Élections à Genève 2018. Fact checking

Élections à Genève 2018.

Fact checking

 

 

09.04.2018

Comme tous les cinq ans Genève retrouve ses élections, la cacophonie habituelle que les citoyens entendent à longueur d’année y prend alors sa plus grande extension. Les mots et les arguments fusent dans tous les sens, vous pouvez y entendre absolument tout et son contraire. Le salon de la quête à l’électeur est ouvert. S’y ajoute les multiples affaires d’éventuelle corruption qui sortent opportunément, les explications de vote tendancieuses par la chancellerie, les départements de l’Etat qui tout à coup – en infraction avec tous les principes électoraux  – inondent les réseaux sociaux de publicités sponsorisées (payées par le citoyen) et vantant les résultats soi-disant mirifiques de la précédente législature et donc des politiciens en place.

Genève s’y montre alors dans toute sa vérité, c’est-à-dire loin, très très loin de la démocratie helvétique.

La Suisse est pourtant une vieille nation où le corpus administratif et politique ne date pas d’hier. L’action de l’Etat – parce que c’est bien de cela dont on parle dans une élection – son action passée et celle qui est proposée pour le futur devrait y être parfaitement lisible. Mais à Genève cela ne se passe pas comme ça.

On comprendra où l’on veut en venir par cette anecdote qui s’est passée ce printemps sur un réseau social. Une parlementaire genevoise s’y exprimait contre la croissance anarchique et démesurée de la ville, ces flots incessants d’un trafic routier infernal qui est en train d’y étouffer la vie. Et la réponse alors typique, narquoise, d’un ancien conseiller d’Etat libéral, lui demandant si au parlement elle n’avait pas voté le Plan directeur cantonal. (NB la dame est une souverainiste et avait essayé de voter des restrictions au plan tandis que le libéral un libre-circulationniste avait pour lui au parlement la majorité sur ces questions).

Le Plan directeur cantonal est justement un de ces documents qui annonce la politique à venir et les actions de l’Etat. Comme son nom l’indique il donne la « direction » que va prendre l’aménagement du territoire, c’est-à-dire la constructibilité de la ville et son urbanisation, déclassement de zones à bâtir, réseau routier, etc. On comprend ainsi qu’un plan directeur cantonal restrictif ou extensif n’aura pas les mêmes effets et qu’il s’agit là d’une condition essentielle de la politique concrète. Et ce plan qui pose donc les principes essentiels en matière de croissance n’est pas soumis à l’approbation du peuple.

L’ancien conseiller d’Etat, en bon PLR qu’il était, c’est-à-dire aussi peu démocrate qu’il est possible, déduisait cependant de ce plan un accord du peuple à sa politique de croissance immaîtrisée. L’abus est ici manifeste. Et le pire, pourrait-on dire, est que ce Plan directeur cantonal est précisément lié à la construction totalement illicite d’une agglomération transfrontalière franco-suisse, sur laquelle le peuple genevois ne s’est jamais prononcé, et qui est déjà intégrée à une NUTS 3 probablement en devenir d’une NUTS 2.

Les NUTS (Nomenclature d'unités territoriales statistiques) est le nom que donne l’UE aux nouvelles régions de son redécoupage administratif du territoire européen, le b.a.-ba de la conquête territoriale en somme, on détruit les anciennes unités administratives pour les remplacer par des nouvelles. L’UE prétend que les NUTS n’ont qu’une vocation statistique, mais personne n’est dupe, Genève et toute la Suisse y sont déjà intégrées, le code NUTS de Genève est CH013, vous pouvez le vérifier, tout est déjà prêt [1].

Avec les élections à Genève on se retrouve donc au cœur d’un de ces discours politique particulièrement vicieux, fait en surface de cacophonies qui entraînent les citoyens loin des questions essentielles, les fait surfer sur des affaires parfaitement secondaires ou les amène à voter parce que celui-ci aime les Harleys, celle-là les LGBGT, on a même vu une liste des candidats qui aiment les chiens, ils ont oubliés les poulets, les canards et les rhinocéros.

A Genève, qui est donc très loin d’être une démocratie [2], cette campagne électorale comme les précédentes repose sur un discours parfaitement trompeur, fait de superficialités, de mesures pour les citoyens qui ne seront en réalité que des emplâtres sur des jambes de bois, comme les précédentes, mais qui surtout dissimule l’enjeu essentiel du moment pour le citoyen, la construction en cours et dans son dos d’une NUTS 2 européenne, qui nécessite une majorité de pro-européens libre-circulationnistes au conseil d’Etat et au parlement genevois. Le viol des principes démocratiques au parlement fédéral se complète par leur mépris au niveau cantonal.

A chaque fois que je passe sous la plaque qui honore Pierre Fatio dans la Vieille-Ville je baisse les yeux, et j’ai honte pour la Genève d’aujourd’hui, qui est devenue ce lieu où l’on viole le plus la démocratie en Suisse, le ventre mou par lequel la Suisse commencera à tomber [3].

En 2018 à Genève, voter pour un parti non-souverainiste était un crime contre la démocratie.

Mais bien plus que cela. Puisque d’entrée l’on a parlé de fact-checking alors examinons les faits.

Les partis pro-européens et libre-circulationnistes à Genève se vantent d’avoir fait de Genève un modèle avec une croissance incomparable, voici donc une offre d’emploi parue en avril 2018 pour un poste à Genève.

Lieu de travail : Genève, Aéroport.

Offre : convoyage de voiture sur territoire suisse.

Exigence d’avoir au moins un permis B

Plein temps

Salaire mensuel : 1800 euros. Oui, 1800 euros par mois offerts à Genève pour un plein temps.  (L’offre n’est même pas en francs suisses…)

L’emploi était offert par une entreprise de solutions industrielles (sic) basée à Aulnay-sous-Bois, France, Paris, donc pour un travail en Suisse… ! [4]

La honte n’a ici même pas de mots.

 

Voici donc le résultat concret à Genève de 15 ans de libre-circulation et d’ouverture des frontières. Voilà le résultat politique de ces partis pro-européens et libre-circulationnistes (PLR, PDC, PS, Verts) qui savent tout et qui dès le début nous ont assuré qu’il n’y aurait jamais de sous-enchère salariale, et qu’il n’y en a toujours pas !!! 1800 euros par mois offerts à Genève.

Le citoyen qui ne comprend pas ça ne devrait pas avoir le droit de vote. Voter est aussi un acte éthique et un acte d’intelligence, de responsabilité sociale.

Voter en 2018 à Genève pour un parti non souverainiste n’est pas seulement un crime contre la démocratie.

Voter en 2018 à Genève pour un parti non souverainiste est un crime contre la responsabilité sociale.

 

Michel Piccand, 9.4.2018

 

 

 

A  partager, amicalement, avec tous les citoyens genevois qui en prennent plein la figure et qui souffrent, avec tous ceux aussi qui ont encore un minimum le sens de la responsabilité sociale et de la démocratie.

 

P.S. L’offre d’emploi citée ci-dessus est un cas de figure tout simplement hallucinant. Nous en sommes arrivés au point où des entreprises françaises domiciliées à Paris offrent en Suisse des emplois à des Français, rémunérés en euros. Si cela continue, les Suisses n’auront bientôt plus qu’à partir.

 

 

[1]

https://fr.wikipedia.org/wiki/Nomenclature_des_unit%C3%A9s_territoriales_statistiques

https://en.wikipedia.org/wiki/NUTS_statistical_regions_of_Switzerland

Les statistiques des NUTS sont utilisées notamment pour déterminer les péréquations financières à l’intérieur de l’UE. Divers critères sont utilisés, PIB, taux de chômage, de pauvreté, etc. pour déterminer les régions qui seront des contributeurs ou des bénéficiaires nets dans ce système de péréquation.

Il y a 8 ans environ, alors que je cherchais à savoir quel serait le sort de la Suisse entrée par hypothèse dans le système de péréquation de l’UE, je découvrais – sans surprise – qu’aucune modélisation n’avait été faite sur cette question, tout au moins qu’aucun des rapports du CF sur la libre-circulation et l’adhésion n’en mentionnait. J’en étais donc contraint à construire moi-même une simulation rapide et succincte en appliquant lesdits critères à la Suisse.

Sans surprise la Suisse devenait un contributeur net dans ce système de péréquation, elle allait verser plus d’argent au système UE qu’elle n’en recevrait. Mais le plus surprenant pour les années considérées fut de constater qui allait toucher de l’argent de ce système de péréquation. Et là il faut quand même s’accrocher, je fus littéralement choqué.

L’argent versé par la Suisse dans cette péréquation, s’il allait financer des projets dans le sud européen allait aussi financer, à cause desdits critères de chômage et de PIB régionaux, des infrastructures publiques dans le nord de la France et rien moins que l’extension du réseau ferroviaire et routier dans la partie nord de la Suède, divisée en deux régions, celle du nord considérée par lesdits critères UE comme déshéritée.

Littéralement la Suisse allait financer l’extension du réseau routier et ferroviaire de la partie nord de la Suède. Il faut quand même le savoir. On comprend dès lors pourquoi le très pro-européen et socialiste ambassadeur de Suède de l’époque ne se retenait pas de laisser entendre publiquement qu’il trouvait les Suisses égoïstes à refuser d’intégrer l’Union européenne…

Pour le reste, on a là toute l’inanité de ces deux partis PLR PDC qui ne cessent de se présenter comme les partis de l’économie mais qui ont essayé de nous « vendre » l’UE avant même que tous les problèmes aient été appréhendés. C’est totalement irresponsable. Et ça ce n’est qu’un petit exemple parmi d’autres.

Lorsqu’on voit les très pro-européens genevois du PLR, comme Longchamp, sans cesse condamner le financement péréquatif des routes du canton de Schwyz par Genève, on aimerait qu’ils nous parlent avant du financement péréquatif des routes dans le nord de la France et du financement pour nous à fond perdu du réseau ferroviaire Suédois. Cela se passe de plus amples commentaires.

 

 

[2]

Les plans sont des programmes politiques. A Genève ni les plans ni les programmes politiques sont soumis à l’approbation du peuple. Dans certains cantons suisses le programme gouvernemental présenté par le Conseil d’Etat doit ensuite être approuvé par le parlement (SZ, LU, BL, AR, GR) ce n’est pas le cas à Genève.

Après la violation de la constitution fédérale en 2016 (inapplication du vote du 9 février), devant l’intégration à marche forcée de Genève par ses autorités dans une agglomération transfrontalière franco-suisse de type NUTS 2, il ressort de l’évidence que les programmes politiques et les plans devraient désormais y être soumis à l’approbation du peuple. Devant le double discours politique permanent à Genève, son fond vicieux, il semble évident que le programme de  gouvernement du Conseil d’Etat devrait après l’élection être soumis à l’approbation du peuple.

 

[3]

Pierre Fatio fut condamné à mort (assassiné) par le Petit Conseil de Genève en 1707, arquebusé soi-disant pour cause de complot, en réalité pour avoir proposé plus de démocratie par la constitution d’un Grand conseil. Lorsqu’on voit quel mépris a pour la démocratie la majorité qui y siège aujourd’hui, on ne peut qu’éprouver un sentiment de honte.

 

[4]

https://emplois.indeed.ch/cmp/Ergotechno/jobs/Convoyeur-V%C3%A9hicules-Automobile-3e41fa81bfc22247?vjs=3

 

 

4 commentaires

  1. Posté par Blocus le

    N’ayant pas le temps, pour l’instant, de produire un commentaire élaboré, voici le cri primal suscité par cet article:

    Pierre Maudet est l’incarnation parfaite pour manager ce genre d’horreur (Maudet, né en 1978, au CF pour de très nombreuses années, … c’est la disparition de la Suisse assurée).

    « … agglomération transfrontalière franco-suisse de type NUTS 2 »; Orwell dans son « 1984 » n’avait pas réussi à dépasser le type « NUTS 1 »; un grand merci aux Genevoises et aux Genevois qui décidément sont toujours à la tête du progrès.
    Tout cela coûte horriblement cher, tant en qualité de vie qu’au niveau financier, mais cela en vaut largement la peine.

  2. Posté par SD-Vintage le

    le modèle suisse de démocratie devient un modèle soviétique…

  3. Posté par Maurice le

    Grand merci à Michel Piccand de révéler au grand jour les manigances de certains partis, très politiquement corrects, mais surtout européistes au point de vendre notre canton et notre pays au libre-circulationnisme des marchandises, agriculture y comprise, et des personnes, et tant pis si cela nous détruit, pourvu que ça les enrichisse.
    Je me demande si des Maudet ou des Longchamp font partie de certains conseils d’administration…

  4. Posté par fabiola le

    Pour les offres d’emplois comme celui qui est cité, il y en a tous les jours, il n’y a qu’à aller sur les sites d’emplois en Suisse, exemples sur anibis :
    Dans le Cardre de notre séjour dans le département de la Haute-Savoie (France),Nous recherchons de toute urgence un (e) conducteur (ice) privé H/F Porteur d’un permis de conduire B et disponible pour travailler pour une durée de 3 mois. Vous devez être une personne de sérieuse,de bonne moralité,dynamique,responsable et rigoureuse. Si cela vous intèreèsse,merci de me contacter via email.
    PS: La Carte VTC n’est pas obligatoire.
    —-
    celle-ci qui est du jour, mais passe tous les jours depuis quelques semaines :
    Nous recherchons une Secrétaire de Direction pour notre bureau à Gland.
    Specialisée : Fiscalité ou Assurances ou Finances;
    Entre 22 et 30 ans;
    Non fumeuse
    Bilangue Portugais (PT) – Français (FR);
    CFC; Minimum 3 ans d’expérience dans le domaine Fiduciére;
    Maitrise de compléter des feuilles d’impôts physique et entreprises;
    Entrée de suite ou à convenir;
    Merci de nous contacter si intéréssée;
    Cordialement,
    ———
    encore d’autres annonces du jour :
    Traduction d’un site francais avec des morceaux de poésie en arabe litteraire (Genève)
    ——
    Je suis à la recherche d’une personne, d’origine lettone, ou connaissant le pays et la langue, afin de traduire et placer des annonces sur les réseaux sociaux nationaux. Secteur concerné: recherche de candidats pour un poste dans la communication. (Vevey)
    —–
    Bref, on peut en copier-coller à l’infini en ne prenant que les sites d’annonces pour la Suisse, ils ne n’engagent que des russes, portugais, arabes, albanais, kosovars, polonais……, et tout le reste, il y a carrément des boîtes temporaires qui vous envoient des polonais ou autres nationalités (on peut presque choisir sur catalogue). Plus vraiment d’emplois sérieux pour les gens de souche qui vivent (ou plutôt vivotent), paient des impôts et font leurs courses en Suisse !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.