Matter Thomas, Conseiller national UDC, « Dans le marais bernois », vidéo no 28

Thomas Matter,  CN UDC, « Dans le marais bernois » no 28

https://www.youtube.com/watch?v=4GJ3aWYoSdc&t=221s

 

Traduction en français, merci à J.-D. Ruegsegger

 

Actuellement, le Conseil national débat de l’initiative pour l’autodétermination. Pour cette importante question, le Conseil fédéral a pris le contre-pied de la position qui était sienne en 2010.

 

L’initiative pour l’autodétermination de l’UDC touche un aspect capital de toute collectivité. Qui, dans l’Etat, détient le pouvoir? En Suisse, est-ce le peuple en tant qu’instance faîtière, comme ce fut le cas de façon naturelle durant plusieurs centaines d’années et l’était encore récemment? Ou incomberait-il dorénavant à des juges étrangers et à des organisations internationales d'établir nos lois?

 

Depuis 1848, fondation de notre Etat fédéral moderne, notre Constitution est à la base de notre droit. En 2010, le Conseil fédéral écrivait dans un communiqué « Droit interne - droit international » : « En cas de conflit entre notre droit interne et le droit international, notre Constitution prévaut ».

 

En 2012, trois juges d'une cour du Tribunal fédéral établirent que le droit international aurait la primauté sur notre Constitution, et cette décision trouva confirmation en 2015. Bien des juges fédéraux ne purent que s’en étonner. Par leur préférence pour le droit international, un petit nombre de juges s'étaient institués comme législateurs. Ils ont ôté tout pouvoir au Parlement et au peuple, ce qui n’est rien d’autre qu’un coup d’Etat. Et le Conseil fédéral tout comme le Parlement donnent leur bénédiction à ce coup d’Etat.

 

Dans son message d’opposition à l’initiative pour l’autodétermination, le Conseil fédéral écrit qu’en principe, le droit international doit avoir la primauté sur notre droit suisse. Ainsi, la Suisse est le seul pays au monde à placer le droit international au-dessus du droit interne et à supprimer de la sorte la démocratie directe.

L’initiative pour l’autodétermination n’a d’autre but que de rétablir la situation couronnée de succès qui existait jusqu’en 2012, respectivement 2015. Et quiconque avancerait maintenant les termes de « droits humains » ou d’ « initiative pour la violation des traités » argumenterait de façon erronée mais aussi pernicieuse. Il s’agit là de cercles qui voudraient démanteler nos droits populaires et notre pays.

 

Si vous ne voulez pas abandonner votre droit de vote, rendez-vous aux urnes en novembre et soutenez l’initiative pour l’autodétermination.

Thomas Matter

 

2 commentaires

  1. Posté par JeanDa le

    A quoi est sont les diverses plaintes déposées contre nos autorités ?

  2. Posté par Antoine le

     » Et le Conseil fédéral tout comme le Parlement donnent leur bénédiction à ce coup d’Etat.
    Ainsi, la Suisse est le seul pays au monde à placer le droit international au-dessus du droit interne et à supprimer de la sorte la démocratie directe. »
    Tous des TRAÎTRES à la Patrie ! A destituer et à condamner sévèrement tous ces félons !
    La Constitution suisse doit être respectée, le peuple suisse est souverain. NOS lois au-dessus des lois internationales !
    PAS de juges étrangers !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.