Des terroristes en herbe à l’assaut des clubs de sport amateur ? (REPORTAGE)

post_thumb_default

 

En novembre 2017, une nouvelle sème la consternation dans les rangs du club de sport de Lagny. Un entraîneur est exclu, un autre écarté, à cause de leurs liens avec l'islamisme radical. La présence d'individus radicalisés au sein des clubs sportifs est une réalité dénoncée par Patrick Karam, l'inspecteur général de la jeunesse et des sports de la région Ile-de-France, interrogé par RT France. «Tous les terroristes qui ont fait des attentats en France ont été dans un club de sport», prévient-il.

«Nous avons aujourd’hui 829 individus radicalisés dans les clubs de sport en France, et 147 en Ile-de-France», déplore-t-il.

En novembre 2017, le club de l’US Lagny Messagers avait appris avec stupeur les liens de Keita Gaoussou et Nabil Aissaoui, coaches des équipes seniors depuis septembre, avec l'islamisme radical. Manuel da Silva, le président du club évoque le premier, fiché S, incarcéré pour n'avoir pas respecté son assignation à résidence. L'homme jouait au club depuis l'âge de huit ans et y était revenu depuis deux ans. «Il était un peu comme un grand frère, c’était un très bon joueur aussi. Les joueurs ont adhéré à son discours et ils ont demandé à ce qu’on le prenne comme coach de l’équipe», explique le président. Nabil Aissaoui avait quant à lui participé à l’organisation d’une école coranique clandestine chez lui, à Thorigny-sur-Marne.

Suite à cet incident ayant entraîné le renvoi des deux hommes, Manuel da Silva envisage de mettre fin à ses fonctions. «On n’est pas formés pour gérer ce genre de choses. Espérons que ce genre d’événement malheureux puisse faire avancer les choses», espère-t-il.

La région Ile-de-France en lutte contre la radicalisation dans le sport amateur

Patrick Karam évoque les problèmes liés à la montée de religiosité dans les clubs : «On a parfois des femmes qui jouent voilées ou des hommes qui jouent tout habillés à 34 degrés. On a des problèmes de prière sur le terrain ou dans les vestiaires. On a des questions liées au refus de serrer la main des femmes, à l'entraînement avec des femmes ou [au fait] d’être entraîné par des femmes. Une série de questions se pose aujourd'hui dans le sport, avec la religion qui s'y est invitée.» 

Il évoque les moyens déployés pour prévenir la radicalisation : une charte de laïcité mise en place par la région Ile-de-France à respecter par les clubs, qui doivent la signer pour obtenir des subventions publiques. Un système de formation a également été mis en place dans chaque fédération, afin de pouvoir mieux démasquer de potentiels individus radicalisés.

Lire aussi : Joueurs frappés par leurs supporters, terrain envahi : le match Lille-Montpellier dégénère (IMAGES)

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

3 commentaires

  1. Posté par Vautrin le

    Que voulez vous ! Tant qu’on continuera à respecter avec imbécillité les prétendus « drwââââ de l’haume », il en ira ainsi, et la situation s’aggravera.

  2. Posté par Nicolas le

    Chartes, pactes, contrats… Les shadoks utilisent encore des tapettes à mouches pour lutter contre les égorgeurs. Pathétique!

  3. Posté par Maurin des GRADS le

    Manuel DA SILVA recule ; point ! Gaffe , après Sagres et le cap Saint Vincent , il y a l’eau .

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.