Lisa Mazzone : « La P26 est une des plus graves dérives antidémocratiques qu’ait connues la Suisse »

RTS, 8.03.2018, Le journal de 8h

http://www.rts.ch/play/radio/le-journal-de-8h/audio/le-journal-de-8h-presente-par-foued-boukari?id=9374003 (06:30 - 08:40)

 

Entubage des auditeurs de la RTS par Lisa Mazzone au sujet de la P26

(07:30) Lisa Mazzone, vice-présidente des Verts : « La P26 est une des plus graves dérives antidémocratiques qu’ait connues la Suisse. C’était donc une armée qui s’est constituée sans aucune base légale et qui avait pour mission aussi de pouvoir intervenir en cas de retournement de forces démocratiques en Suisse. C’était extrêmement grave et il y a un intérêt public évident à avoir accès à l’histoire, et c’est plus que temps, depuis 1990, de, aujourd’hui, lever ce secret. »

En trois phrases, Lisa Mazzone, vice-présidente des Verts, accumule le grand « n’importe quoi » malhonnête pour chauffer les auditeurs à l’encontre du monstre du Loch Ness, pardon, à l’encontre de la P26.



Première phrase : « La P26 est une des plus graves dérives antidémocratiques qu’ait connues la Suisse. »

Commentaire : La P26 n’a absolument rien d’antidémocratique compte tenu des circonstances.
Fallait-il préparer la création d’une résistance intérieure en cas d’une occupation du pays par l’Armée rouge ?
La réponse évidente est OUI.
Ces préparatifs devaient-ils être tenus strictement secrets ?
La réponse évidente est OUI.
Le secret recherché a-t-il été atteint ?
La réponse est OUI.
Bravo la P26… Lisa Mazzone est renvoyée dans les cordes et qu’elle la boucle (elle est tellement décalée par rapport aux enjeux cruciaux d’alors que ses protestations ne sont que des coups d’épée dans l’eau destinés à la mettre, une fois de plus, au premier plan de la scène médiatique).
Lisa Mazzone aurait pu adresser un reproche justifié à la P26, à savoir son développement insuffisant tant en termes d’effectifs que de moyens.



Deuxième phrase : « C’était donc une armée qui s’est constituée sans aucune base légale et qui avait pour mission aussi de pouvoir intervenir en cas de retournement de forces démocratiques en Suisse. »

Commentaire : Sans se gêner, Lisa Mazzone défigure la réalité : « C’était donc une armée […] ». Comme elle fait partie du « camp du bien », elle sait qu’elle peut se permettre des écarts avec la vérité, le journaliste ne la reprendra pas. En effet, ce n’était pas une armée mais une organisation destinée à faciliter la création, le moment venu, d’une résistance patriotique efficace contre l’occupant soviétique.
Lisa Mazzone est tout de même consciente que son mensonge concernant « une armée » ne suffira pas à emporter l’adhésion, c’est pourquoi elle agite encore l’attrape-nigaud habituel utilisé par tous ceux qui n’obtiennent pas le suffrage des urnes (le seul et unique suffrage valable en démocratie, pour une démocratie qui fonctionne sans fraude de quelque nature que ce soit) … à savoir un « retournement de forces démocratiques en Suisse». Sous cette appellation, tout et son contraire peut figurer, à l’exception du pouvoir issu des urnes. Les communistes nous ont amplement montré que le pouvoir issu de la rue (la Gauche adore ce pouvoir « populaire » de la rue, des manifestations monstres… avec les Nazis c’était tout pareil) donne naissance à des horreurs totalitaires, plus abjectes les unes que les autres. 


Troisième phrase : « C’était extrêmement grave et il y a un intérêt public évident à avoir accès à l’histoire, et c’est plus que temps, depuis 1990, de, aujourd’hui, lever ce secret. »

Commentaire : Lisa Mazzone, du calme svp, pour accéder à « l’histoire » et la comprendre, il faut laisser de côté son indignation, ses préjugés et travailler, encore travailler. Le rapport Bergier en est un bon exemple. Ce rapport, « issu d’une sainte indignation », est tout simplement faux quant à ses conclusions générales, la réalité étant bien plus subtile et nuancée (et cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas eu aussi des saletés).

Louis Jämes

22 commentaires

  1. Posté par Jack Palance le

    Si on fêtait la journée des c….asses….ce serait férié tous les jours de l’année

  2. Posté par jean Naimar le

    Avec tous les camarades journaleux, c’est la reine « défèquenews » !!!

  3. Posté par bonardo le

    Mais que de conneries ,cette femme est malade pitié pour elle.

  4. Posté par leone le

    La dérive démocratique c’est d’octroyer la nationalité suisse à des individus de son accabit. Les moutons ouvrent eux-mêmes la porte de la bergerie au loup.

  5. Posté par Bibi le

    Cette femme doit la fermer une fois pour tout,elle dit que des conneries

  6. Posté par Alain le

    @toyet
    C’est pour cela que cette gauchiste veut également désarmer le peuple.

  7. Posté par aldo le

    Vous avez là l’ EXEMPLE PARFAIT DES CONSEQUENCES D’UNE PRESSE SOI-DISANT LIBRE MAIS NOYAUTEE A 90% PAR L’EXTRÊME GAUCHE et, qui se sert de références historiques intouchables selon leur mauvaise foi, pour ne colporter que d’authentiques ragots. Dans la bouche de ces bécasses « engagées » l' »Histoire » est forgée par répétition de bobards devenus incontestables et prenant ainsi l’apparence d’un révisionnisme partisan non déclaré comme tel. Ce serait là le rôle d’une presse d’opposition aguerrie aux techniques de ces totalitaires, qui fait malheureusement défaut. Relevons encore que ces « journalistes » de pacotilles ont été formatés par les anciens, qui forniquaient déjà pour le compte de l’ex-Urss, laquelle s’est emparée depuis des commandes de l’Europe, depuis la chute du mur de Berlin programmée par leurs soins.

    Il semble bien que pour être journaliste il faut commencer par être membre d’un parti, d’une église, d’un groupement religieux, d’un lobby etc. puis d’avoir ainsi droit à l’adoubement pour obtenir la qualification de journaliste et n’être connu ainsi qu’un d’un sérail limité. Vous pouvez facilement le vérifier en reprenant tous les articles d’un « journaliste » à la botte par définition, qui ne se foule pas, mais attend la marchandise toute faites proposée par sa ou ses chapelles pour la publier: c’est flagrant! Donc les liaisons dangereuses détaillées dans la référence qui suit, ne découlent qui d’un micmac orchestré initialement dans des officines secrètes sans que les lecteurs n’en aient connaissance. Il en est de mêmes pour les lobbys qui tracent aussi bien journalistes que politiques.
    https://www.fpjq.org/politiciens-et-journalistes-liaisons-dangereuses/

  8. Posté par pepiou le

    Cette péronelle est la bêtise incarnée au service de la mauvaise foi. Ignorante et vindicative, elle s’égare dans des sujets qui la dépassent. Pauvre petite chose qui n’existe que par la volonté des médias et d’un électora d’inconscients idéalistes.

  9. Posté par Moustic le

    Elle me fait penser à une rainette verte qui coasse tout azimut!

  10. Posté par toyet le

    Bel article de propagande, la p26 avait pour tâche de défendre une certaine Suisse que Madame Mazzone cherche à détruire de toute ses forces.Je vous rappelle que 3 inititiatives, référendums n’ont pas étés appliqués par le grand état totalitaire qu’est devenu la Suisse bruxelloises

  11. Posté par Dominique Schwander le

    Ne croyez surtout pas cette pastèque de Lisa Mazzone soumise à la uber-gauche. Une armée de l’ombre était nécessaire pendant la guerre froide et, à mon avis d’ancien officier EM, devient à nouveau indispensable.

  12. Posté par leu fro le

    Cette dame doit retourner à sa source. Elle ne doit rien faire pour la population Suisse. Elle ne connais ni notre histoire, ni nos coutumes!

  13. Posté par Antoine le

    La culture c’est comme la confiture, moins on en a et plus on l’étale …
    La péronnelle Mme Mazzone est la femme  »parfaite », elle sait tout sur tout !
    Je soupçonne qu’elle invente au fur et à mesure …

  14. Posté par Alain le

    @Matelot
    Elle l’ouvre tout le temps car les médias romands (de gauche), grâce à Billag, lui en donne l’occasion.
    Ne l’oublions pas c’est une »grande spécialiste » de notre armée et des armes.

  15. Posté par Alain le

    C’est la gauche qui EST une menace pour notre démocratie et nos valeurs !

  16. Posté par Arturus le

    Cette conasse ferai mieux de se battre pour le Thorium une énergie verte si elle avait du P..C c’est pour sûr qu’on n’entendrait plus parler de cette pouffiasse.

  17. Posté par Matelot le

    J’ai un copain qui a un jardin dans lequel il y a des buches en bois pour le feu. Il est d’accord de lui en offrir pour qu’elle ait quelque chose à ronger et se faire les dents. Et, en même temps, cela l’empêcherai de tout le temps l’ouvrir pour affirmer conneries sur conneries.

  18. Posté par Loulou le

    Le gauchisme est une maladie mentale.

  19. Posté par Le Taz le

    Et la RTS continue à faire la promotion de cette gourde bonne à bouffer du foin avec son amie équidé Doris Latarte!

  20. Posté par Maurice le

    Le journaliste serait-il aussi ignare de l’histoire que Lisa Mazzone ? Il n’y a rien à espérer de ces analphabètes…

  21. Posté par JeanDa le

    S’est-elle coupé le sein droit ?
    J’ai lu quelque part que, guerrières, Les Amazones le faisaient pour mieux pouvoir tirer à l’arc …

  22. Posté par Gérald le

    La plus grave dérive antidémocratique qu’ait connue la Suisse c’est le parti socialiste et tous les goooochistes. Cette mazzone devrait se taire , à elle seule c’est une pollution sonore . Elle sera prix Nobel de la « connerie » sous peu.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.