Suède : témoignage d’une victime de viol

A. W. est une Polonaise venue en Suède en 2007 pour vivre avec ses enfants dans de meilleures conditions économiques et sociales. Sachant l’anglais, elle a facilement trouvé un emploi. Elle vit en banlieue de Stockholm, dans un quartier de maisons individuelles.

 

Un soir comme un autre, elle rentre chez elle avec ses achats quand elle est abordée par deux jeunes hommes d’apparence arabe, qui l’agrippent et la traînent dans la neige jusque dans un petit bois voisin pour la violer.

D’abord tétanisée, elle se met ensuite à résister. Les deux hommes la frappent à coups de poing et de pieds avec une brutalité sans limites, sans respect pour la vie humaine, comme si elle n’était qu’un déchet. A un moment, ils la saisissent par les cheveux et lui cognent la tête contre un arbre pour l’assommer. C’est alors qu’elle aperçoit un camion arrêté sur la route et son chauffeur qui semble inspecter les pneus. Avec les forces qui lui restent, elle hurle « Au secours ! » Le chauffeur regarde, mais ne voit rien, à cause des arbres. Cependant les criminels prennent peur et s’enfuient.

La femme reste longtemps immobile, face dans la neige, craignant qu’ils reviennent. Puis elle téléphone à son compagnon, qui ne comprend rien. Ensuite elle appelle la police, qui arrive en force, avec des chiens, fait son travail, relève les traces, y compris sous ses ongles car elle avait pu griffer un agresseur.

 

Un jour, la police lui téléphone à la maison pour compléter son témoignage. Ne voulant pas parler devant les enfants, elle demande à venir au poste. On ne lui donne pas de rendez-vous et elle ne sera jamais recontactée.

Dans le dossier, il y a les coordonnées d’un témoin, un voisin polonais qui passait à vélo et qui s’était arrêté pour l’aider, mais il ne sera jamais contacté non plus.

 

Elle demande une assistance psychologique, mais elle doit attendre, car la priorité est accordée aux migrants « venus de pays en guerre », donc certainement traumatisés. Les mois suivants, elle insiste à plusieurs reprises, allant jusqu’à parler d’envies suicidaires, toujours en vain. Finalement, après 11 mois, elle obtient un entretien, après avoir menacé de dénoncer la clinique à la presse.

 

Tous les jours, il y a des viols. Les filles, les femmes ont peur de sortir le soir, elles prennent des limes à ongles, des couteaux, des sprays (illégaux).

Un an après les faits, elle a décidé de parler, pour que les autres osent parler aussi. Ce ne sont pas simplement des mains aux fesses (comme le croyait un écrivain suédois, avant que sa fille ne soit elle-même victime). Il y a beaucoup de viols, parfois très brutaux, parfois de fillettes de 3-4 ans, aussi des viols collectifs, parfois la victime en meurt. L’idée des bracelets « Don’t touch me » ne vaut rien. Et comment mettre la main sur les agresseurs quand on ne connaît pas leur identité puisqu’ils sont entrés clandestinement ?

Une des premières questions des policiers quand ils sont venus la secourir, c’était « Est-ce qu’ils étaient Arabes ? » Cela prouve qu’ils sont au courant qu’au moins 90 % des crimes sexuels sont commis par des « non-Suédois », même si l’Etat tente de cacher la chose au public. L’Etat fait tout pour ne pas être accusé de laisser entrer en Suède des gens d’une culture complètement différente, une culture qui ne respecte pas les femmes.

Ses témoignages sur les réseaux sociaux ont parfois été violemment critiqués par les Suédois. Les Suédois sont complètement aveugles aux vrais problèmes, tant qu’ils ont leur petit confort, leur travail, l’école pour les enfants, etc. La Suède est une nation trop naïve, qui devrait être mise sous tutelle, car incapable de voir la réalité de la situation. Tant que les attaques ne concernent pas personnellement les Suédois, ils ne feront jamais un effort pour stopper l’immigration arabe.

 

A. W. a enfin pu commencer sa thérapie. Elle est en contact avec d’autres victimes de viol, elles se soutiennent mutuellement, cela l’aide plus que la thérapie. Mais elle commence à penser rentrer en Pologne.

 

Sources : Radio Szczeciń (en polonais), HungaryExpres.com (en hongrois)

Image : archives privées de la victime

5 commentaires

  1. Posté par Sitting bull le

    les arabes sont entrain de détruire la Suède et le reste de l Europe et tous est couvert par les médias , d ailleurs ils viennent pour ça et dans un esprit de conquête et de destruction de notre civilisation

  2. Posté par Thomas le

    @JeanDA
    c’est une vidéo YouTube………..

  3. Posté par JeanDa le

    @Thomas: Un lien peut-être ?

  4. Posté par Thomas le

    Allez voir la vidéo du jour,elle dure une cinquantaine de secondes et s’intitule:
    « CULTURAL ENRICHMENT OF SWEDEN »…cette vidéo est datée 25.03.2018

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.