A qui profite le crime ?

Christian Vanneste
Président du RPF, député honoraire
post_thumb_default

 

peaceandlovePendant une heure, 1200 gauchistes de noir vêtus et bien équipés ont pu se réunir en amont du cortège de la CGT qui devait partir de la Place de la Bastille. Ils ont pu détruire des magasins sans la moindre intervention policière. Les images filmées sans difficulté ont ainsi montré comment un Mac’do avait été consciencieusement  explosé et incendié. D’autres commerces ont subi le même sort. Du mobilier urbain a été saccagé. Des feux ont été allumés dont les flammes léchaient les étages des immeubles, c’est-à-dire les appartements qui se trouvent au-dessus des rez-de-chaussée commerciaux. Les commentaires sur les chaînes d’information reprenaient en boucle trois phrases : la première, insistante, répétait que le message de la CGT allait être « brouillé » ;  la seconde rappelait le slogan des vandales promettant l’enfer pour Macron et son monde ; la troisième évoquait les craintes de la Préfecture, qui manifestement était bien informée de ce qui allait se passer.  Même la personne la plus raisonnable, la moins encline à voir des complots partout, ne peut qu’être troublée. Le simple bon sens suggère l’idée d’une manipulation éhontée, qui décidément souligne une fois de plus combien notre malheureux pays s’est éloigné de ce que doit être une démocratie.

Une démocratie doit marcher sur deux pieds : la souveraineté populaire et l’Etat de droit. Le régime instauré par l’élection d’Emmanuel Macron a tendance à privilégier la forme du second par rapport à la réalité du premier, l’Etat de droit plutôt que la volonté populaire, suivant l’idéologie dominante de l’oligarchie qui nous gouverne. Or, aujourd’hui, cet Etat de droit a été sciemment foulé aux pieds. La première mission d’un Etat est effectivement de faire respecter le droit, pas seulement celui des immigrés clandestins, si tant est qu’il existe, ni celui des islamistes fichés S, mais celui des citoyens, des commerçants, des propriétaires, des résidents. Les premiers doivent jouir du droit de manifester légalement, les seconds d’exercer leur activité, les troisièmes de voir leurs biens protégés et les derniers d’habiter paisiblement leur logement ou de le quitter pour aller où bon leur semble. Pendant une heure, ces droits ont été volontairement suspendus par une autorité étonnamment défaillante. Le terrain a été abandonné aux exactions des casseurs. Or, le pouvoir ne peut bénéficier ni de l’excuse de la surprise, ni de celle du manque de moyens. Les appels lancés sur les réseaux sociaux avaient été perçus et avaient donc suscité les craintes de la police qui a disposé du temps et des effectifs nécessaires pour prendre des mesures. Or, les « forces de l’ordre », que j’ai vues beaucoup plus dissuasives lors des défilés de la Manif Pour Tous, avec des interpellations en amont, par exemple, ont laissé arriver sur place plus de mille énergumènes casqués et habillés de noir, munis de sacs à dos contenant le matériel de camouflage et de vandalisme, donc parfaitement repérables. Elles n’ont opéré ni contrôle, ni fouille, et ne sont intervenues avec des moyens proportionnés qu’après les « débordements » et dans la fumée spectaculaire des incendies. Le Mac’do était nécessaire pour les images du soir, pour montrer que les mouvements sociaux génèrent la chienlit, et qu’il faut qu’ils cessent. Dans un Etat de droit, dans une démocratie, le pouvoir doit empêcher la violence et permettre les manifestations pacifiques. Sous un autre régime, il fait en sorte de « brouiller » le message de l’opposition. Notre seule consolation est qu’il y a un troisième régime, celui où l’on tire sur des manifestants, même pacifiques.

Le slogan qui cible Macron et son monde permet de globaliser le désordre et la manifestation, les Black blocs et la CGT en un même tout. C’est contre « notre » Président que convergent les forces du désordre. Il est donc temps qu’il revienne du Pacifique pour rétablir le calme. Cela rappelle quelque chose… M. Macron pensait commémorer Mai 1968. Il le fait, en tentant de reproduire le scénario. La chienlit d’abord, pendant que le chef n’est pas là, puis le rassemblement derrière lui du bon peuple de droite. Sauf qu’en 1968, la contestation, pour absurde qu’elle fût, était spontanée et considérable au point de dépasser pendant un temps le gouvernement. Cette fois, il faut craindre que, de manière parfaitement préméditée, le pouvoir laisse monter la violence pour en tirer un bénéfice politique, en discréditant le mouvement syndical et en séduisant les partisans de l’ordre. Depuis un an, les Français se sont donnés à un pouvoir qui les méprise au point de les manipuler sans vergogne. Aujourd’hui, l’Etat de droit n’a pas été respecté, et sans doute, dans l’intention d’utiliser politiquement les effets de cette situation. Chienlit et manipulation : ce sont bien les deux pieds de la démocratie qui ont été brisés, et c’est infiniment plus grave que la vitrine d’un Mac’do !

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

2 commentaires

  1. Posté par Michel le

    Et oui, Macron envisageait de commémorer les 50 ans de mai 68, il va les rejouer à sa manière.
    Après les Zadistes, les « étudiants », les autres d’extrêmes gauches, les Black blocs sont de sortie. Tous les casseurs, les illuminés, les décérébrés issus des générations Mitterrand sont sur le pavé à baver leur haine de la société.
    Il est assez machiavélique pour avoir laissé pourrir toutes ces situations, afin de pouvoir par ce biais, enfin prendre des mesures « d’exception », non pas destinées à contrer d’abord, ces ramassis de gochos séditieux, mais pour en user prioritairement, à l’encontre de certaines vraies oppositions, celles dites « de droite », comme les Patriotes, les Identitaires… Celles qui protestent, mais tout en restant dans la Légalité, et qui sont pour lui des épines dans le pied, qui le gênent pour continuer sa marche vers la dictature européiste. C’est comme sa prétendue lutte contre les fake-news.
    Ne nous laissons pas abuser, pas de rassemblement autour de lui, comme l’an dernier, ne soyons pas encore les dindons de la farce.
    L’Union Sacrée, ce sera pour rétablir l’Indépendance de la France, et sa Liberté de laisser entrer qui elle veut sur son territoire !

  2. Posté par Socrate@LasVegas le

    Mais quand donc ces politiciens de pacotille vont arrêter avec leurs cris de vierges effarouchées au sujet de la démocratie!??
    Chers voisins français…vous n’avez pas su faire valoir vos droits…ou plutôt vous avez laissé naboléon vousles confisquer lorsqu’il a signé comme un seul homme le traité de lisbonne que vous aviez refusé à 56% sous le nom de Maastricht!

    Depuis vous n’êtes plus ni ne serez plus en démocratie, vous êtes piégés dans l’ue des multinationales, du dumping salarial et de l’eurislam. Votre président n’est un Kapo aux ordres de junker dont je rappelle la plus emblématique citation du 25 janvier 2015:

    « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens »

    TOUT le reste n’est que littérature…Est-ce trop difficile à comprendre pour vous?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.