Des rappeurs musulmans « allemands » se comparent à des prisonniers d’Auschwitz

"La liberté artistique a ses limites" a souligné le chanteur du groupe allemand Die Toten Hosen

Deux rappeurs allemands qui ont suscité la controverse en se comparant à des prisonniers d'Auschwitz dans une chanson publiée l'année dernière ont été réprimandés jeudi sur une scène à Berlin alors qu’ils recevaient un Echo Award pour leur album "Jung, brutal, gut aussehend 3”.

Peu de temps avant l'annonce de leur victoire, un chanteur punk rock recevant son propre prix a profité de l’occasion pour critiquer le duo de rappeurs pour les paroles.

« La liberté artistique a ses limites », a souligné le chanteur Campino du groupe allemand de punk rock Die Toten Hosen. Cette ligne est franchie "lorsqu'il s'agit d'insultes misogynes, homophobes, extrémistes de droite et antisémites", a-t-il déclaré.

 

 

Les rappeurs Kollegah et Farid Bang, tous deux musulmans, se sont excusés pour les paroles lorsqu'ils sont montés sur scène et ont insisté sur le fait qu'ils s'étaient efforcés de prendre leurs distances avec "toutes les formes d'antisémitisme et de haine contre les minorités".

Malgré les tentatives des organisateurs des Echo Awards de défendre leur décision d'honorer les deux artistes, citant l'expression artistique, la nomination du duo a déclenché un tollé.

Les paroles de la chanson ne sont non seulement grossières et indignes, mais elles donnent l'impression aux survivants de l'Holocauste de "les mépriser eux et leurs parents assassinés", a déclaré un représentant du Comité international d'Auschwitz.

Le président du Conseil central des Juifs d'Allemagne, Josef Schuster, a également fustigé le duo, déclarant que "tandis que nous exigeons des immigrés d’accepter nos valeurs, la violence et l'intolérance sont célébrées dans ces types de chansons".

Un autre artiste allemand a qualifié de « macabre et honteux » que les rappeurs allemands soient honorés le même jour que la journée de la Shoah.

La survivante de l'Holocauste et musicienne Esther Bejarano, âgée de 93 ans, connue pour s'être associée à un groupe de hip-hop pour combattre l'intolérance, s'est jointe à la critique.

Farid Bang, l’un des deux rappeurs controversé, a présenté ses excuses sur Facebook indiquant qu’il n’avait pas l’intention d’offenser qui que ce soit et a suggéré d'enregistrer une chanson avec Bejarano et de faire don de la recette à une œuvre caritative.

Source

Nos remerciements à Alain Jean-Mairet

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.