La théorie du genre adoptée

post_thumb_default

 

Il y a de cela quelques années à peine, la théorie du genre faisait partie de ce que l’establishment qualifiait de théorie du complot. Ceux qui osaient dénoncer la théorie du genre se voyaient traiter d’extrémistes de droite, de complotistes et autres termes sidérants visant à les faire taire et à les marginaliser. Mais, force est de constater qu’il ne s’agissait pas d’une lubie : la théorie du genre est désormais implantée dans les écoles, du moins au Québec, et une nouvelle étape vient d’être franchie puisque la Société canadienne de pédiatrie a annoncé y adhérer officiellement.

Dans un document rendu public le 9 mai, l’association médicale stipule que « L’identité de genre désigne la perception qu’une personne a d’elle-même. Le terme genre correspond à l’anglais gender et est aujourd’hui complètement accepté. Auparavant, le terme sexedésignait à la fois la réalité physique et l’identité d’une personne. Il est important de savoir que l’identité de genre se situe sur un continuum. Une personne peut donc être masculine, féminine, ni l’un ni l’autre, les deux à la fois ou se situer quelque part entre les deux ».

Fait intéressant, ce document a été « préparé avec les conseils de l’Association Canadienne des professionnels en santé des personnes transsexuelles et d’Enfants transgenres Canada », deux organismes ayant des intérêts évidents à la reconnaissance de la théorie du genre.

On apprend dans ce document que dès l’âge de 2 ou 3 ans, les enfants « peuvent s’identifier comme garçons ou filles, mais ce terme ne correspond pas nécessairement au genre attribué à la naissance ». Mieux, les enfants « peuvent alterner entre l’identité de garçon ou de fille, ou même s’attribuer d’autres identités de genre à divers moments (parfois même dans une seule journée). Ceci est normal et sain ».

C’est si normal et c’est si sain que ces enfants sont mis sur un piédestal et on en parle comme étant des « enfants créatifs dans leur genre ». Ceux qui se contentent d’être ce que la nature a fait d’eux seraient donc, pour suivre cette logique, des enfants manquant de créativité.

En lien à la fin du document, les pédiatres canadiens font réfèrence au site d’Enfants transgenres, un organisme qui a récemment lancé un jouet transgenre avec l’appui financier du gouvernement du Québec. Ce jouet, qualifié de premier jouet transgenre au monde, est une poupée russe montrant la transformation de la petite Sam en Sam, le garçon adolescent. Chaque poupée dévoile une phase de cette transformation. L’organisme aimerait voir les enseignants employer ce jouet en classe.

En lisant les objectifs derrière la création de ce jouet, il y a de quoi rester pantois : « Afin d’avoir un grand impact avec des répercussions à long terme, nous devions trouver un moyen d’engager les personnes qui façonneront les normes culturelles du futur : les enfants ».

Bref, on ne s’en cache pas, l’objectif est de passer au-dessus des parents pour rallier les enfants, le public vulnérable par excellence ! L’ingénierie sociale atteint un niveau de bassesse rarement égalé et tout ça à visage découvert !

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

Cet article La théorie du genre adoptée est apparu en premier sur Eurolibertés.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

3 commentaires

  1. Posté par Fanfouet le

    Il va falloir introduire le service militaire obligatoire pour tous les sexes ! Parce que comme on va pouvoir changer de sexe (mental) comme de chemise, d’un jour à l’autre et vice-versa, il sera facile de devenir femme juste le jour du recrutement, pour redevenir homme le lendemain…
    Tiens, sur le même sujet: je viens de lire qu’une des nénettes dessinatrices de clitoris sur les chaussées genevoises faisait des études supérieures: un Master en études de genre ! Voilà qui va faire avancer l’humanité ! Pitoyable…

  2. Posté par coiron le

    pas par chez moi

  3. Posté par leone le

    A l’âge de 2 ou 3 ans ma fille s’était, pendant quelques jours, identifiée à un crocodile de ses jouets. Le problème c’est qu’à l’époque les LGBTC (C pour crocodiles) n’existaient pas. Elle a maintenant 40 ans et en souffre toujours.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.