Berlin: Keira Gross, 14 ans, poignardée dans sa chambre d’enfant

Lichtenberg/Berlin – Elle commençait tout juste à conquérir le monde. Premier amour,  premier chagrin. Mais Keira G. (14 ans) est tombée sur la mauvaise personne. Apparemment, elle avait confiance en son futur assassin et l'a ramené chez elle. Leur rencontre s'est terminée dans un bain de sang.

C’est sa mère qui a fait la terrible découverte mercredi soir. Vers 17h30, elle a retrouvé sa fille dans sa chambre d'enfant criblée de coups de couteau.

Pendant près de 90 minutes, les sauveteurs ont tenté de ranimer la jeune fille. Cependant, l'auteur inconnu était comme fou quand il a poignardé la jeune victime. Keira est morte sous les yeux de sa mère. La femme s'est effondrée et est prise en charge psychologiquement depuis lors. Une enquête pour meurtre a été ouverte.

« L'autopsie a confirmé la suspicion d’homicide », a déclaré le porte-parole du procureur. « D'autres détails ne peuvent être divulgués à cause de l'enquête en cours. »

Une centaine de policiers ont fouillé la zone jeudi matin à la recherche de l'arme du crime. Ils ont regardé dans tous les bacs, sous toutes les voitures, dans tous les buissons. En vain.

Les enquêteurs ont frappé aux portes dans tout le quartier, montrant une photo de la victime, dansd l’espoir d’obtenir des informations sur ses contacts et le dernier endroit où elle a été vue. Grâce à une fouille de son téléphone portable, la police a déjà un suspect en tête. Les enquêteurs pensent que l'auteur et la victime se connaissaient. C’était peut-être son ex-ami.

Un voisin a rapporté avoir entendu une bagarre le soir et des claquements de porte.

Selon les informations des voisins, l'enfant de 14 ans vivait seule dans un appartement avec sa mère et un petit chien. Keira G. était une patineuse passionnée et s'entraînait régulièrement dans la halle de sport voisine.

Comme il n'y a pas encore de témoins, il est tout à fait possible que la police lance un appel à témoins.

Berliner Kurier, 8 mars

Voir aussi : Bild Zeitung, 8 mars

« L’enquête se poursuit dans toutes les directions », a déclaré une porte-parole de la police, mais il n’y a pas d’autres informations pour le moment.

Berliner Kurier, 9 mars

Traduction Cenator pour LesObservateurs.ch

4 commentaires

  1. Posté par Cenator le
  2. Posté par Sitting bull le

    Merkel mérite d être jugée a Nuremberg pour crime contre l humanité

  3. Posté par Daniel le

    « L’autopsie a confirmé la suspicion d’homicide » …. Ouah, faut passer des examens pour entrer dans la police? Se « cribler » (soi-même) de coups de couteau au point d’en mourir serait quand même une forme très perverse de suicide pour une très jeune fille, non?

  4. Posté par Liberté et patrie le

    Dans nos médias rien de tout ça pour que le peuple ne s‘inquiete pas. Trois filles déjà massacrées au couteau. Silence chez nous.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.