Victoire du V4 : l’Union interdit la double qualité des produits de marque

post_thumb_default

 

Union européenne – La Commission européenne a annoncé le 11 avril sa volonté d’interdiction des différentes qualités pour les produits de marques, en fonction de leur marché de destination. De nombreuses marques vendaient en Europe centrale et orientale des produits présentés comme identiques à ceux de l’Ouest mais en réalité de qualité inférieure.

Aussi petite soit-elle, c’est bel et bien une victoire du Groupe de Visegrád qui s’était élevé en bloc contre les doubles standards des marques. « Nous allons intensifier la lutte contre le double niveau de qualité des aliments. Nous avons modifié la directive sur les pratiques commerciales déloyales afin de rendre noir sur blanc le fait que la double qualité des aliments est interdite », a déclaré Vĕra Jourová, commissaire européenne chargée de la justice.

« Cela donnera aux autorités nationales l’outil qu’elles ont demandé pour mettre fin à cette pratique. Comme l’a dit le président Juncker en septembre dernier, il ne peut pas y avoir de citoyens de seconde classe dans l’UE, » a-t-elle encore déclarée, faisant écho aux dénonciations des dirigeants d’Europe centrale.

Jean-Claude Juncker s’était aligné sur les demandes du Groupe de Visegrád formulées l’an dernier, en déclarant le 13 septembre 2017, à l’issue de son discours sur l’état de l’Union, qu’il ne peut « accepter que dans certaines régions d’Europe, en Europe centrale et orientale, les gens se voient proposer des produits alimentaires de moindre qualité que dans d’autres pays, sous des marques et des emballages pourtant identiques ».

La première réaction de la Commission européenne avait été de déclarer que la qualité des aliments ne faisait pas partie de ses compétences. Mais la pression coordonnée des pays d’Europe centrale et orientale, en particulier de la part du V4 – et en son sein, de la Slovaquie – mais aussi de la Bulgarie, la Commission européenne et son président, Jean-Claude Juncker, ont adapté leur position et ont su trouver le moyen de répondre à leurs attentes, mettant ainsi fin prochainement à ce que le Premier ministre bulgare qualifiait « d’apartheid alimentaire ».

Une victoire avant tout symbolique, mais qui montre une fois de plus que le Groupe de Visegrád a désormais une capacité de pression sur la Commission européenne pour faire valoir ses intérêts.

 

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

3 commentaires

  1. Posté par Bussy le

    @ Maurice
    Je pensais entre autres à certains médicaments produits en Suisse et vendus 3 ou 4 fois moins cher en France…
    Ou du chocolat produit à l’étranger et vendu beaucoup plus cher en Suisse, en tenant compte des frais de transports…

  2. Posté par Maurice le

    Attention Bussy, ce n’est pas comparable, car en Suisse les normes sont différentes, et bien des produits suisses sont de qualité infiniment supérieure aux produits européens, et cette supériorité suppose un coût, qui commence déjà dans les champs, surtout lorsque la diminution des engrais et des pesticides entraîne un grignotage plus intense de la part des insectes. Mais qu’est-ce que c’est bien de n’absorber qu’un minimum de produits chimiques !

  3. Posté par Bussy le

    Des produits de qualités différentes en fonction de leur destination, ça en dit long sur le degré de pourriture du commerce !
    En Suisse, ce sont les prix qui sont différents, 3, 4, 10 fois plus haut que dans les autres pays européens, notre CF pourrait s’inspirer du V4 peut-être et se bouger dans ce domaine ?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.