qui menace la Suisse et son indépendance. https://www.lematin.ch/suisse/gilet-deux-soldats/story/28132540

  4. Posté par Arnold le

    Au vu des dernières votations du parlement (armes, primauté du droit suisse, charia, etc..) il y aurait, dans un monde normal, largement de quoi faire condamné les trois quarts de ce parlement vendu pour haute trahison. Mais soyons patient, le futur proche s’annonce sombre et l’occasion de juger ces traîtres et ces lâches se présentera. Il ne faut surtout pas oublier, alors faites des listes.

  5. Posté par dissident le

    Ne serait il pas temps de lancer une initiative demandant la suspension de TOUS les accords liant la Suisse a l’U€ ?

  6. Posté par Gérald le

    La junte fédérale au pouvoir doit être destituée car elle ne représente plus le peuple Suisse mais les intérêts de l UE.

  7. Posté par Antoine le

    Que le peuple souverain suisse prenne conscience du problème de base !
    Le Conseil Fédéral et le Conseil Nationale veulent désarmer le peuple !
    Posons-nous la bonne question : Dans quels buts ?
    Il est évident que ce n’est PAS pour notre sécurité ! Nous sommes tous des citoyens/soldats qui avons une relation responsable avec les armes !
    Dénonçons les accords de Schengen, la dictature de l’UE et de son valet le Conseil Fédéral (7 nains) !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.