Islam radical dans les médias : de quoi cette empathie est-elle le nom ? L’exemple de Libération

post_thumb_default

 

Islam radical dans les médias : de quoi cette empathie est-elle le nom ? L’exemple de Libération

Alors que débute le Ramadan et que 300 imams étrangers arrivent sur le territoire national, une étrange ambiance règne dans les médias quand il s’agit d’évoquer l’islam radical. Un cas d’école avec Libération, le 14 mai 2018.

L’article Islam radical dans les médias : de quoi cette empathie est-elle le nom ? L’exemple de Libération est apparu en premier sur Ojim.fr.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

2 commentaires

  1. Posté par lecteurdelapresse le

    L’article de Libération est édifiant :
    Déjà on apprend que le mantra des médias qui consiste à dire qu’ « il ne faut pas confondre islam et islamisme » n’est pas fiable, car les apprentis terroristes disent la même chose :
    « Mais Hakim tenait toujours à ce qu’on ne fasse pas d’amalgame entre l’islam et le terrorisme ».

    Ensuite on apprend que s’appuyer sur les mosquées pour faire « l’islam de France » ou « l’islam de Suisse » n’est pas un rempart contre le terrorisme :
    « Ils allaient souvent à la mosquée ensemble [Khamzat et Hakim, ndlr] ».

    On apprend aussi que prôner le port du voile le voile, ce n’est pas qu’une affaire de modérés comme on nous demande de le croire : « J’ai une amie musulmane à qui il disait qu’elle devait se voiler, mais il exprimait son opinion « .

    On apprend que ces gentils « modérés » qui allaient à la mosquée, prônaient le port du voile, et semblaient si « normaux » ne prônaient même pas ouvertement la violence :
    « Il ne le faisait pas d’une manière extrême.Aucune violence n’était prônée explicitement ».

    Eh bien, cela renverse toutes le théories de nos chers spécialistes sur ce qu’est la radicalisation. Apparemment, fréquenter la mosquée, prôner le port du voile et ne pas être extrême ou violent explicitement, cela a suffit dans ce cas pour fabriquer un assassin qui tue au non du coran.

    En fait, il a du le lire ce fameux coran :
    S. 9 v.111
    « Certes, Allah a acheté des croyants, leurs personnes et leurs biens en échange du Paradis. Ils combattent dans le sentier d’Allah : ils tuent, et ils se font tuer. C’est une promesse authentique qu’Il a prise sur Lui-même dans la Thora, l’Évangile et le Coran. Et qui est plus fidèle qu’Allah à son engagement ? Réjouissez-vous donc de l’échange que vous avez fait : Et c’est là le très grand succès. ».
    Ce jeune homme a simplement cru ce que lui disait son livre saint et l’a mis en pratique.

  2. Posté par P. le

    Lorsqu’un blanc fait un massacre dans une école américaine, les journalistes appuient bien sur « ses affinités avec les mouvements néo-nazis ». Mais quand un musulman fait un carnage, ce n’est jamais ses idées personnelles. Ou ce qu’il est vraiment. C’est toujours parce qu' »on » l’a endoctriné. Par contre, on ne sait jamais qui est ce fameux « on ».
    Un peu comme modération. On me dit toujours de boire avec modération, mais je ne l’ai jamais trouvé 🙂

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.