La stratégie de l’UE pour déstabiliser la Hongrie

760x0

Krisztina Morvai, députée hongroise indépendante au Parlement Européen et professeur de droit, a donné une interview à la TV hongroise, qui n’a rien à voir avec les interviews d’Isabelle Ory pour la RTS !

Tout d’abord, comme, dans une année, le Parlement Européen va réélire ses dirigeants et que ces derniers font et feront tout pour bétonner leurs acquis, ils se dépêchent de voter des lois pour « neutraliser » ceux qui ne se soumettent pas à leurs diktats. L’enjeu est de transformer l’Europe en des États-Unis d’Europe et d’accélérer l’invasion migratoire.

L’establishment du Parlement Européen ne supporte pas les résultats des votations hongroises. Il ne peut plus s’appuyer sur une opposition au Fidesz, bien qu’il ait essayé. Il ne reste plus qu’une solution pour contrer Orban, c’est la déstabilisation du pays à la mode du Maidan en Ukraine.

Comme Orban, à la suite à des consultations populaires sur l’opportunité de stopper les activités de Soros, a promulgué une loi sur la transparence du financement des ONG qui opèrent sur le territoire hongrois, l’UE a décidé de contourner cette loi par une astuce vicieuse : dorénavant, les ONG de Soros seront financées directement par l’UE, si bien qu’elles vont continuer à toucher l’argent de Soros.

Le but, c’est de déverser des millions pour financer une future guerre civile du style Maidan en Hongrie afin de renverser le gouvernement en place. L’UE est dans le coup (Emmanuel Macron, Guy Verhofstadt, Jean-Claude Juncker, Frans Timmermans, etc.).

Mme Morvai explique que Macron a fait un discours plein d’allégresse en faveur d’une Europe où les nations souveraines seraient remplacées par des États-Unis d’Europe, qui seraient ouverts aux migrants d’une manière uniforme. Mme Morvai relate qu’après son discours, Macron a été applaudi debout avec la ferveur des congrès de l’Union Soviétique, où personne n’osait arrêter de frapper des mains en premier ! Dans le discours de Macron, la novlangue européenne était très présente. Par exemple, pour lui la souveraineté européenne est le contraire de la souveraineté des peuples.

Le journal en ligne 888.hu analyse en détail tout ce projet démoniaque. Il cite également Mme Morvai : « L'Union européenne soutiendra le financement des organisations de la société civile dont le but évident est de déstabiliser la Hongrie et la Pologne et de promouvoir la migration massive. La motion s’intitule ‘Instrument européen pour la démocratie, la primauté du droit et les valeurs fondamentales dans l'Union européenne’ »

(https://888.hu/article-morvai-krisztina-megkongatta-a-veszharangot-unios-penzeket-kaphatnak-a-soros-szervezetek)

Des sommes colossales seront versées pour financer un projet de « révolution de couleur ». Les Open Society Foundations ont déjà touché un million d’euros et vont toucher cette même somme les années à venir. Mais bien d’autres organisations favorables à l’invasion migratoire œuvrent en Hongrie et sur le territoire des pays de Visegrad.

 

Une autre menace sur les pays de Visegrad est le noyautage du Parti populaire européen (le parti d’Orban… et de Juncker) au Parlement Européen, par les gauchistes et les multiculturalistes de tout poil. En cas de votations, la Hongrie ne pourra plus compter sur ce parti, qui était conservateur et chrétien à la base.

Dimitris Avramopulos a récemment traité la Hongrie du pays déviant : il dévie de la démocratie. La Hongrie est constamment sur le banc des accusés. Durant une séance, Guy Verhofstadt a invectivé les députés qui avaient félicité Orban pour sa réélection, qui ne serait pas démocratique. Le terme de démocratie est totalement vidé de son sens et ne représente plus la volonté des populations mais celle des dirigeants de l’UE.

 

Mme Morvai souligne que la majorité de la population des pays occidentaux ne veut plus de la migration, mais ne peut pas exprimer son ras-le-bol. La Hongrie est actuellement un exemple pour les pays de l’Europe de l’Ouest et elle a le devoir de soutenir ces populations dans leur désir de reconquête de leur pays. Mais ces pays doivent également être solidaires avec la Hongrie et soutenir son action.

Les Occidentaux, dit Mme Morvai, sont dans la même situation que les Hongrois durant l’occupation soviétique. De même que les Hongrois n’avaient pas le droit de demander la fin du parti unique et le départ des troupes soviétiques, de même les Occidentaux ne peuvent pas dire qu’ils ne veulent plus de migrants, et qu’ils voudraient même que ceux qui sont déjà sur place repartent. Bien que la majorité des Occidentaux pensent ainsi, la personne qui exprime ces idées risque des ennuis judiciaires, de perdre son travail, etc. C’est pourquoi Mme Morvai conseille aux populatons d’écrire en masse à leurs dirigeants et aux députés européens pour dire qu’elles sont opposées à l’arrivée des migrants, ainsi que de se lever contre la politique migratoire, d’organiser des manifestations contre l’invasion. Mme Morvai rappelle que les Hongrois a organisé de grandes manifestations anti-invasion en 2015, obligeant le gouvernement à écouter le peuple.

 

Résumé Cenator pour LesObservateurs.ch

 

Ici la réponse, en anglais, de Mme Morvai à M. Avramopoulos. Elle ne mâche pas ses mots:

 

Voir aussi l’intervention du député européen Gerard Batten (UKIP) :
« Inondation des nations occidentales par des millions de migrants illégaux »

 

Ici la déclaration conjointe du Commissaire européen Dimitris Avramopoulos et du Ministre français de l’Intérieur Gérard Collomb au sujet de la migration.

9 commentaires

  1. Posté par Paladin le

    Ce n’est pas le mahométan qu’il faut combattre en premier lieu, mais l’infâme traître qui a fait venir cet allahwouakbarbare antinomique avec la Civilisation.

  2. Posté par DePassage le

    A AP34, 12h44 le 24 avril.
    Vous oubliez LA réponse, la seule qui remettrait chacun à sa place : supprimer le financement de l’Etat par le privé, c’est à dire redonner à la Banque de France, et à toutes les banques centrales du monde dans notre cas, la possibilité de financer l’Etat et de rembourser sa dette. De la sorte, d’une part nous ne serions plus entre les mains des banques commerciales et, d’autre part, nous pourrions renvoyer les pétromonarchies du golfe à leurs affaires : s’occuper eux-mêmes de leurs coreligionnaires.

  3. Posté par Cenator le

    Observer les réactions des députés européens pendant l’intervention de Mme Morvai. (avant-dernière vidéo, vers la fin : 1:20).
    Et celle du président, à la fin de cette autre intervention !! : https://www.youtube.com/watch?v=K9MfrcFKuaw

  4. Posté par AP34 le

    Tout le monde sait ce qu’il faut faire pour combattre l’immigration musulmane en France et l’islamisation qui va avec, et les politiques aussi bien que nous, sinon mieux.
    Alors, pourquoi n’agissent-ils pas ?
    Alors que le peuple ne suit plus ses dirigeants, pour preuve les sondages, et les réactions des lecteurs sur tous les médias, mainstream ou alternatifs.
    La raison première est que nous avons des accords avec les pays arabes, Bat Ye’or les a décrits en détail dans son livre : “Eurabia : l’axe Euro-arabe”, publié en 2006.
    Après la guerre du Kippour en 1973 entre Israël et ses voisins arabes, les pays du Golfe décident, en guise de rétorsion contre les pays alliés à l’État hébreu, de réduire leur production, et le prix du pétrole flambe (c’est le second choc pétrolier de 1973, le plus dur). Là, des accords sont passés : pétrole à bas prix contre immigration musulmane, et le droit pour ces populations allogènes de ne pas s’intégrer et de conserver leurs us et coutumes (cf. Bat Ye’or).
    Quelle est la valeur actuelle de ces accords ?
    Pour moi, ces accords sont caduques.
    Avec les dégâts tous azimuts causés par cette immigration, et son coût pour les finances publiques, qui n’avaient certainement pas été anticipés, ces accords pourraient, et devraient en effet être dénoncés.
    Et ceci d’autant plus que nous aurions aujourd’hui la possibilité de changer de fournisseurs de pétrole et de gaz. Les US sont aujourd’hui exportateurs nets de ces richesses, et sont en passe de dépasser, si ce n’est déjà fait, l’Arabie saoudite elle-même, leurs réserves, en tout cas, sont bien supérieures.
    Alors pourquoi nos dirigeants n’agissent-ils pas ?

    Il y a deux réponses à cette question :
    1) La première est que nous sommes tenus, non pas par les cou.i.lles, mais par le portefeuille. La France a été « achetée » par les Arabes, plus particulièrement par le Qatar. Le Qatar Investment Authority (QIA), qui avait investi environ 335 milliards de dollars dans le monde en 2016, a multiplié ces dernières années les acquisitions en France, dans le sport (PSG), les médias, l’hôtellerie de luxe, la distribution etc.
    2) La seconde est que, non contents d’être achetés, nous sommes endettés.
    Notre dette publique, plus de 2 000 milliards d’Euros, est détenue à 60-65 % par l’étranger.
    Alors la question devient : qui sont nos créanciers ?
    L’AFT (Agence France Trésor) donne en principe la réponse : sur la liste figurent pas mal de pays, mais comme par hasard, aucun pays du Golfe.
    Alors que l’Arabie saoudite a depuis 2016, avec 2000 milliards de dollars, le Fonds souverain de loin le plus important au monde, avant la Norvège, avec 800 milliards à cette même date.
    Il me paraît impossible que l’Arabie, mais aussi le Qatar ou les Émirats, ne possèdent pas, au moins indirectement, une fraction significative de la dette française.
    Mais alors comment, et par quel mécanisme ?
    Très simple : il suffit que ces pays du Golfe possèdent la dette d’un pays qui possède notre dette. Il peut d’ailleurs y avoir non pas un seul, mais plusieurs pays interposés entre la France et les Fonds souverains arabes.
    Cette possibilité est d’autant plus vraisemblable que la question de savoir qui détient vraiment notre dette à l’étranger est un véritable secret d’État. Nous n’en connaissons que la surface, ce que l’AFT veut bien rendre public.

    Les implications sont alors évidentes :
    Si nous dénoncions les accords suscités, c’est-à-dire si nous arrêtions l’immigration musulmane, si nous renvoyions les clandestins… bref, si nous prenions les mesures enfin efficaces, alors il nous faudrait trouver à emprunter autrement, et ailleurs.
    Les intérêts des emprunts grimperaient, et ce serait tout bonnement la faillite des Finances publiques.
    Les retraites ne seraient plus payées, les fonctionnaires non plus, et ce serait le chaos.
    Les troubles seraient alors d’un tout autre ordre de grandeur que ceux occasionnés par quelques «petits » attentats de temps en temps et deci-delà.
    Cela, nos dirigeants le savent parfaitement, mais il n’y en aura bien sûr aucun pour révéler le pot aux roses.
    J’imagine que la situation des autres pays européens (hors ceux dits de Visegrad) est similaire à celle de la France.

    Une recherche sérieuse pour savoir QUI détient «finalement» la dette de QUI, permettrait de révéler ces compromissions au grand jour.
    Ce serait la première étape pour trouver éventuellement une solution, et sortir de ce piège qui se referme inexorablement sur nous.

    Allah a donné le pétrole aux Arabes. Pour eux, ce n’est pas un hasard. Tous sont convaincus que leur Dieu leur a ainsi mis entre les mains le moyen de finir de conquérir la Terre.
    Depuis 14 siècles, et avant “l’invention” du pétrole, ils s’en étaient déjà pas mal sortis.
    Mais aujourd’hui que la conquête violente par le cimeterre est devenue impossible, il leur fallait d’autres armes pour finir le travail.
    Avec le pétrole, ils les ont.

  5. Posté par depaus, roger le

    Dire que l’UE est devenue une machine mondialisante au profit d’un « establishment » ploutocratique aux mains de la pensée unique islamo-gauchiste n’est plus une opinion, c’est un fait qui se vérifie tous les jours . Ce groupe veut l’anéantissement de l’âme occidentale et de son criticisme congénital et pour cela promeut le mixage racial et le remplacement des populations. Le problème n’est plus d’ouvrir les yeux aux populations autochtones, mais de savoir comment déloger les forces fascistes du Pouvoir! Quitter l’Europe est devenu une obligation morale puisque le Pouvoir du « politiquement correct » en a bétonné tous les accès. Il n’y a en Europe ni un Poutine, ni un Trump, uniquement des serviteurs de Soros et du groupe de Bildeberg. Il nous faut revenir à une indépendance économique et sociale; Gérer nos pays en fonction de leurs ressources et fermer les frontières à l’invasion, Retrouver une Monnaie nationale afin de ne plus subir les diktats étrangers. Il nous faut pour éviter la mise sous carcan de la pensée unique retrouver nos Pays et nos Nations. Les vraies richesses sont dans les ressources naturelles et le travail des populations, non dans les papiers Monnaies du système bancaire. Le vrai développement des civilisations est dans l’accroissement des connaissances, la recherche scientifique et spirituelle, la diversité des pensées rejetant tout dogmatisme.. Et cela ne peut se concevoir que dans la liberté, l’égalité et la fraternité des peuples.

  6. Posté par miranda le

    LE SOMMET DE LA FOLIE, LA PERVERSION, LE MEPRIS DES CULTURES, DES NATIONS, DES CROYANCES, s’affiche de plus en plus et sans complexes.
    Sincèrement, et je déplorerais que cela arrive, mais hélas cela va engendrer une guerre contre nos élites, simplement pour la survie de nos sociétés.
    Ce qui est stupide, profondément stupide, c’est que les collabos pensent qu’ils vont être bien traités s’ils adhèrent à ce projet. IL faut être naïf pour ne pas comprendre que leur avenir sera aussi plat que le nôtre. Car ceux qui ont ce projet, n’aiment que leurs semblables et le démontreront.

  7. Posté par Aware le

    La Hongrie résiste parce que l’équipe à Orban a compris qu’ils ont affaire à la même « équipe » que ceux qui les persécutaient sous l’URSS. Seule la méthode diffère ; car l’UE est une nouvelle version de l’URSS, avec les mêmes objectifs. Mais la méthode est beaucoup plus perverse et définitive : l’invasion d’africain est l’arme absolue, mortelle pour les pays qui se soumettent !

  8. Posté par fabiola le

    « L’enjeu est de transformer l’Europe en des États-Unis d’Europe et d’accélérer l’invasion migratoire. » Tout est dit.

  9. Posté par Maurice le

    L’Union européenne se révèle ainsi être une énorme machine à fabriquer des complots ; des complots pour détruire les pays de l’Europe, unionistes ou pas comme la Suisse, au moyen d’une invasion étrangère voulue, formée de populations aux valeurs complètement différentes de celles des Européens, qui en sont déjà submergés.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.