La charia et le Ministère public bernois – quand le second se réfère à la première

Yvan Perrin
Ancien Conseiller national
ChariaDocracyToHell

La charia et le Ministère public bernois – quand le second se réfère à la première

 

La NZZ am Sonntag nous apprend aujourd'hui qu'une enquête est menée depuis le 20 mars dernier par le Ministère public du Jura bernois au sujet des appels au meurtre proférés par l'imam de la mosquée de Bienne Abu Ramadan. Rappelons que ce guide de consciences musulman appelait Allah à détruire entre autres les Juifs, les Chrétiens et les Chiites. C'est un premier pas dont on se demandait quand il serait franchi. Imaginez un skinhead proposant le même sort aux musulmans, les foudres de la justice se seraient abattues sur lui à l'instant. Dans le cas d'un islamiste, un luxe de précautions s'impose. Il ne faut froisser personne et surtout ne pas stigmatiser la communauté musulmane. Cette dernière préoccupation sonnerait nettement mieux si d'aventure la communauté en question n'avait pas fait de ce parasite une autorité religieuse. Les esprits chagrins ne sont pas loin d'avoir vite en mémoire l'adage qui veut que qui se ressemble s'assemble mais admettons que les fidèles n'aient rien à voir avec celui dont ils suivent les enseignements.

 

Questionné sur ce point, le porte-parole du Ministère public a fait savoir qu'il faudra examiner les propos incriminés "dans le contexte de l'islam" afin de voir comment "interpréter et comprendre" les appels aux meurtres en cause.

 

Par ses propos, celui qui parle au nom de l'autorité fait clairement savoir que l'islamisme devra être étudié dans le contexte de l'islam et non dans le contexte du droit suisse. C'est inquiétant. Compte tenu de ce que le coran précise au sujet de ceux qui ne le suivent pas, il est évident que mesurés à l'aune musulmane, les dires d'Abu Ramdan ne manqueront pas d'être jugés peut-être un peu vifs mais bien dans la ligne.

 

Peut-être le Ministère public devrait-il confier cette affaire à un tribunal islamique comprenant Nicolas Blancho dans le rôle du procureur et Tariq Ramadan comme juge. Les choses auraient au moins le mérite d'être claires.

 

Yvan Perrin, 15.04.2018

13 commentaires

  1. Posté par toyet le

    Ouais comme les helvètes il est temps de faire notre baluchon.

  2. Posté par G. Vuilliomenet le

    Quelqu’un peut-il nous dire qui EST le ministère public?
    Il doit bien y avoir derrière ce terme, un individu qui juridiquement doit rendre des comptes à des autorités supérieures, non?
    Qui est donc l’IMMONDE personnage, le parfait crétin dégénéré, qui a décrété qu’il fallait étudier le cas de l’imam ramadan à l’aulne de son coran et de ses traditions islamiques?
    Est-qu’une action en justice peut être menée contre le MP du canton de Berne et des juges X qui ont décidé de pouvoir éventuellement brader les lois suisses ainsi que sa Constitution.

    PS: au vu de la manière qu’a été traitée l’initiative contre l’immigration de masse par une très grande majorité d’ordures soi-disant représentant le peuple et les cantons, je ne me fais aucune illusion sur la manière qu’une telle plainte serait traitée.

  3. Posté par Socrtate@LasVegas le

    +1 Antoine!

    Je prends maintenant plaisir à dénoncer leurs provocations dans le public à la moindre occasion: femmes entièrement bâchée de noir en plein soleil, en pure provocation du Souverain Suisse avant la votation sur la burka! Ces musulmans (radicaux ou non) puisque les « modérés » ne se distancient pas des radicaux ce sont donc leur complices, venu détruire notre société par le ventre de leurs femelles ataviquement incultes…Ces sous-développés veulent s’imposer à nous et niveler NOTRE pays par le bas avec la complicité d’un conseil fédéral ayant oublié qu’il n’est mandaté QUE pour faire respecter ce que le Peuple a décidé!

  4. Posté par Jeferson le

    En gros, ce ne sont pas des appels au meurtres puisque c’est culturel, et religieux (!) Remarquons cependant que ces personnes s’auto-éliminent très entre entre elles, il suffit d’attendre que vengeances et guerres de clans régulent la population.
    Du côté de la « justice », les citoyens suisses sont condamnés à ne pas prendre position et ne surtout pas ironiser: l’enrichissement de la société passe par le multiculturalisme (qui ne fonctionne pas). La seule fois où j’ai vu un Kosovar faire des efforts d’intégration, c’est quand il a attaqué un Albanais avec un couteau suisse…
    JE PLAISANTE MONSIEUR LE JUGE! (Ou pas…)

  5. Posté par Sam le

    Donc si on résume les choses, en Suisse il y a tout en haut la charia, puis le droit européen et loin derrière le droit Suisse

  6. Posté par Antoine le

    Merci M. Perrin pour votre billet.
    Si la ministre de la justice et police (Mme Sommaruga – DFJP- PS) s’en mêle, la charia sera établie dans de très court délais !
    Notre justice (avec un  »j » minuscule) va s’aplatir et faire du lèche-babouche.
    La haine et les propos haineux à sens unique tenus par les muzz, on en a MARRE. Soit cela cesse immédiatement et on applique NOS lois de NOTRE pays, soit le Peuple rétablira l’équilibre (la haine par la haine, la violence par la violence œil pour œil dent pour dent !!)

  7. Posté par Loulou le

    En gros, si ces appels au meurtre contre nous-mêmes, nos femmes et nos enfants (Ah non, eux sont du butin pour musulman) sont conformes au coran faudra pas toucher, s’excuser et nous éduquer à la tolérance, « au contexte » et « à la symbolique ». J’ai une autre proposition: on fout dehors en 24 heures ce parasite, son nid ainsi que ceux qui sont venus l’écouter avec leurs nids? On s’économisera un procès, « de la compréhension » et le travail inutile fortement facturé et prélevé sur nos impôts du Ministère public désirant étudier la charia.

  8. Posté par Christian Hofer le

    Oui mais cela voudrait dire qu’ils reconnaissent que l’islam permet la haine et le meurtre en toute logique.

    Ou alors l’imam va les manipuler en prétendant que ce ne sont que des éléments historiques dénués de tout sens aujourd’hui, ce qui est prévisible avec les naïfs / gauchistes qui squattent les tribunaux.

  9. Posté par Bussy le

    « Examiner les choses dans le contexte de l’islam »…. je n’ose pas imaginer ce que ça donnera quand un musulman aura lapidé sa femme adultère…

  10. Posté par Bussy le

    « …faudra examiner les propos incriminés « dans le contexte de l’islam »…. et bien voilà, tout est dit, ce monsieur n’est pas coupable, il peut continuer à demander à Allah et selon le coran de tuer les juifs et les chrétiens, et j’imagine qu’il continue même de recevoir des allocations des futures victimes !
    Elle est pas belle la vie au pays des débiles mentaux !

  11. Posté par leone le

    Quand Monsieur Perrin propose un tribunal avec Nicolas Blancho comme procureur et Tariq Ramadan comme juge cela n’est pas si absurde que cela par les temps qui courent. La preuve: Il faudra examiner les propos incriminés « dans le contexte de l’islam »… Est-ce qu’on est déjà dans une république islamique ou pour quelque temps encore dans une république laïque??? La réponse me semble couler de source tant notre justice se met à plat ventre devant l’islam.

  12. Posté par Vicloire le

    La charia saoudienne en Suisse qui sera peut être la suivante et il ne faut pas oublier qui est la ministre de la justice UNE GAUCHISTE.

  13. Posté par fabiola le

    Tout à fait d’accord avec votre texte qui est très bien écrit, l’image de votre avant dernière ligne m’est apparue et m’a bien fait rire même si le sujet est loin d’être drôle, merci Monsieur Perrin.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.