Immigration: Une ville suédoise multiculturelle devient un enfer. Une fille et deux femmes racontent leurs histoires (Vidéo)

Staffanstorp est une petite ville de Skåne, en Suède. Après plusieurs incidents violents, les habitants de la ville, en particulier les femmes, ne se sentent pas en sécurité, rapporte Fria Tider.

Les récits des gens de Staffanstorp ont été rendus publics après que le journaliste d'investigation Joakim Lamotte ait visité la ville. Auparavant, la ville n'était connue que pour un horrible incident au couteau, pour lequel un migrant afghan avait été arrêté.

 

On notera la charmante faune derrière la jeune fille qui est caractéristique désormais de l'Europe.

 

Face à la caméra de Lamotte, les Suédois décrivent la ville comme dangereuse et pleine de violence, avec des gangs qui dominent son espace public.

Une fille raconte comment elle a été harcelée sexuellement et frappée à coups de poing tous les jours dans son ancienne école. "Ils m'ont enfermée dans les toilettes et m'ont frappée. Ils m'ont donné des coups de poing et se sont moqués de moi. Cela arrivait tous les jours », dit-elle.

 

 

"Soudain, ils se sont avancés et ont attrapé mes seins. Après avoir frappé le gars, toute la famille est venue et m'a dit que j'étais un peu excitée et que je devais me taire. Quand je sors avec mes chiens, ils jettent des pierres sur eux », poursuit-elle, soulignant qu'elle a peur de ce qui va arriver à ses frères et à ses sœurs et à ses cousins ​​à l'avenir.

Une femme explique que les enfants affectés (par la situation) exhortent leurs parents à ne rien faire, parce que le gang va se venger sur les enfants. Une autre femme raconte comment elle a été "brutalement" battue par une bande de 15 personnes.

Mais au cours de la diffusion en direct, un avocat politiquement correct intervient soudain et nie toute l'image d'horreur de Staffanstorp. Il affirme que la ville est "paisible" au printemps.

Selon l'avocat, il est totalement déplorable d'inciter à la "haine" au sein de la société. Il prétend que le site internet de Lamotte est "horrible" à lire. Mais l'une des filles répond: "Les gens ont besoin de savoir ce qui se passe!"

Source Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch

 

12 commentaires

  1. Posté par Lore DECHANET le

    J’aime beaucoup la réponse d’un odieux personnage : – « Vous n’avez qu’à appeler la police ! »
    Evidemment ce personnage douteux sait parfaitement que la police est « débordée » et que, de toutes façons, ce sera de la faute de la victime qui aura provoqué ses agresseurs.
    Un dealer m’avait fait la même réflexion, me proposant même son portable pour appeler ses copains de la police, les ripoux du coin. Il bloquait l’entrée d’une université avec sa voiture flambant neuve, université dans laquelle il vient dealer régulièrement.
    Sinon il me conseillait « aimablement » de rouler sur le rond-point au risque d’endommager ma voiture et de repartir en sens inverse du rond-point. En cas d’accident avec un autre véhicule qui serait rentré dans le bon sens, j’aurais été en tort.
    Donc j’ai dû effectivement rouler sur le rond-point pour pouvoir me dégager de ce « piège ».
    Cependant, ascendance italienne oblige, j’ai attendu patiemment que le dealer ait terminé son commerce pour le bloquer à mon tour à la sortie de l’université avec ma vieille voiture… qui était tombée en panne juste quand il voulait sortir, lui ! Pas de chance…
    « Un vomi pour un rendu », comme dirait le défunt Coluche.
    Et nous avons attendu patiemment, tous les deux, que je veuille bien repartir quand j’en avais envie, moi. Il a tenté de « beugner » ma vieille voiture à l’arrière pour me faire peur, mais je lui ai dit que je n’attendais que ça, de pouvoir en changer, de voiture. Car c’est celui qui cogne qui répare ! Surtout avec la vidéosurveillance.
    A la fin, on était presque devenus copains parce qu’il y avait RECIPROCITE d’affection.

  2. Posté par maury le

    La France, terre élue du jihad ! Les chiffres sont effrayants…

    On le pressentait ou on le devinait. Maintenant, on sait.
    Dieu reconnaîtra les siens
    Publié le 26 Mai 2018

    image: http://www.atlantico.fr/sites/atlantico.fr/files/styles/une/public/images/2018/03/000_u87sj.jpg
    La France, terre élue du jihad ! Les chiffres sont effrayants… Molenbeek a eu son heure de gloire. Cette petite ville belge faisait la Une des journaux : nombreux étaient les djihadistes qui venaient de là-bas. Envieux de ce palmarès, ils étaient nombreux en France à en rêver…

    Un rapport du Centre d’Analyse du Terrorisme (CAT) vient de confirmer enfin notre première place dans cette compétition. Molenbeek c’est de la gnognotte. Du pipi de chat. Place à Trappes, Bobigny, La Courneuve, Saint-Denis et Roubaix.

    Le CAT a étudié les profils de 238 condamnés pour terrorisme. Il note que depuis janvier 2013, 980 Français ou résidents ont manifesté des velléités de départ vers l’Irak et la Syrie. Et que des milliers y seraient partis. 1269 individus y seraient encore.

    La lecture des chiffres est certes fastidieuse.

    Mais ne négligeons pas ceux du CAT : ils font froid dans le dos. Au 15 mai 2018, le parquet traitait 513 dossiers liés au djihadisme : 1620 individus concernés ! Il s’agit bien d’un phénomène de masse. 17 affaires impliquant 37 personnes jugées à ce jour depuis janvier dernier.

    Cela se passe devant trois instances judiciaires : la 16e chambre du tribunal correctionnel de Paris, une cour d’assise antiterroriste et aussi – et c’est à pleurer – le tribunal pour enfants. Le rapport cite par exemple le cas d’Abou Ismaïl, un garçon de 13 ans originaire du Val-de-Marne, qui « rêvait de poignarder des kouffars dans la rue ».

    On continue ? Un tiers des 338 cas étudiés sont des « revenants ». C’est-à-dire qu’ils sont revenus en France après un séjour en Irak ou en Syrie. Pourquoi ne les a-t-on pas sanctionnés à leur retour ? Ces djihadistes ont évidemment tué en Irak et en Syrie. Certes, les preuves et les témoignages manquaient pour leur faire un procès et les emprisonner. Mais peut-être aurait-on pu les placer dans un centre de rétention !

    On ajoutera qu’il y a de plus en plus de femmes et de jeunes filles parmi eux. Et que 38% des condamnés ont fait leurs premières armes dans la petite délinquance de cité et le banditisme. Le rapport du CAT ne précise pas l’origine des 338 jihadistes ou apprentis jihadistes. Les statistiques ethniques sont en effet interdites en France.

    Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/france-terre-elue-jihad-chiffres-sont-effrayants-3404389.html#5ahyGhoi1Rh7cEOC.99
    La Suède est déjà soumise !La tolérance envers les barbares servira à les encourager!!
    En France il reste des résistances parmi les citoyens aussi les mahométans se mettent dans la poche les politiques leur promettant de leur fournir des électeurs ,ce qui s’est passé avec Hollande et maintenant Macron !en échange ceux ci font en sorte que leur « pravda » masque le plus possible les méfaits et crimes de ces assassins envahisseurs !MAIS TOUT SE PAIE !!!!

  3. Posté par Heidi le

    Les pays les plus tolérants seront les premiers à tomber. Et malheureusement les sociétés tolérantes ont oublié comment lutter pour garder les droits humains fondamentaux : on n’aura même pas de guerre civile – l’Ouest sera sous le joug d’islam d’ici quelques décennies. Et le pire c’est que nos gouvernents aident la chute puisqu’on n’a plus le droit de critiquer ni la politique ni l’envahison de notre culture.

  4. Posté par G. Tell le

    Ces jeunes filles sont manifestement des neo-nazies d’extrème droite, d’ailleurs leur blondeur et leurs yeux clairs sont bien des attributs confirmant leurs orientations racistes et suprémacistes.

  5. Posté par Socrate@LasVegas le

    Les têtes intelligentes se protègent…arrêtez la zumba et prenez des cours de self-defense!
    La meilleure protection des femmes reste…l’homme blanc 😉

  6. Posté par Tommy le

    On mentionne toujours des  » ils »….
    Peut-on avoir quelques précisions sur leurs origines?
    Je suppose qu’il s’agit de Polonais ou de Vietnamiens.

  7. Posté par Wild le

    Yves, Pas tous les suédois. ce sont des socialos des verts des féministes…
    Une suédoise, avant étudiante, maintenant elle travaille ici.
    Elle ne veut plus rentrer chez elle, elle voudrait faire venir ses parents ici mais….

  8. Posté par UnOurs le

    « On notera la charmante faune derrière la jeune fille qui est caractéristique désormais de l’Europe. »
    Les hauts de Lausanne, l’ouest de Sion etc…
    Bientôt, il faudra exfiltrer les Blancs de ces zones.

  9. Posté par Camp d'Arue le

    Il y a des élections , on n’en sortira pas . . . Le premier pas c’est dans l’urne , après les coups .

  10. Posté par Yolande C.H. le

    Nos sociétés vont tellement loin à policer nos conduites qu’il devient même interdit d’émettre la moindre critique face à des comportements inadaptés voire violents venant d’individus de cultures différentes, par crainte que ceux-ci ne deviennent encore plus violents. On voit bien où se loge la haine, il ne faut surtout pas la provoquer.

    Et on ne peut pas s’attendre de gens ayant intégré des modes de comportements spécifiques qu’ils les modifient, et encore moins si, par rapport à leurs attentes, ils se sentent frustrés de ne pas être pleinement satisfaits.

  11. Posté par Yolande C.H. le

    Odieux la réponse que donne cet homme à cette jeune fille: « vous n’avez qu’à appeler la police! »

    Il n’y a encore pas si longtemps, nul besoin de faire appel à la police pour vivre en sécurité dans nos rues, places publiques, écoles. Et s’il faut appeler la police quand on est attaqué, c’est parce que se défendre soi-même, c’est prendre des risques (il est difficile de faire reconnaître la légitime défense).
    Les assaillants proviennent de régions où l’utilisation de la force et des coups est en usage pour se défendre, ce qui chez nous a perdu de l’importance car inutile. L’augmentation de personnes qui se mettent à la self-défense traduit surtout un changement environnemental qui devient menaçant. Car faire appel à la police quand on est attaqué, ce n’est 1) pas toujours possible 2) risquer d’aggraver la situation (les migrants n’apprécient pas vraiment les forces de l’ordre.

  12. Posté par Yves le

    Les Suédois les ont voulu, qu’ils assument ! Aucune compassion. Mais ce pays représente un bon laboratoire de ce qui va advenir chez nous (installation en cours, comme on dit en informatique), si nous ne réagissons pas très rapidement.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.