Seule la mise en place des principes israéliens peut encore sauver la France

Publié le 22 mai 2018 - par

Il serait stupide de vouloir comparer la situation française, et ses 67 millions d’habitants (dont 10 millions de musulmans), avec celle d’Israël et ses 8 millions d’habitants (dont 20 % d’Arabes). Bien évidemment, l’histoire des deux pays est totalement différente, et leurs traditions également. Notre pays est fier de sa laïcité, et de la séparation du religieux et du politique, concept qui n’existe pas en Israël.

Loin de moi non plus l’idée de vouloir juger l’homme Netanyahou, qu’on dit empêtré dans des affaires de corruption, ni d’entrer dans le débat complexe sur le rôle politique d’Israël dans le monde. Je me contenterai donc, en écrivant cet article avant de rentrer en France, après une dizaine de jours passés dans ce pays que j’ai découvert pour la première fois, de comparer uniquement l’action des dirigeants israéliens, face à la menace terroriste, avec celle des dirigeants français.

Là encore, bien évidemment, la réalité de la situation israélienne, pays menacé de toutes parts par des voisins arabes qui ne lui souhaitent pas que du bien, n’est pas la même que celle de la France. Mais on pourra malgré tout faire remarquer qu’Israël compte 20 % d’Arabes, musulmans et chrétiens (qui ont des députés élus qui siègent au Knesset) et que nos deux pays doivent faire face au même type de terrorisme, aveugle, destiné à tuer des populations innocentes. On pourra également remarquer que ces terroristes, en France comme dans l’Etat hébreu, tuent au nom d’Allah. Il est donc intéressant de comparer la réaction des autorités françaises à celle des autorités israéliennes.

Notre pays a connu, depuis 2015, si on en croit le relevé, fort incomplet (il date d’août 2017), de notre contributeur Maxime Lepante, 189 attentats, 244 morts, 997 blessés.

https://ripostelaique.com/le-vrai-bilan-des-attentats-musulmans-en-france-2015.html

Quelles décisions ont prises les autorités françaises contre les auteurs de ces attentats ? Les lecteurs de Riposte Laïque ne le savent que trop bien. Aucune, et, fait aggravant, ils ont accéléré le flot d’envahisseurs, souvent musulmans, appelés migrants, et les ont imposés à la population française, renforçant ainsi la cinquième colonne musulmane qui, comme le décrit fort bien le journaliste israélien Zvi Yehezkeli, mène un véritable djihad silencieux dans notre pays.

https://ripostelaique.com/video-choc-dun-journaliste-israelien-le-djihad-silencieux-en-france-2e-partie.html

Les dirigeants français ont encouragé l’énorme manipulation autour de « Je suis Charlie », réussissant, avec la complicité des journalistes, à détourner le regard sur la religion des assassins, et à cibler ce qu’ils appellent l’islamophobie. Ils ont multiplié les discours larmoyants, ont facilité les bougies, les pleurs et les fleurs, et ont passé leur temps à exonérer l’islam de toute responsabilité dans ces crimes barbares. Ils ont multiplié, par le Parquet aux ordres et les associations dites antiracistes, les plaintes contre ceux qui voulaient dire la vérité aux Français.

Des paroles graves ont été prononcées. Le président de la République de l’époque, Hollande, a écrit, dans un livre-confession, « Ce qu’un président ne devrait jamais dire », que la France allait droit vers la partition… Et, comme pour accélérer cette catastrophe, il a intensifié l’invasion migratoire.

Le Premier ministre de l’époque, Manuel Valls, a, lui, expliqué aux Français qu’il n’y avait rien à faire contre le terrorisme, que cela allait durer 20 ans, qu’il allait encore y avoir beaucoup de morts, mais que cela serait un mauvais moment à passer, et qu’ensuite, grâce à l’islam de France, cela irait mieux.

Le plus catastrophique ministre de l’Intérieur de la Cinquième République, Bernard Cazeneuve, a bradé tous nos principes laïques, lors de l’été 2015, et a passé sa vie dans les mosquées, à rompre le jeûne du ramadan et à expliquer aux musulmans que l’islam était une religion formidable, qui avait toute sa place en France. Et comme il avait sans doute, malgré les attentats, beaucoup de temps libre, il a déposé quatre plaintes contre Riposte Laïque, qui me valent quelques convocations policières et judiciaires, bien que je n’en sois plus le président depuis 2012, ce que la Cour d’Appel de Paris vient de confirmer.

Les autorités françaises ont refusé de renforcer les forces de l’ordre, comme l’a demandé le président du Parti de la France, Carl Lang, qui réclamait la création d’une vraie garde nationale, forte de 100.000 hommes. Elles n’ont pas davantage donné suite à une autre idée, de Robert Ménard, qui, évoquant une garde biterroise, proposait de renforcer les forces de l’ordre par d’anciens militaires, d’anciens policiers, des pompiers ou des tireurs sportifs. Les journalistes de notre pays, complétant le travail des politiques, ont stigmatisé Donald Trump, quand celui-ci a fait la démonstration que si des personnes avaient été armées au Bataclan, il y aurait eu moins de victimes.

Mais en France, nos dirigeants préfèrent asservir les citoyens, les infantiliser, et les envoyer à la mort, plutôt que de leur donner les moyens de se défendre, face à des terroristes musulmans et des racailles quotidiennement armés, eux. Nos ministres préfèrent le « Vous n’aurez pas ma haine » d’Antoine Leiris…

Le Premier ministre de Macron, Edouard Philippe, a expliqué aux députés français qu’il était impossible d’interdire le salafisme en France, ni d’expulser les fichés S étrangers, et encore moins de les mettre en prison pour protéger les Français. Le nouveau président de la République, Emmanuel Macron, a lui expliqué que les attentats musulmans étaient des « impondérables ».

Concernant nos frontières, la priorité de l’Etat français paraît être de réprimer les Identitaires qui, au col de l’Echelle, ont montré la porosité de ce passage, qui permet à des clandestins de continuer à entrer illégalement dans notre pays. Et Borloo, avec son nouveau plan banlieue, exige une discrimination positive au sein de l’Armée française, malgré la multiplication de témoignages montrant des musulmans se comportant, sous les drapeaux, de manière hostile à la France, parce qu’ils refusent de combattre leurs « frères ».

Bref, nos dirigeants, qui nous disent que nous sommes en guerre, mais ne nomment jamais l’adversaire, ont continué, attentat après attentat, agression après agression, à tenir des discours d’impuissants, et à laisser les Français désarmés face aux kalachnikov ou aux couteaux islamistes. La dernière victime, poignardée place de l’Opéra, le 12 mai dernier, était âgée de 29 ans, et n’avait eu que la malchance de croiser un Tchétchène que nos criminels dirigeants avaient accepté, puis naturalisé français. Presque tous les auteurs d’attentats sont fichés S, ont été interrogés par les forces de l’ordre quelque temps avant de passer à l’acte, mais ont été laissés en liberté.

Encore pire, on accepte le retour de plusieurs milliers de djihadistes qui sont allés se battre pour l’Etat islamique en Syrie, et ils se retrouvent en liberté !

Aussi, j’ai repris, à Bordeaux, une formule du vicomte Philippe de Villiers, qui disait que les dirigeants de ce pays, qui ont permis l’invasion migratoire et l’islamisation de la France, avaient sur les mains le sang de toutes les victimes d’attentats (7e minute).

Comment Israël, et particulièrement Benjamin Netanyahou, a-t-il fait face à la situation du terrorisme en Israël ? D’abord, dans le quotidien, le problème de l’armement de la population, que personne n’a osé aborder en France a été résolu depuis longtemps. La police israélienne, c’est 25.000 salariés, et 75.000 volontaires, soit 100.000 personnes, pour une population de 8 millions d’habitants. Comparé à la population française, cela ferait donc 800.000 hommes dans la police, armés.

Tsahal, l’armée israélienne, comprend 200.000 militaires opérationnels à tout moment, dont 50.000 engagés et 150.000 appelés. S’ajoutent à cette force 420.000 réservistes, mobilisables jusqu’à 42 ans. Les hommes effectuent un service de trois ans, à partir de 18 ans, alors que les filles font deux ans. Il n’y a pas d’Arabes appelés par l’Etat hébreu, mais ils peuvent demander à devenir volontaire, et leur candidature est alors examinée avec un grand soin. Tsahal, comparé à la population française, ce serait donc 1,6 million de militaires actifs, et plus de 3 millions de réservistes, armés.

La grande majorité des Israliens sait se battre, se servir d’une arme, et faire face à une agression physique. J’ai passé, en Israël, une dizaine de jours au milieu de jeunes garçons et de jeunes filles armées. J’ai vu, lors du premier soir, dans un train, une gamine toute jeune, qui faisait probablement son service militaire, avec une arme automatique à la hanche. Sa présence paraissait rassurer l’ensemble du wagon. J’ai vu, dans Jérusalem, le jour de la fête des drapeaux, ce qu’était une vraie présence policière et militaire, et une vraie protection d’une population. J’ai vu, dans un grand hôtel touristique, à Ashdod, une guérite discrète, à l’entrée, avec, 24 heures sur 24, un policier armé. J’ai mangé, à Jérusalem, à côté d’un réserviste israélien discrètement armé. N’en déplaise aux pleurnicheurs français, qui laissent nos compatriotes désarmés se faire tuer régulièrement par des djihadistes surarmés, je ne me suis jamais senti mal à l’aise, ni en danger, au contraire.

Ce qui m’a surtout marqué, c’est la communion de ces forces de l’ordre avec la population. J’ai vu des militaires très décontractés, armes automatiques à la hanche, manger des glaces avec d’autres jeunes civils, rigoler avec eux. Par contre, quand il y a alerte, cela ne plaisante plus, ils sont en ordre de marche.

Quand j’étais à Jérusalem, un acte terroriste a eu lieu, pas loin d’où je résidais. Un arabe a demandé une cigarette, puis a volé tout le paquet d’un juif (c’est bizarre comme ces anecdotes se répètent dans nombre de pays). Rattrapé, il a blessé à la gorge celui qu’il avait volé, avant de se faire désarmer et tabasser comme il faut par la famille de la victime. La police est arrivée dans la minute qui a suivi l’agression, et la famille qui a cabossé quelque peu l’agresseur n’aura aucun ennui, bien sûr.

Quand je pense que lors de l’attentat de Nice, qui, le 14 juillet 2016, fit 87 morts, il a fallu près de cinq minutes aux policiers pour abattre le criminel ! Quand j’ai lu que Collomb, lors de l’attentat de l’Opéra, a félicité ses policiers pour leur « sang-froid », sachant qu’ils sont arrivés 9 minutes après le coup de fil les alertant, je me dis qu’heureusement que l’assassin tchétchène n’avait qu’un couteau. En Israël (ou aux Etats-Unis), une telle situation est simplement impossible.

Israël, devant la multiplication des attentats terroristes, qui ont coûté la vie à plus de 800 civils israéliens, et la prolifération des attentats suicides, a décidé de taper du poing sur la table, et de construire un mur, autour de la Judée-Samarie, de 700 kilomètres, pour empêcher les assassins de pouvoir entrer librement en Israël. Naturellement, la communauté internationale a gémi, la gauche israélienne a protesté, on a comparé l’initiative au mur de Berlin, puis à l’Afrique du Sud de l’apartheid, il n’empêche, même si le risque zéro n’existe pas, les résultats ont été très spectaculaires : 80 % d’attentats en moins !

http://embassies.gov.il/paris/NewsAndEvents/Pages/Chronologie-des-recentes-attaques-terroristes-en-Israel.aspx

Si on parle des frontières, il est intéressant, là encore, de comparer les réactions des deux pays. J’étais en Israël lorsque le Hamas a envoyé ses militants derrière les femmes et les enfants, pour tenter de forcer la frontière israélienne. J’ai essayé, dans cet article, de démonter la grossièreté des mensonges de la classe politique française, et des journalistes, qui nous expliquaient que les méchants soldats israéliens avaient tiré sur des civils désarmés et tué d’innocents enfants.

https://ripostelaique.com/macron-et-melenchon-demandent-a-israel-de-laisser-le-hamas-exterminer-les-juifs.html

Netanyahou et Liberman, ministre de la Défense, savaient que s’ils laissaient passer les tueurs du Hamas, ce serait un massacre de la population israélienne qui se réaliserait.

J’ajoute que dans ce pays, il n’y a pas de chômage, ni de petite délinquance crapuleuse, ni d’association dite antiraciste, et que bien évidemment, la police et l’armée sont respectées. En outre, le travail prime sur l’assistanat, bien sûr.

Je ne suis pas juif, ni croyant, mais je suis admiratif devant ce peuple, sa jeunesse, sa volonté de vivre, sa détermination, son amour de son pays, de sa culture, de son Histoire, et les prouesses technologiques qu’il réalise depuis 1948. Israël paraît un chantier permanent, avec des grandes grues partout. Ce pays, qui doit faire un exceptionnel effort de guerre pour survivre (deux agressions arabes menées en 1967 et 1973, plus deux Intifadas) a réussi à transformer un désert en capitale de la cybersécurité (Beer Sheva), à multiplier les fouilles archéologiques, à faire pousser des milliers d’arbres, et à dynamiser ses grandes villes.

http://www.lepoint.fr/monde/israel-fait-fleurir-une-capitale-de-la-cybersecurite-dans-le-desert-31-01-2016-2014265_24.php

J’ai rencontré, lors de ce séjour, avec Christine Tasin, à l’invitation de notre président, Guy Sebag, quelques Français qui m’ont expliqué pourquoi ils avaient fait leur alya (choix pour un juif d’émigrer en terre sainte). J’ai presque toujours entendu le même discours : la tristesse de quitter une France qui se laisse mourir, et devient trop dangereuse pour les juifs, la difficulté d’apprendre l’hébreu et de s’adapter à une nouvelle vie, mais aussi et surtout l’espoir de retrouver un idéal qu’ils avaient perdu en France.

J’envie les Israéliens d’avoir su se doter de dirigeants qui aiment leur pays, et se donnent comme mandat de défendre leur population.

Nous savons, nous, parce que nous sommes lucides, que la France est la première cible des djihadistes. Nous savons que les attentats ne sont que la face visible de l’iceberg. Nous savons que des dizaines de milliers de soldats dormants attendent le moment opportun pour passer à la troisième phase du djihad.

Parce que nous avons lu René Marchand, d’autre part, nous connaissons également toute la stratégie des soldats d’Allah, pour nous faire la guerre, et nous savons que, ce faisant, ils se comportent en bons musulmans, respectant les textes sacrés de l’islam.

https://ripostelaique.com/rene-marchand-voila-comment-l.html

Nous savons que l’interdiction de tout signe visible de l’islam, et la remigration de tous ceux qui veulent nous imposer la charia sont nécessaires… mais ne pourront se concrétiser que si la France s’en donne les moyens.

Il n’y aura donc pas de survie possible de notre pays si nous n’imitons pas au plus vite ce qu’il y a de mieux dans le modèle israélien… en conservant notre modèle laïque, et en oubliant le poids, un peu lourd, de leurs religieux !

Aux pacifistes gémissants qui nous diront qu’imiter les Israéliens, ce serait la guerre en France, nous leur répondrons que la guerre existe déjà, et que pour le moment, elle oppose des agresseurs lourdement armés à une population désarmée à qui l’Etat n’est plus capable d’assurer sa sécurité.

Pour l’instant, nous sommes encore les plus nombreux, ce qui ne sera plus le cas dans quelques dizaines d’années. Donc, si nous voulons que notre France survive, il nous faudra apprendre à nous défendre, comme savent le faire la majorité des Israéliens, et élire en France des dirigeants de la trempe de Netanyahou qui nous en donneront les moyens.

Pierre Cassen

Source : https://ripostelaique.com/seule-la-mise-en-place-des-principes-israeliens-peut-encore-sauver-la-france.html

 

8 commentaires

  1. Posté par lafronde le

    Ce qui est bon pour Israël et les israéliens est bon pour la France et les français. Liberté identitaire, port d’armes, séparation d’avec les islamiques. Mais la République française comme toute l’UE a renié le principe de préférence nationale. C’est une faute législative gravissime. Un Etat qui non content de ne pas favoriser ses nationaux, favorisent les étrangers sur le critère de la pauvreté volontaire ! (la misère des populations islamiques est feinte, c’est pour cette raison qu’ils en interdisent l’accès à la Police, sans parler du fisc !).

    Le 1er ennemi d’un libre citoyen européen, ce sont ses politiciens professionnels, souvent clientélistes dans le sens du vent pas très courageux. Tel est le résultat de la Démocratie centralisée et monopolistique. Les pays qui s’en sortent le mieux sont ceux qui respectent la Liberté identitaire, ou droit d’association des autochtones (ou de non association avec n’importe quel allochtone). Les pays fédéraux et confédéraux ont aussi l’avantage d’avoir des élections décentralisées et plus proche du citoyen. Le contraire de la France, pays cooptation politico-mediatique d’un président tout-puissant.

  2. Posté par World War Z le

    La France du XXIe siècle subit un taux d’occupation supérieur à celui de la deuxième guerre mondiale. Et là l’Oncle Sam ne peut rien faire pour elle, sauf montrer l’exemple à 15H17. Donc si la France ne veut pas sombrer comme le Liban, il faut qu’elle mettre en place les principes combatifs d’Israel et renonce par ce biais à l’imposture antiraciste et pacifiste intra-territoriale nuisible à la culture judéo-chrétienne.
    Voyez en Israel comme la gauche pacifiste se casse la figure!

  3. Posté par monde-tombé-sur-la-tête le

    L’armement le plus urgent et l’armement moral ! Une fois les idées en place et les chats appelés chats, le reste va suivre.

  4. Posté par Socrate@LasVegas le

    En Suisse, avant de construire un mur, il faut impérativement RETROUVER LE CONTROILE DE NOS FRONTIERES!!
    – EXIT SCENGEN
    – JAMAIS D’ACCORD CADRE

  5. Posté par coocool le

    Cela vaut aussi pour la Suisse !

  6. Posté par antoine le

     »Aux pacifistes gémissants qui nous diront qu’imiter les Israéliens, ce serait la guerre en France, nous leur répondrons que la guerre existe déjà, et que pour le moment, elle oppose des agresseurs lourdement armés à une population désarmée à qui l’État n’est plus capable d’assurer sa sécurité »
    Ce n’est PAS la police, la gendarmerie ou l’armée qui viendront à notre secours lorsque le chaos voulu par les muzz arrivera.
    Défendons-nous même, armons-nous pour nous défendre !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.