Le salafisme est une idée mais la critique de l’immigration serait un crime ?

post_thumb_default

 

Le salafisme est une idée mais la critique de l’immigration serait un crime ?
La justice, telle que l’entend notre Premier ministre Edouard Philippe, ne peut sanctionner le salafisme mais doit éradiquer ceux qui auraient l’audace de laisser supposer que l’immigration pourrait bien être le terreau du salafisme, et du danger réel qu’il représente.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

3 commentaires

  1. Posté par Antoine le

    Il y a des gouvernements félons qui ne méritent que la corde ! SANS jugement !
    On nous prend pour des moutons qu’on mène à l’abattoir ! Réagissons !
    Le 1er ministre nous mène en bateau, c’est de l’enfumage !
    La Liberté de parole et de pensée n’est plus garantie, nous ne sommes plus dans une démocratie digne de ce mot !
     »Liberté, Égalité, Fraternité » 3 mots à mettre définitivement à la poubelle !!

  2. Posté par Diane le

    Excellente analyse.
    De plus Edouard Philippe est de mauvaise foi : le nazisme est bien une idée qui est interdite car cette idée induit des comportements qui troublent l’ordre public, exactement comme le salafisme.

    De toute manière il faut répéter encore et encore que selon l’article 30 de la déclaration des droits de l’homme, cette déclaration ne s’applique pas à ceux qui ont pour objectifs de détruire ces mêmes droits.

    Elle ne s’applique donc bien évidemment pas à l’islam pour qui l’égalité entre les citoyens est une hérésie.
    En effet, l’islam ne connaît que deux catégories principales de citoyens : les musulmans et les non musulmans, et aucune égalité n’est envisageable entre eux. Aucun pays musulmans ne donne d’ailleurs les mêmes droits à ses habitants musulmans et aux non musulmans.
    Ceci doit se savoir et se faire savoir car cette perpétuelle mauvaise foi doit céder.

    Le but étant toujours de nous entrainer à capituler :

    On ne peut rien faire, on ne peut pas interdire, on ne peut pas emprisonner, on ne peut pas renvoyer, on ne peut pas arrêter l’immigration, on ne peut pas….

  3. Posté par miranda le

    EST-CE QUE Mr PHILIPPE ne va jamais s’informer sur l’observatoire de l’ISLAM qui ne cesse de répéter que les mosquées radicales qui propagent des idées dangereuses sont sous la « gouvernance du SALAFISME ».
    MAIS LE SALAFISME A LE VENT EN POUPE. Au point même que l’Arabie saoudite a révélé que c’est « A LA DEMANDE DE L’OCCIDENT » que le whabbisme/salafisme a été introduit, d’abord en Afghanistan pendant le conflit Soviéto-afghan. Mais pour la suite, en Europe, même s’ils ne le disent pas, des tas de journalistes ont accumulé assez de preuves pour nous le faire savoir.
    On peut alors comprendre pourquoi le salafisme bénéficie d’une telle protection.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.