Orbán : la souveraineté est la clef du succès

post_thumb_default

 

Article initialement publié en anglais sur The Hungary Journal.

Hongrie – Si la Hongrie évite de devenir un pays d’immigration, elle prospérera, sinon elle « régressera, déclinera et stagnera, » a déclaré mardi le Premier ministre Viktor Orbán lors d’un événement de la Chambre de commerce hongroise à Budapest.

« Pour que la Hongrie puisse faire quoi que ce soit dans les quatre prochaines années, » aucun migrant ne devrait être autorisé à pénétrer dans le pays, la barrière frontalière doit être protégée, « Bruxelles devrait payer » au moins la moitié des coûts de la clôture frontalière hongroise et « tous ceux qui participent activement à l’organisation de l’immigration » devraient être interdits de séjour dans le pays, a déclaré M. Orbán.

Le Premier ministre a déclaré qu’en vertu de la dernière proposition de l’UE sur la gestion des migrations, la Hongrie devrait accueillir plus de 10.000 personnes et de nombreux regroupements familiaux, sa mise en œuvre coûterait 90 milliards de forints (286,6 millions d’euros) pour le budget central.

La Hongrie s’en sort mieux aujourd’hui parce que « nous ne nous laissons pas priver de la liberté de prendre des décisions pour nous-mêmes, car nous serions dans une situation désespérée si Bruxelles ou le FMI prenaient des décisions d’importance nationale ».

Le Premier ministre a ajouté que depuis que son gouvernement est arrivé au pouvoir en 2010, le FMI a été « renvoyé chez lui, » la Hongrie a remboursé ses dettes au FMI et à l’UE et le taux de chômage est tombé à 3,8%, avec le plein emploi à portée de bras ». En outre, le déficit budgétaire a été maintenu en dessous de 3% au cours des six dernières années et la dette publique a été réduite, a ajouté M. Orbán.

Pendant ce temps, le gouvernement ne s’est pas appuyé sur le FMI, ne s’est pas tourné vers des modèles étrangers comme des exemples à suivre ni ne s’est « incliné devant de quelconques menaces, » a-t-il dit. Il a au contraire conclu un accord avec les employeurs et les syndicats hongrois et a réussi à augmenter le salaire minimum de 90% depuis 2010, et a doublé le salaire minimum pour les travailleurs qualifiés, a ajouté M. Orbán.

« Si la Hongrie peut être protégée, » il est possible de maintenir un taux de croissance annuel de 4%, tout comme de réaliser le plein emploi d’ici 2022, a dit M. Orbán.

Le Premier ministre a également donné un aperçu des projets d’investissement dans les infrastructures d’Europe centrale, notamment la modernisation de la ligne ferroviaire Budapest-Belgrade et la construction de lignes à grande vitesse reliant Budapest à Varsovie et Budapest et Cluj-Napoca (Kolozsvár).

Viktor Orbán a également mentionné les projets de construction d’autoroutes pour le prochain cycle parlementaire reliant Miskolc dans le nord-est de la Hongrie et Kosice (Kassa) dans l’est de la Slovaquie et Pécs dans le sud de la Hongrie à la frontière croate.

Il a souligné que le gouvernement ne rédigerait pas un « budget électoral » insistant sur le fait que le déficit budgétaire resterait inférieur à 3% du PIB.

Sur le thème du chômage, M. Orbán a déclaré que s’il était réélu pour un troisième mandat consécutif, ses responsables économiques et lui-même travailleraient pour que la Hongrie ait le deuxième taux de chômage le plus bas d’Europe derrière la Tchéquie.

En conclusion, M. Orbán a déclaré que les quatre piliers du modèle économique hongrois étaient la compétitivité du pays, son économie du travail et ses politiques démographiques et identitaires.

Il a déclaré qu’il était important pour les entrepreneurs hongrois que la politique économique du prochain gouvernement représente les intérêts des entreprises hongroises. « La protection de notre indépendance nationale est l’alpha et l’oméga de cette [exigence], » a-t-il dit.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

3 commentaires

  1. Posté par UnOurs le

    La souveraineté, oui mais quand elle est motivée par la volonté de préservation ethnique.
    La souveraineté « benetton » des droitards ne mène nulle part sauf au cul-de-sac du Grand Remplacement achevé.

  2. Posté par miranda le

    OUI MONSIEUR ORBAN. La souveraineté est la clef du succès.
    Mais la nôtre, celle de la France, nous est volée depuis 1789. Et depuis se sont succédés à la tête de l’état, des hommes de pouvoir qui n’ont cessé de l’offrir, lentement mais sûrement à tous les mouvements avides de pouvoir.
    Aujourd’hui, les avides de pouvoir sont les banksters devant lesquels la France se met à genoux à cause d’élites « que ne se sentent pas françaises » et qui nous vendent aussi à des prêcheurs d’une religion ayant elle aussi le goût de la domination mondiale.

    Si nous regardons ailleurs, votre exemple pourrait nous encourager à retrouver notre autonomie.
    Un autre exemple, celui de l’ISLANDE que l’on croyait au bord du précipice quand elle a accepté de RENAITRE dans la douleur en laissant les banques faire FAILLITE.
    Elle a connu quelques années d’enfer, pour pouvoir Ressusciter.
    Et les ISLANDAIS se sont permis de faire LEUR REVOLUTION et démissionner tous ceux qui l’avaient mis dans cette situation.
    Mais nos médias bien pensantes ne parleront jamais de cette REVOLUTION et de cette RENAISSANCE DE L’ISLANDE.
    Maintenant, il y UNE MASSE ENORME DE PERSONNES qui ne supportent pas l’idée d’un sacrifice de quelques années pour nous LIBERER et qui n’imaginent pas un instant que nous pouvons développer un SYSTEME IMMENSE DE SOLIDARITE pendant ce « petit enfer ».Personne n’imaginerait que des parcs dans les centres villes peuvent devenir pendant une période DES JARDINS POTAGERS. Si Churchill ne l’avait pas imposé, les anglais seraient morts de faim pendant la guerre. (voilà un exemple de solidarité collective)
    INDIVIDUALISME UN JOUR, INDIVIDUALISME TOUJOURS?

  3. Posté par Vautrin le

    La sagesse, on le voit, est à l’est de l’Europe. Chez nous, 43,75% du corps électoral ont élu l’histrion élyséen, européâstre, immigrophile, atlantiste : le contraire même de la sagesse. Souhaitons pleine réussite à la Hongrie de Viktor Orbàn et aux pays de Visegrad.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.