Suisse: L’Union des étudiants de Suisse (UNES) veut faciliter l’accès aux études universitaires pour les réfugiés

Les réfugiés doivent pouvoir accéder plus facilement aux études universitaires.

Pour les aider dans cette voie, l'Union des étudiants de Suisse (UNES) a lancé un site Internet qui permet aux personnes concernées d'accéder aux informations utiles et de prendre en main leur situation.

(...)

Source et article complet

 

18 commentaires

  1. Posté par aldo le

    Rien que dans le titre on voit bien qu’il s’agit d’un machin franco-français pour venir foutre la m… dans nos université exactement comme en France. Des abrutis qui n’ont jamais rien actionné à part leur gueule, et qui deviennent directement donneurs de leçons, ça craint !

  2. Posté par John doe le

    Qu’ils commencent déjà par apprendre une langues nationale et et après on discutera. Ces abrutis d’étudiants et co. n’ont encore pas compris que ceux qui immigrent en Europe sont la majorité des crapules. Va falloir attendre que nos gosses se fassent violer et depesser dans nos rue pour que le bon peuple Suisse se réveille ou quoi!!!

  3. Posté par Antoine le

    @ sophie edouard : nous avons également un fils qui est en train de terminer son master.
    Je confirme les coûts (logement, nourriture, transport, frais d’étude, AVS, etc …) très élevés.
    L’accès aux bourse d’étude devrait être facilité pour les Suisses. Les autres étudiants devraient faire des demandes de bourse auprès de leur gouvernement respectif (Ministère).

  4. Posté par Tommy le

    Mais pourquoi faut-il qu’ils passent à nouveau par l’Uni ou l’ EPFL?
    Ils sont tous astrophysiciens, chirurgiens ou docteurs en économie!!!

  5. Posté par sophie edouard le

    Déjà que pour nos gamins le niveau est tellement élevés que c’est presque porte fermée, ensuite il faut payer un loyer car souvent ville éloignée, la nourriture, l’argent de poche, l’abonnement bus-train, ensuite l’AVS minimum de 400frs, la taxe militaire si ils sont encore en étude de frs 500.–, le forfait école de frs 100 par mois minimum sans compter les livres, l’assurance accident à payer à l’école (je sais de quoi je parle j’ai 2 garçons en haute écoles)… et en plus par semestre, si ils n’ont pas la moyenne, ils sont virés et se retrouvent sans rien, plus le droit de redoubler, trop cher…. De plus comme ces écoles coûtent cher on diminue les places, certains qui se déplacent depuis d’autres villes et qui n’arrivent pas 1h avant les cours doivent les écouter dans les corridors… Que les étudiants qui prônent cette connerie leur laisse leur place et payent pour eux, ras le bol de ces conneries alors que nous on est pressé comme des citrons…Nous on ne nous facilite rien du tout, on est juste les cons là pour payer!!!

  6. Posté par Le Taz le

    Déjà que le niveau est en chute libre dans nos universités, c’est de la folie furieuse, la grande majorité des envahisseurs possède un QI avoisinant 80 à 85, ils sont totalement incapables de suivre un cursus universitaire. C’est la triste réalité! Maintenant s’il y a des exceptions qui ont le niveau pourquoi pas mais il faut absolument éviter de niveler le niveau par le bas!!!

  7. Posté par Derek Doppler le

    Et j’oubliais la Sainte Quadrilogie Biotech – Cleantech – Fintech – Medtech.
    En fait nous sommes sauvés, la Suisse à 13 millions d’habitants diversifiés, c’est demain et c’est possible.

  8. Posté par Antoine le

    Je cite :  »Les réfugiés doivent pouvoir accéder plus facilement aux études universitaires ».
    Université : Vu le niveau de QI des migrants/immigrés, il y en aura environ 1 pour 10’000qui pourra se présenter aux examens d’admission.
    Concernant les autres (la grande majorité), ils continueront de nous narguer, tout en fumant une cigarette et en buvant un café (que nous payons par nos impôts) en nous voyant aller travailler !
    La vie est simple pour eux : on tend la main qui se remplit de billets … tout est gratuit et c’est bien mieux qu’au bled !

  9. Posté par Diane le

    Alors là je n’en reviens pas ! Pour avoir droit à une bourse d’étude, le service des allocations d’études tient compte du revenu brut des deux parents et se base sur un budjet totalement irréaliste pour vivre en Suisse. A Genève c’est le socialiste Charles Beer qui s’est attelé à la réforme des allocations d’études. Le résultat ? La majorité des étudiants dont les parents vivaient en Suisse ont perdu leur droit à une bourse. Par contre si vos parents vivent à l’étranger, vous rentrerez dans les critères de Charles Beer, puisque les revenus d’autres pays ne sont pas comparable aux revenus suisse, mais le coût de la vie également. Celui qui est riche ailleurs avec 3500 .- mensuels ne l’est pas à Genève. De plus , commet vérifier la véracité des revenus et de la fortune déclarés hors de Suisse ?

  10. Posté par Derek Doppler le

    Ce que les petits guignols de l’UNES n’ont pas bien compris, c’est que la Suisse ne dispose d’aucune richesse/source d’énergie quelconque en dehors des résidus de sa réputation et de son eau, absolument aucune.
    Bientôt, très bientôt, il ne restera plus une once de crédit/confiance/crédibilité, et là, on va bien rigoler. Oui oui, le génie universitaire helvétique et les éoliennes vont compenser, c’est sûr…

  11. Posté par Derek Doppler le

    Ouééé, plus de migrons en HEC, à l’EHL, au CF, ouéééé!!!
    Si je peux palper mon Revenu Universel en Thaïlande, ok pour moi.

  12. Posté par Matelot le

    Là, on atteint le summum du crétinisme voir de la trahison.
    Un réfugié est admis à titre provisoire et doit retourner chez lui, avec ses us et coutumes le plus vite possible. En commençant par tous les faux-réfugiés dont les pays ne sont pas en guerre et la liste est longue.
    Priorité doit être donnée aux Suisses qui n’ont pas les moyens financiers pour étudier à l’université.

  13. Posté par rikiki le

    Je pensais que les études rendaient intelligent. Elles ne donnent que le savoir et pas l’intelligence. Ces pauvres idiots se sabordent eux-mêmes avec leurs futurs descendants.

  14. Posté par Alain le

    Pouce en bas au 20 Min !

  15. Posté par Vengeur le

    @Fleeps
    Les têtes ne boufferont pas de soupe froide, mais rouleront parterre après avoir étés coupées. Cette bande de merdeux inutiles va avoir très peur, vraiment très peur, juste avant de mourir.

  16. Posté par Fleeps le

    Ça ne changera pas tant que ces petits merdeux d’intello n’auront pas bouffé assez de merde dans leurs vies pour se rende compte que l’argent n’est pas gratuit et que les places de travailles ne sont pas illimitée.
    Moi j’attend que les choses se dégrades et après je vais savourer la vraie vie en voyant les têtes de ces dégénérés bouffer « la soupe froide »
    Être généreux au point de perdre sa propre subsistance pour être sur qu’aucune idée UDC ne puisse traverser l’esprit, j’attend et je vais prendre mon pied!!

  17. Posté par monde-tombé-sur-la-tête le

    Pourquoi faire passer les pauvres « réfugiés » par la contrainte des études universitaires?
    De la même façon que personne ne leur demande de travailler avant de les arroser de faramineux « salaires » sous forme d’allocations et des droits divers et variés, dont beaucoup de gens qui travaillent ne peuvent que rêver, dans la même logique il faudrait simplement leur distribuer directement les diplômes universitaires. Des toutes façons on nous a déjà expliqué qu’il s’agit de médecins, ingénieurs et autres avocats, dont notre avenir dépend.

  18. Posté par bigjames le

    Le bourrage de crâne dès la maternelle, inculqué à nos enfants, porte ses fruits dans l’auto-destruction de sa nation et de son propre peuple.
    Bravo aux socialistes. Ils ont réussi leur coup au delà de leurs espérances.
    C’est un ethno-suicide parfait.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.