Nigel Farage sur l’avenir de l’Europe : la Grande-Bretagne n’est que la première brique à tomber du mur

Intervention de Nigel Farage au Parlement européen, lors du débat sur l’avenir de l’Europe, le 3 mai 2018.

C’est tout de même extraordinaire que, malgré la présidence de M. Juncker, du Premier ministre belge Charles Michel, et des leaders de tous les principaux groupes, dans ce débat qui porte sur l’avenir du projet européen, vous ayez à peine mentionné l’événement le plus important depuis la création de l’UE il y a 60 ans, le Brexit. Vous ne voulez pas parler du Brexit !

Si vous aviez fait quelques modestes concessions depuis que David Cameron est venu ici au PE négocier afin d’obtenir votre accord pour le contrôle des frontières, le Brexit n’aurait pas eu lieu.

Mais non : aujourd’hui encore, vous répétez sans cesse que nos citoyens veulent plus d’Europe. Nous avons un problème avec le chômage des jeunes dans le bassin méditerranéen, réponse : plus d’Europe. Le problème de terrorisme : créer une CIA européenne. La taxations et les régulations : aucun État membre ne peut décider lui-même, tout doit être décidé ici, nous avons besoin de plus d’Europe.

Pour le contrôle de la migration, beaucoup d’entre vous ont décidé que les quotas de répartition étaient une bonne idée. Mais les pays membres de l’UE commencent à se réveiller et à comprendre qu’on ne peut pas être à la fois un Etat-nation démocratique et membre de l’UE. Je pense donc qu’il s’avèrera que le Brexit n’est que la première brique à tomber du mur. Regardez les résultats des votations en Italie, en Hongrie !

La survie ou non du projet européen dépend de notre compréhension ou non de ce qu’est une nation.

Quelle est l’unité à laquelle nous donnons notre allégeance, payons nos impôts, et que nous serions prêts à défendre s’il le faut ? La population européenne ne s’identifie pas avec le drapeau européen (contrairement par exemple à M. Verhofstadt), ni avec les institutions de son parlement. Seule exception peut-être, la Belgique, qui n’est pas une nation, c’est une création artificielle britannique. Les deux parties de la Belgique ne parlent pas la même langue, elles se détestent, elles n’ont pas de TV ou de presse nationales. La Belgique n’est pas une nation, et c’est peut-être pour cela que vous êtes si contents de pouvoir rejoindre le niveau supérieur européen.

Mais je peux vous dire, vous perdrez les élections. Le Brexit, c’est la première brique qui tombe du mur. Vous n’avez tiré aucune leçon de ce qui s’est passé : les jours du projet européen sont terminés. Nous voulons vivre dans des États-nations et pas dans une création artificielle et fausse.

Merci de votre attention, amusez-vous bien. Oh, et réjouissez-vous des élections européennes de l’année prochaine ! On va bien s’amuser !

Le président rappelle à NF qu’il touche un bon salaire pour être député au PE.

NF répond que son job prendra fin avec le Brexit et qu’il a lui-même milité et voté pour le Brexit.

Résumé Cenator pour LesObservateurs.ch

7 commentaires

  1. Posté par Dani le

    vous auriez dû aussi traduire sa toute dernière phrase, qui selon moi est son apothéose et m’a fait rouler à terre de rire: après avoir répondu au speaker, qui lui reproche son salaire de député, que son mandat finit avec le Brexit et qu’il a voté pour le Brexit, il ajoute: I am the turkey that voted for Christmas (je suis la dinde qui a voté pour Noël). Bravo Nigel!

  2. Posté par Martin Leu le

    Quel remarquable orateur, Nigel Farage. Si seulement nous avions son clone en Suisse ! Personne, au Conseil fédéral comme dans les parlements fédéraux (et à la tête des partis), où presque tous les élus – sauf les UDC – travaillent à la disparition de notre pays, ne lui arrive à la cheville ! Idem à la tête des partis !

  3. Posté par SD-Vintage le

    @ Cénator, comme les peuples allemand et français sont extrêmement lâches, j’en doute.

  4. Posté par Mauron le

    Hélas ma grande peur c’est que les Britanniques n’en sortiront pas aussi facilement qu’on veut bien le dire et surtout que nous les Suisses allons sauter dedans à pieds joints !

  5. Posté par Antoine le

    Et tous nos Conseillers Fédéraux qui essaient de nous forcer la main a accepter l’accord-cadre avec l’UE QU’ON NE VEUT SURTOUT PAS !

  6. Posté par Fleeps le

    Une personne m’a dit qu’une bombe avait explosé dans le parlement de Bruxelles ! J’espère que c’est pas vrai!

  7. Posté par Adrien le

    En finir le plus vite possible avec cette Europe du malheur, de la misère, de l’immigration et du chômage. Cette Europe est une imposture.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.