Les journalistes attaquent en meute l’école de police de Savatan

des-hyenes-se-mobilisent-pour-voler-une-carcasse-a-des-lions_70341_wide

113944468

Lausanne Cités, 24 heures, Le Matin et même le journal de la Migros ont consacré des pages pour attaquer la formation des policiers à Savatan.

Hier (25 avril 2018), 24 heures et la Tribune de Genève em remettent une couche : « Police, le badge de l’Académie de Savatan suscite la polémique. Il n’y a pas de gendarmerie suisse. Et pourtant, l’école de police affiche un insigne qui affirme son existence. Les fédéralistes choqués ! »

Comme tempête dans un verre d'eau, difficile de faire mieux ! Les forces de l'ordre n'ont-elles vraiment pas de préoccupations plus importantes ?

https://www.24heures.ch/suisse/suisse-romande/Le-badge-de-l-Academie-de-Savatan-suscite-la-polemique/story/31220200

https://es-la.facebook.com/tdg.ch/posts/1715093028530175

Le mobbing des médias dure depuis au moins une année. Le scandale, créé de toutes pièces à la commande de certains politicards, a débuté avec le livre d’un sociologue de gauche (quel doux pléonasme), David Pichonnaz, qui a publié en  2017 «Devenirs policiers». Ensuite, ce sociologue a été interviewé par la quasi-totalité des médias romands et surtout par la RTS. Le bon peuple devait savoir la vérité : il y a un gros problème avec l’école de police de Savatan !

Comme d’habitude, les journalistes attaquent en meute. Le bon peuple ignorait totalement cette problématique – « un fonctionnement martial et militaire avait pris pied dans cette école » – jusqu’à ce que nous soyons éclairés par l’excellent article de Monsieur Perrin.

Monsieur Yvan Perrin, avec sa verve merveilleuse, nous a apporté la pièce manquante du puzzle. Les lecteurs ont alors compris que non seulement les gauchistes voulaient transformer nos policiers en psychothérapeutes et en assistants sociaux engagés à gauche, mais qu’en plus ils trouvaient leur responsable trop « viril »… bref, ils cherchent à lui faire la peau.

Depuis longtemps, en Suisse romande, dans les facultés de sciences humaines, dans l’enseignement supérieur, la quasi-totalité des professeurs ont été progressivement remplacés par des profs d’obédience gauchiste. Les facultés comme l’économie, le droit, proposaient auparavant aussi les points de vues de penseurs de droite, mais ils se sont fait remplacer par des professeurs épris de marxisme culturel. Même les facultés de médecine ont été noyautées peu à peu, les hautes écoles sociales, en somme la totalité des sciences humaines, sans parler des usines à diplômes bidons comme l’université du développement et ses dérivés, formatant depuis cinq décennies le cerveau de la jeunesse à la pensée unique.

Il restait encore un dernier bastion qui résistait : l’école de police de Savatan. Pas de policières à barbe, pas de foulard islamique, pas de couple pacsé en patrouille, pas de policier en hauts talons, ni même d’agent qui change de camp lors des défilés lausannois du collectif Jean Dutoit ! Scandale !

A Lausanne, grâce à la puissante présence de la gauche, les politiques ont réussi à tourner en bourrique les policiers confrontés aux dealers, les autorités leur ont ôté les moyens d’éradiquer ce fléau. La police (tout comme l’armée) est déjà totalement soumise aux politiciens, mais ceci semble encore insuffisant aux gauchistes au pouvoir. Ils ont mis en marche leur machine de guerre contre les forces de l’ordre, pour les faire correspondre en tout point à des forces tolérant le désordre qui règne dans les villes en Suisse romande.

https://www.migrosmagazine.ch/en-suisse-la-formation-de-policier-reste-axee-sur-la-violence

https://www.rts.ch/info/regions/vaud/9508111-l-esprit-trop-militaire-regnant-a-l-academie-de-police-de-savatan-irrite.html

https://www.tdg.ch/le-matin-dimanche/accueil/L-ecole-de-police-ne-laisse-pas-de-place-aux-femmes/story/20048989

https://www.24heures.ch/vaud-regions/eleves-policiers-croient-guerre/story/27238947

https://blogs.letemps.ch/frederic-maillard/2016/11/01/infantilisation-a-lacademie-de-savatan/

https://www.msn.com/fr-ch/actualite/national/la-formation-des-policiers-sous-le-feu-des-critiques/ar-AAvKiLy

https://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/academie-de-police-de-savatan-la-formation-fait-debat?id=9508451

https://www.rts.ch/play/radio/le-journal-du-matin/audio/contrastes-entre-les-philosophies-des-academies-de-police-de-savatan-et-cifpol?id=8657892

etc.

Cenator, 26 avril 2018

 

10 commentaires

  1. Posté par Arnaud le

    Tous les partisans et artisans de cette charge anti police devraient être lâchés seuls avec un uniforme de police en plein centre ville un vendredi soir (mais sans armes, parce que les armes c’est mal et c’est violent ;-) )

  2. Posté par Antoine le

    Je cite :  »A Lausanne, grâce à la puissante présence de la gauche, les politiques ont réussi à tourner en bourrique les policiers confrontés aux dealers, les autorités leur ont ôté les moyens d’éradiquer ce fléau. La police (tout comme l’armée) est déjà totalement soumise aux politiciens … »
    La Police et l’Armée sont au service du Peuple souverain; ils ne sont pas et ne doivent pas être au service de politicards de gôche !
    M. Hildbrand pour la police de Lausanne : Il y a du boulot pour rétablir l’ordre et éliminer la racaille qui traine dans les rues de jour comme de nuit !
    M. PArmelin, il y a du boulot pour sécuriser le territoire Suisse et rétablir la confiance !

  3. Posté par Roland Marquis le

    La campagne anti-police, menée par les médias et alimentée par certains syndicats policiers, cherche à déstabiliser certains Conseillers d’Etats élus et leur hiérarchie. Elle démontre tout simplement la sclérose dans laquelle les meneurs veulent rester, au détriment d’une remise en question inévitable pour adapter les structures aux menaces actuelles et de demain.

  4. Posté par Julie Rochat le

    Et dire qu’on nous parle d’un magnifique enrichissement grâce à ces « chances » exotiques…. Est-ce qu’il y a encore des niolus pour croire à ces conneries ??

  5. Posté par Yolande.C.H. le

    L’analogie est sans doute un peu élémentaire, mais ces gauchistes me font penser à ces adolescents mal dans leurs baskets et qui s’en prennent au paternel, le critiquent, bien que ce dernier leur offre gîte, sécurité et argent de poche , parce qu’ils sont encore trop immatures pour s’en passer.
    Les policiers, eux, viendront au secours d’un résident, fût-il gauchiste, hargneux et méprisant à leurs égards quand tout va bien, s’il est en danger.

  6. Posté par Hans C. le

    Très bonne analyse de Cenator. La gauche a compris depuis longtemps que maîtriser l’information donne le pouvoir. Les merdias, donc l’information du peuple, constituent le pouvoir No 1 en régime dit démocratique. L’enseignement permet de formater les esprits. Je n’ai jamais vécu violence gauchiste plus grande qu’à l’université. Alors que l’université devrait être un lieu de libre débat de TOUTES les opinions en totale liberté. Fin de la liberté d’expression à tous les niveaux, fin de la démocratie, la dictature mondiale de type bolchévique est vraiment sur les rails.

  7. Posté par Fanfouet le

    Non mais je rêve ! Savatan n’est pas un pensionnat de jeunes filles auxquelles on apprend le maintien, l’art de recevoir et les bonnes manières en société, le tout saupoudré de cours de danse en tutu… Seuls les plus bornés des observateurs (j’ai des noms…) voudraient une police composée d’ectoplasmes encore moins virils que le Municipal Payot, des petites fiottes qui appellent leurs mères si quelqu’un leur fait les gros yeux et qui tombent dans les pommes dès qu’il faut intervenir physiquement.
    Parce qu’il ne faut pas se méprendre: pas besoin de passer par Savatan pour devenir garde-parc, taupier, auxiliaire de police ou colleur de bûches sur les parebrises. Nous, la population qui paye des impôts (je sais, cela élimine un bon nombre de branleurs professionnels genre Collectif Jean Dutoit, Collectif R et j’en passe, des pires…) voulons en avoir pour notre argent et pouvoir compter sur une police capable de remplir sa mission à 100%. Or, lorsque l’on voit le sentiment d’impunité qui habite la plupart des justiciables, contrevenants, dealers, illégaux etc., qui n’hésitent pas à injurier les agents pour un simple contrôle d’identité, on se dit que la réponse est encore bien trop gentille et que, parfois, une bonne branlée serait bien plus appropriée.
    Donc nos flics DOIVENT être plus forts, plus pugnaces et inspirer la crainte à ceux qui leur font face. C’est le prix à payer pour retrouver une certaine tranquillité et douceur de vivre qui ont abandonné nos villes il y a bien des années.

  8. Posté par toyet le

    La gauche est au service du grand capital, ils veulent des polices privées.

  9. Posté par Diable le

    Pour notre surprise Monsieur Recordon en train de manger au Palace. Vous comprenez quoi?
    Ou sont ces invités les mendiants ?

  10. Posté par Diable le

    Ou sont les policiers à Lausanne?
    Mercredi à 17heure dans la rue de Bourg. Aucune patrouille aucun policier jusqu‘au parking de mon repos. Pas une personne pour assurer la sécurité. Alors ou est le problème?
    Un homme me tend une rose et je lui dit „non merci“ alors ils se met à crier très fort et je me sens agressé car ces crie sont provoqués par mon „non merci“ je me sens pas bien et j‘ai peur qu‘il vient à mon encontre ? Pas de policier en vu pour me rassurer . Rien de rien ! C‘est déjà la deuxième fois que je me suis fait agresser en ville de Lausanne alors je préfère de commander par internet et les magasins en ville vont disparaître.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.