Médias. Le débat d’Infrarouge sur No Billag était truqué !

vidéo : http://www.rts.ch/emissions/infrarouge/ (14 février)

 

Ce débat décisif pour la votation sur No Billag en Suisse romande était biaisé, avec un temps réparti de façon inéquitable, truffé de déclarations mensongères de la part du camp du Non à No Billag.

Les participants au camp du « Oui » :

1) Nicolas Jutzet, représentant de l’initiative pour la Suisse romande. EM dit qu’il a 22 ans mais en réalité il en a 23. Jamais l’âge des autres participants n’est évoqué. Mais il n’y a pas de petit profit pour le minimiser… et en s’adressant à lui, elle dit : « Au début personne ne vous a pris au sérieux, aujourd’hui l’idée a fait son chemin …».

2) Jean-François Rime, conseiller national fribourgeois UDC et président de l’USAM.

Dans le camp du Non à No Billag :

0) Esther Mamarbachi (EM), la journaliste (qui est censée être neutre, hi, hi, hi !!!).

1) Son patron et big boss de la SSR: Gilles Marchand.

2) Laurent Wehrli, syndic de Montreux et conseiller national PLR (un PLR qui se bat contre une initiative des jeunes PLR et pour une taxe obligatoire !). D’emblée, EM le cite en le présentant : « L’initiative mettra en danger la cohésion nationale »

3) Doris Leuthard, conseillère fédérale. EM introduit la star du plateau : « C’est son dernier combat et elle l’espère bien la gagner. »

4) Pierre Veya, responsable de la rubrique économique de Tamedia et rédacteur en chef du Matin Dimanche. P. Veya se prête à merveille à des jeux de débats biaisés.

Pour la Suisse romande, il s’agit d’un débat décisif pour la votation No Billag.

Le début du débat est équitable, le rituel routinier de cette émission démarre sur les chapeaux de roue, avec la voix jappant de Mamarbachi, et  les téléspectateurs qui ont l’habitude de s’avachir et gober la télé passivement  n’y voient que dalle dans la tournure du débat.

P. Veya est présenté par EM comme s’il était pour l’initiative No Billag. Nous verrons qu’il n’en est rien ! Compte tenu de la partialité de la journaliste, cela signifie que ce débat qui comprend officiellement 3 partisans et 3 opposants, se déroule de facto à 2 contre 5 !

(Comment EM a-t-elle pu faire gober aux téléspectateurs et aux participants un débat continuellement faussé par des approximations et des coupures de paroles ?  Il s’agit d’une des techniques de manipulation que la RTS manie à merveille, en continu, sans rencontrer le moindre ennui conséquent, et cela dure depuis une quarantaine d’année. (Celui qui a suivi des cours de communication de masses ou de marketing reconnaît aisément ce b-a-ba de la manipulation dont la RTS fait usage.)

infrarouge-nobillag-4participants

infrarouge-nobillag-6participants


Ici, après un reportage distrayant sur Radio Chablais, à 32:05 minutes, EM introduit mine de rien sur le plateau G. Marchand et P. Veya :

EM : Deux nouveaux invités nous ont rejoints. Pierre Veya, responsable de la rubrique économique de Tamedia, journaliste au Matin Dimanche, il a écrit dans l’Hebdo en 1995 : « Et si on supprimait la SSR ? »

EM, comme de coutume, manœuvre, crée des connivences ... et D. Leuthard sourit et compte bien obtenir l'approbation de ses propos par ce biais. Parallèlement, le temps de parole accordé aux deux camps devient de moins en moins équitable. Pire encore, chaque fois qu'un propos très pertinent règle un sujet (la cohésion nationale a déjà existé avant la SSR et continuera d'exister après sa disparition), ce propos n'est pas relevé et le talisman "cohésion nationale" sera à nouveau agité à la prochaine occasion. Et le temps avance, et le débat mal conduit, lui, n'avance pas tellement, tourne en rond.

Questions biaisées et phrases choc d’EM à N. Jutzet et à J.-F. Rime :

Pourquoi défendre cette idée tellement radicale, je voulais dire même, révolutionnaire ? Cela ne ressemble pas à l’UDC ! (8:28)
Ce genre de remarque ridicule n'apporte rien mais fait perdre  du temps (l'émission a été truffée de ce genre de stupidités).

Vous voulez privatiser tout ? (N. Jutzet répond : la SSR est déjà privée)

Vous voulez une berlusconisation ? Une blochérisation ?

Même Economie Suisse est contre l’initiative No Billag !

Un franc par jour pour « Infrarouge », c’est cher payé ?
(Comme remarque futile et chronophage, c'est bien trouvé. Bravo!)

Le mandat de la SSR, l’art. 93, alinéa 2 : « La radio et la TV […] prennent en considération les particularités du pays et les besoins du canton. » En supprimant cet article de loi  […], « c’est un coup de frein, un coup de poignard au fédéralisme, à la cohésion nationale de ce pays ? »

Au sujet de la redistribution aux régions : vous êtes en train de pénaliser la Suisse romande ? (19:38-19:55)

On est en train de tuer cette Suisse. Il faut aussi rappeler les yodleurs, les sociétés de musique folklorique, toutes ces associations culturelles, qui font aussi la culture typiquement suisse : ils sont contre cette initiative. J.-F. Rime, qu’est-ce que vous répondez à cela ? On est en train de tuer un peu la cohésion nationale (22:36). J.-F. Rime répond mais EM insiste et répète : « Sur la cohésion nationale ? »

Rien qu’un match de Gottéron sera plus cher que la redevance !
(Mais M. Rime a choisi et il est d'accord de payer pour cela, c'est toute la différence.)

 

Doris Leuthard

D. Leuthard a un temps de parole record. Malgré cela, elle est confuse, multiplie les affirmations légères et simplistes, parfois mensongères. Elle fait beaucoup de charme, se montre théâtrale, compense son incompétence par des effets: grimaces, regards charmeurs, sourires voire ricanements lorsque ses opposants ont la parole, elle joue sans cesse sur l’émotion. Et les caméras ne la loupent pas, même lorsqu’elles devraient plutôt montrer N. Jutzet ou J.-F. Rime en train de parler. Ces jeux de caméras contribuent encore plus à minimiser le camp du Oui, qui est déjà réduit comme peau de chagrin.

« Tout le monde n’aura pas les moyens de payer si le Oui passe. »… « Vous pensez que le marché va régler tout ? Ce marché ne fonctionne pas parce que ce marché n’existe pas. C’est difficile de faire le choix entre les différentes offres ! Il faut donc une redevance ! » (6:41)

D. Leuthard nie avoir refusé le débat, malgré les évidences évoquées par J.-F. Rime. Elle contre-attaque même. Ce serait J.-F. Rime qui n’a pas participé à la discussion qui a duré 14 heures au Parlement, au National et aux Etats (42:32). D. Leuthard : « Je peux accepter que le résultat n’était pas correct pour vous mais c’était une décision du Parlement et il faut l’accepter. »
(Merci Madame Leuthard, Monsieur Rime ne savait pas cela! )

D. Leuthard rit pendant que J.-F. Rime déplore que le débat sur les services publics n’ait pas eu lieu ; les deux images sont opposées par la caméra. (56:45)

D. Leuthard se surpasse lorsqu’elle dit : « Ma maman chaque soir regarde la TV ! Parce que c’est aussi un aspect social. C’est pour ça que la solution avec la redevance, c’est correct, ça permet la diversité au niveau régional, au niveau de la diversité des médias et il faut s’occuper de l’avenir. » (55:54)
(comment se fait-il que cette femme ait pu se hisser jusqu’au Conseil fédéral et y rester durant  plus de 12 années ? Mais c’est incroyable !)

 

Jean-François Rime 

J.-F. Rime apporte son soutien à l’initiative, car la double imposition injuste (pour ne pas dire démentielle) des entreprises lui est insupportable. Néanmoins, il dit qu’il ne trouve pas l’initiative parfaite (8:29).

(Nous non plus, nous ne trouvons pas l’initiative parfaite, pour une raison qui n’est nulle part évoquée, ni par les initiants, ni par le camp adverse : La SSR diffuse une sensibilité de gauche non-stop, pour ainsi dire chaque émission est infestée par l’idéologie de gauche, elle détruit la liberté de penser, lave le cerveau du peuple suisse avec une idéologie mortifère et œuvre à la destruction de notre nation, de notre civilisation, de nos racines chrétiennes, de notre futur. Cette attitude est mortifère, cette SSR devrait disparaître dans sa totalité. Il n’y a aucune alternative en Suisse romande, ni dans la presse ni dans l’audio-visuel, et les résidents en Suisse seront contraints de financer cet organe de propagande et tous ceux qui dépendent du Soylent Green qu’il distribue autour de lui.)

 

Reportages

(Le débat est entrecoupé de reportages, qui sont davantage des plaquettes de propagande pro-Billag que des moments d’information.)

Exemple : 34 radios et TV régionales seront privées de 67,5 millions, ce qui représente 35-70% de leur budget. Cette initiative bifferait aussi le mandat de « service public ». Cela signifierait par exemple « la fin de l’obligation de refléter équitablement la diversité des opinions, la fin de l’obligation de proposer des programmes dans les quatre langues nationales. »

Reportage sur Radio Chablais (RC) (29:28). 50'000 auditeurs. 1/3 financé par la redevance. 35 employés. Directeur de RC, Florian Jeanneret : Les conséquences en cas de Oui le 4 mars seraient dramatiques. A l’aube de 2020, RC va s’éteindre. Le financement participatif ne marche jamais. (C’est un argument qui est repris par chaque opposant à l’initiative. Les mêmes qui pleurent pour la disparition annoncée de la Chaîne du Bonheur. Pourtant, il y a là une contradiction formidable. Le peuple suisse serait enclin à donner chaque année volontairement des millions pour des peuples lointains mais refuserait de verser 7 fr. mensuels pour sa radio locale préférée ?)

Jérôme Desmeules, UDC VS, défend No Billag. Il compte sur le génie helvétique pour trouver des solutions. Chacun reste campé sur sa position. (Que de temps et d’argent perdus dans ces reportages stériles !)

La SSR, c’est 39% d’info. 94% de la population regarde la TV de la SSR.

 

Questions des internautes triées soigneusement, et réponses:

- Dans certains pays la redevance est moins chère.

Réponse de D. Leuthard (15:35) : Si on n’avait que la Suisse alémanique, la redevance ne serait que 200 fr. Mais on a 4 langues : on a un transfert de la Suisse alémanique vers la Suisse romande, la Suisse italienne. C’est important, c’est la cohésion que M. Wehrli a mentionnée.

- Remboursez-moi ma participation scolaire, je n’ai pas eu d’enfants.

Réponse de N. Jutzet : Il y a une différence de fond. La formation est payée comme impôt et une population bien formée contribue à la richesse du pays.

- Billag est trop cher, l’internaute va voter oui.

Réponse de L. Wehrli : ça va être bien plus cher si le Oui passe. Ce n’est pas cher pour une offre large.

- Mise en danger de la démocratie ?

EM : « C’est vrai que dans le mandat public il y a aussi cette importance de donner et former l’opinion publique, informer par rapport à cette démocratie. Qu’est-ce que vous dites, Monsieur Jutzet ? »
("former l'opinion publique" !!!)

 

Pierre Veya

Les interventions de P. Veya sont très ambivalentes, En 1995, dans un numéro de l’Hebdo, il parlait de supprimer la redevance car les services publics entrent en compétition d’une manière déséquilibrée avec les médias, d’où une distorsion de concurrence. P. Veya cite comme exemple la BBC qui touche la subvention mais n’a pas droit à la publicité, soit l’inverse de ce que demande l’initiative. P. Veya : Je ne partage pas les conclusions de N. Jutzet, qui est d’une tendance libertarienne, qui est un courant tout à fait respectable. Je pense que le service public, ou ce qu’on appelle un bien commun, doit être financé par des moyens de l’Etat, et le budget de l’Etat devrait y parvenir. Parce que je pense que cet impôt est juste. (33:56) L’information est un bien commun mais le sport ne fait pas partie du bien commun.

(Et la désinformation de la SSR, orientée à gauche, c’est un mal commun ? )

Avec l’arrivée de l’internet et la fusion de tous les médias, la gouvernance doit être changée.»

P. Veya prendra également la parole pour tirer la sonnette d’alarme, sur un ton dramatique, concernant la situation catastrophique de l’ATS, et lorsqu’on le questionne sur Billag, il parle de l’ATS : « … et là, nous allons nous rendre compte ce que signifie la disparition d’un service public.» G. Marchand répond à P. Veya : « Nous sommes actionnaires, nous n’avons baissé en rien nos mandats de prestations. Je suis d’accord qu’il faut soutenir l’ATS ». P. Veya veut l’interrompre mais EM demande qu’il laisse finir parler son patron. J.-F. Rime et N. Jutzet sont souvent interrompus mais EM n’intervient jamais pour leur rendre la parole, bien au contraire, elle les interrompt également.

Au sujet de P. Veya, voir aussi l’annexe à la fin.

 

Moments décalés et inattendus:

- EM à G. Marchand : Pourquoi les audiovisuels ont-ils la redevance et pas les médias ?

- P. Veya à G. Marchand : Nous avons la même offre sur les différentes chaînes.

- P. Veya dit que si l’initiative est acceptée, le parlement va proposer une modification de loi. Il y aura enfin un vrai débat.

EM demande alors à D. Leuthard : « Ce n’est pas trop grave, le Parlement va trouver une solution ? C’est vrai, beaucoup d’initiatives n’ont pas été appliquées ! » (EM sous-entend tout bonnement que le Parlement va contourner les résultats de la votation en cas de Oui !)

D. Leuthard s’en défend (38:30) : « Une, je dirais une, c’est l’immigration de masse […] c’est comme ça, mais il n’y a pas beaucoup d’initiatives où on a eu le même problème » (sic !).

- EM à G. Marchand : « Vous n’êtes pas payé pour avoir un plan B ? » (Là, pour la première fois, nous trouvons EM presque sympathique !)

- (après un message d’un internaute : « Arrêtez de faire peur aux citoyens, vous faites du chantage aux citoyens.», 42:31) EM à G. Marchand : Est-ce que le mammouth SSR va arrêter de grossir en cas de non ? Réponse du boss : « Comme vous y allez, ma chère Esther ! » (1:02:21).

 

Laurent Wehrli

L. Wehrli est l’adversaire le plus coriace, le plus dogmatique, le plus « bolchévique » pour défendre la redevance, il surpasse même G. Marchand:

« Sans la redevance, il y aura une manque de diversité dans les médias. » Les éditeurs sont aussi contre l’initiative.
(La diversité avec la SSR, toujours à gauche, nous la cherchons encore.)

Concernant une aide possible pour les chaînes locales : « […] Il ne faut pas tromper le peuple à la veille du vote ! »

 

Gilles Marchand

« Même le secteur de la publicité considère mortifère cette initiative. Lorsqu’on regarde sérieusement avec la branche, on se rend compte juste que des choses ne sont pas possibles. »

Le mandat actuel nous donne la possibilité de faire des émissions qui ne sont pas rentables. Ce serait terrible d’être dans une logique où tout s’achète à la pièce. Nous essayons de faire des choses qui trouvent un succès populaire. Donc, nous ne pouvons pas intéresser à des domaines d’intérêts minoritaires » (43:10) (Ce qui est terrible, c’est que la quasi-totalité de vos émissions sont infestées par la propagande gauchiste !)

 

Nicolas Jutzet

Et finalement, N. Jutzet devait apprendre à ses dépens que les arguments béton qu’il amenait aux téléspectateurs ne servaient à rien pour convaincre qui que ce soit. Par exemple, il explique qu’il suffit d’imposer dans la loi l’obligation de tenir compte des handicapés, comme en France, et que le problème sera résolu. C’est peine perdue : le mantra « c’est impossible » reprend de plus belle.

N. Jutzet savait que son temps de parole était compté et en un minimum de temps, il a pu délivrer, comme un maître la totalité des arguments avec clarté et intelligence, il était excellent dans chacune de ses réponses mais les dés étaient pipés.

Dans une situation pareille, il faut faire comme A. Bercoff lorsqu’il a quitté le plateau d’« Infrarouge » après s’être mis en colère contre EM.

Ou bien, il aurait fallu faire comme Addolorata Marra, lorsqu’elle a tourné la votation en sa faveur en versant des larmes de crocodile sur le plateau, en évoquant le sort cruel des secundos qui doivent subir la procédure inhumaine de la naturalisation helvétique.

 

A la fin, EM demande de conclure à N. Jutzet, puis à D. Leuthard.

médias.Tous les joursLaventCerveauAvecTV

 

MédiasLeGalloula-tyrannie-mediati

Médias. Le son ne sort que du côté gauche

N. Jutzet parle durant 12 secondes, tandis que D. Leuthard a droit à 1 minute 50 secondes pour conclure. Et en plus, c'est elle qui a le dernier mot. EM connaît le dicton: « C'est toujours le dernier qui a parlé qui a raison. »

**************

Annexe : quelques liens au sujet de Pierre Veya pour situer le personnage :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Veya

https://lesobservateurs.ch/2017/12/18/no-billag-saborder-volonte-peuple-miracle-oui-passait/

Et ses trois éditoriaux du 14 février 2014 :

« Les leçons d’un oui » : https://www.letemps.ch/opinions/lecons-dun-oui, avec les commentaires de http://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/archive/2014/02/10/pierre-veya-virons-les-vainqueurs-252833.html

« Migration: l’UDC nous trompe! » : https://www.letemps.ch/no-section/migration-ludc-trompe-0

« Christoph Blocher: le poison » : https://www.letemps.ch/opinions/christoph-blocher-poison-0

 

Cenator, le 17 février 2018

 

31 commentaires

  1. Posté par Gaston Siebesiech le

    Laurent Wehrli PLR Cuppli – saucisson. Delamuraz doit se retourner dans sa tombe. Une vraie usine à networker:
    « • Président de la Fédération suisse des sapeurs-pompiers (FSSP), qui regroupe les 110’000 sapeurs-pompiers miliciens et professionnels de Suisse et du Liechtenstein, après avoir été membre du Comité.
    • Président de Pro Familia Suisse (PFS).
    • Président de l’Association suisse du Conseil des communes et régions d’Europe (ASCCRE).
    • Président du Conseil de politique sociale du Canton de Vaud (CPS).
    • Vice-président de l’Office du tourisme du Canton de Vaud (OTV).
    • Trésorier de la Fondation du Château de Chillon.
    • Membre du Conseil d’administration de la Compagnie générale de navigation – Belle Epoque (CGN-BE).
    • Membre de la Délégation suisse au Conseil des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe (CPLRE) du Conseil de l’Europe.
    En tant que représentant de la Commune de Montreux:
    • Vice-président du Conseil d’administration de la SA du Casino Barrière de Montreux.
    • Membre du Conseil d’administration de la SA du Centre des congrès de Montreux (CCM-2m2c).
    • Membre du Comité de Montreux-Vevey Tourisme (MVT).
    • Membre du Comité de l’Union des communes vaudoises (UCV). » selon son site.
    Après sa prestation très engagée, il va sûrement siéger d’ici peu à la SSR/SRG…
    A côté de ses mandats politiques et autres agapes ….

  2. Posté par Le Taz le

    Je me suis amusé à renifler les origines des journalistes présentateurs de la RTS, faites en de même, c’est assez édifiant, origines plus confession. Euh, une question: il y a-t-il des suisses de souche à la RTS???

  3. Posté par Gubelmann le

    Bonjour
    Il n’y a pas que le débat qui est truqué… Aujourd’hui je suis passé devant un panneau d’affichage d’affiches pour les votations à Chêne-Bourg dans le canton de Genève. Un coté donnait coté de ce panneau donnait côté rue… un rond point, donc un endroit où on roule lentement et plus prudemment et l’autre côté sur… LA DECHETERIE. Côté route 3 fois NON et côté déchèterie 2 fois OUI un fois NON. Bravo la commune! C’est dommage que je ne puisse pas mettre les photos que j’ai pris pour vous faire partager ce moment de démocrature ou de dictacratie comme vous préférerez.
    je verrais bien la maison de la télé transformée en… EMS. après tout il y a un grand besoin de places pour nos anciens.
    Patriotiques salutations.

  4. Posté par pierre le

    @sm
    100 % d’accord avec vous ,cet article tombe aussi bas qu’infrarouge c’est pas peu dire

  5. Posté par Jacques le

    L’interférence dans les élections d’autres pays est une pratique constante des USA. L’exemple le plus récent fut l’élection présidentielle au Honduras.

  6. Posté par JeanDa le

    Qui regarde encore cette émission de téléréalité pourvoyeuse de niaiseries orientées à gauche ?
    Ils appellent ça un débat, mais en fait c’est un tribunal malhonnête.

  7. Posté par Helena le

    Je ne regarde pas de telles sottises. Mon coeur est ma compassion sont les seuls juges sur ma vie. Je ne paie pas pour des ideolgies de tout bord mais pour la sincerite . Alors une Tv q on nous impose, une verite selon eux? Ils sont qui eux? Le poouvoir financier, indrustriels? Juste etre vivant tu paies? Cool la vie! A force de nous vendre la croissance que detruisons nous?

  8. Posté par SD-Vintage le

    A propos de triche, je pensais aux USA où il y une véritable interférence dans les prochaines élections de mi-mandat : l’interférence du procureur spécial Mueller et son équipe de démocrates en faisant durer une enquête qui n’aurait pas due durer plus de quelques mois, et en installant un doute sur l’honnêteté de Trump et des Républicains, en appuyant ses amis démocrates par des mises en accusation bien mises en scène, et enfin en semant la confusion
    – d’un côté entre tentatives de certains russes d’influencer les élections contre une candidate dont l’agenda était clairement anti-russes
    – et de l’autre côté une collusion entre Trump et ses équipes et l’Etat russe pour faire gagner Mr Trump, ce qu’il n’a toujours pas prouvé. Mais que les Démocrates ne cessent de dénoncer… en s’appuyant sur le travail de Mr Mueller !
    D’une part, Mr Mueller n’est pas la personne la plus neutre dans cette affaire, pouvant même être suspecté d’avoir couvert des malversations démocrates. Il s’appuie sur un dossier d’accusations financé par les démocrates.
    D’autre part, tenter d’interférer dans des élections étrangères est une vieille pratique de l’Etat américain, Obama a essayé de faire perdre Netanyahu en Israël, et la CIA pratique cet exercice régulièrement.
    C’est encore plus vrai de lobbys ou individus américains ayant un agenda dans d’autres pays comme G. Soros et son Open society, que ce dernier travaille ou non en collaboration avec les services américains, à l’image de ce qu’il a fait en Ukraine voire en Russie. Et jusqu’ici aux USA cela ne dérangeait personne.
    Il y a aujourd’hui une véritable menace pour la démocratie américaine : elle s’appelle Robert Mueller.

  9. Posté par Jacques le

    Quelle différence entre un mamamouchi et la Mamarbachi ? Le premier était un dignitaire fictif créé par Molière dans le Bourgeois gentilhomme, alors que cette dernière est un parasite gauchiste qui sévit au sein de la RTS grâce à la redevance que nous sommes contraints de verser à Billag !

  10. Posté par Le Taz le

    Excellente analyse des techniques de manipulation permanentes de la RTS. De plus les défenseurs de No Billag sont gentillets, face à ces charognes bolcheviques il faut être offensif, par eg. La SSR doit être démantelée car elle désinforme en permanence le peuple, elle influe donc sur les résultats des votations puisque les électeurs votent sur la base d’informations totalement fausses! La démocratie est biaisée par la SSR et ceci est inacceptable dans notre système de démocratie directe! Madame Mamar Bachirbouzouk, réalisez-vous que la majorité des suisses vous déteste???

    A l’instant où j’écris ces quelques lignes, je lis également le télétexte de la RTS, la aussi la manipulation n’a pas de limite, eg. Le chef du parti europhobe… Cela implique que les souverainistes qui ne veulent pas de la dictature de Bruxelles sont des racistes, ce qui est parfaitement faux. Chaque propos, chaque phrase qui émane de la RTS est biaisée et manipulatoire. Pour tous ceux qui ont quelques liens synaptiques en état de marche, ceci est insupportable!!!

  11. Posté par Hervé le

    Pas regardé, pas intéressé. Obliger les citoyens à financer une entreprise privée, indépendamment de la consommation, est immoral et anticonstitutionnel. Fin du débat.
    Mais deux choses deviennent sûres. 1) Fini le consensus, ça sera la guerre si ça ne passe pas. 2) Ceux qui pensent que sauver la redevance est la chose à faire, ils vont se prendre dans les dents la facture pour financer les torchons papier.

  12. Posté par Mateo Sollner le

    Il faut avouer que les 2 camps sont pétris de contradictions…entre ceux qui veulent pas d’intervention de l’état mais seraient quand même pour si il devait y avoir un vide médiatique (alors que l’initiative l’interdit expressément sauf en cas de guerre) et l’UDC Desmeules qui prône le OUI à NO BILLAG mais serait prêt à réintroduire une taxe cantonale pour sauver Radio Chablais (=statu quo mais déplacement du financement fédéral au niveau cantonal, voilà une excellente raison de ne pas voter OUI!!!). Sincèrement je ne sais pas quoi voter, je suis nationaliste donc pour la possibilité que l’Etat intervienne (sinon c’est vrai que la Suisse n’aura plus de supports médiatiques propres et sera noyée dans la masse franco-allemande-italienne, sans infos locales) mais en même temps contre l’utilisation politique qui en est faite actuellement. C’est un sacré dilemme. Par ailleurs, les états voisins ont tous des Radio/TV subventionnées, et leurs infos ne sont politiquement pas différemment orientées de la SSR, donc autant garder sa merde nationale et tenter de la réformer plutôt qu’ouvrir ses frontières à celle des autres. Non?

  13. Posté par Jean Durand le

    Cela fait 3 ou 4 ans que je ne regarde plus cette émission, je me sens beaucoup mieux depuis. Qu’on continue le matraquage, mon oui est déjà envoyé! Si le oui passe, une belle économie à faire par la RTS est la suppression de cette émission de propagande.

  14. Posté par Robinsons le

    Il s’agit d’abroger une TAXE ANTISOCIALE et OBLIGATOIRE (et non 1 impôt qui est calculé en pourcentage du revenu): La redevance.

    Je revendique le droit du choix de ne pas à avoir l’obligation de payer pour des émissions débilitantes, prémâchées, lobotomisantes et déjà propagandistes qui seront taxées d’office.
    Depuis le 11.09.2001 (lavage de cerveau à outrance/stratégie du choc), nous n’avons plus de tv/radio dans notre foyer = via POUBELLE !
    Il y a bien d’autres sources de plaisir dans la vie: sortez, lisez, voyager, partager, cela développe l’esprit critique !

    Malgré l’avalanche de propos (articles/vidéos) alarmistes visant à susciter, comme d’habitude, la PEUR du petit peuple bêlant, hypnotisé devant cet écran et qui se suffit de « vivre par procuration », si l’initiative passe la Terre continuera de tourner et les acteurs/auteurs/bouffons de tout ce cirque, remis de leur effroi, devraient pouvoir se réinventer en commençant par se remettre profondément en question. Il n’y a que le changement qui soit constant ;o)

    Exclu de devoir payer pour des chaînes… on en a déjà bien assez (au sens de l’esclavage) !
    Exclu de se rendre complice de cet abrutissement des masses !
    Déjà voté: OUI à l’initiative de la suppression de cette TAXE.
    Et ce sera aussi OUI en juin à « Monnaie-Pleine » http://www.initiative-monnaie-pleine.ch/

    Merci Cenator pour votre analyse.

  15. Posté par Dominique Schwander le

    Ce n’est pas une émission de TV, c’est une manipulation programmée, honteuse et partiale subventionnée par des contribuables aveugles et sourds. Des manipulateurs et des manipulatrices en surnombre de la gauche supra-nationaliste et du pouvoir économique mondialiste ont tenté, une fois de plus, de modeler et de censurer les faits et les opinions plutôt que simplement et honnêtement de les signaler et de les reporter, afin que chacun réfléchisse, raisonne, analyse et décide. Dans cette misérable et coûteuse émission, ces faiseurs d’opinion manipulateurs et désinformateurs, majoritaires comme il se doit dans une dictaure, ont essayé de tromper le public en leur faisant croire qu’ils sont des autorités neutres, en cherchant par tous les moyens de nous faire vivre un ensemble d’expériences valorisantes et émotionnelles, (même exploitant et déformant la notion de patriotisme défendu par la droite), alors qu’en réalité ils ont leur propre agenda caché. Que de bonnes raisons pour voter oui à NO BILLAG. Ceux qui voteront contre cette initiative sont de triste idiots utiles manipulés qui se soumettent à des politiciens corrompus, des médias manipulateurs et désinformateurs et à leurs pairs, tous soumis à un lavage de cerveau.

  16. Posté par coocool le

    J’avoue me contenter de vos commentaires, je n’ai pas le courage ni le temps de regarder une telle émission… Votez et surtout faites voter votre entourage en faveur de l’initiative le 4 mars !

  17. Posté par SD-Vintage le

    « Un franc par jour pour « Infrarouge », c’est cher payé ? » : oui, très cher payé.

  18. Posté par conrad.hausmann le

    2 contre 6 ou 7, c’est bien la « neutralité » et l’équilibre habituel à la TSR. comme un avis PLR un avis PDC, parfois un avis UDC contre 44 avis socialistes ou verdoyants…

  19. Posté par SM le

    @OFF-old foul face 14h33. Quelle preuve ? Quelle vérité ? On dirait que nous n’avons pas vu la même émission ! Je suis heureuse que ce site existe et le soutiens entièrement, ce qui ne devrait pas empêcher le lecteur d’oser émettre une critique…

  20. Posté par Yolande.C.H. le

    Le seul point qui pourrait paraître positif, c’est que cette redevance « étatique » est payée par tous, donc par des communautés étrangères qui ne la regardent même pas; sauf, SAUF qu’un tel outil inamovible pourrait un jour est pris en main par un « autre type d’éducation », et c’est bien les médias d’aujourd’hui qui plaident une ouverture la plus large possible à d’autres types d’éducation ! Et, par le formatage tous azimuts, les gens passeront d’une éducation à l’autre (d’une cohésion à l’autre, même), sans coup férir, si j’ose dire.

  21. Posté par Yolande.C.H. le

    Pour ceux qui, à propos de cette votation, invoquent la cohésion nationale, cela veut dire ceci:

    Que la population pense comme eux, c’est pourquoi ils se donnent la mission de « former l’opinion publique.

    Et voilà la supercherie: ils se donnent pour tâche de former l’opinion, puis vont interroger les gens qui, souvent, répètent ce qu’ils ont entendus de ces mêmes médias.

    Ces médias « donneurs de leçons » n’apportent en fait que la division car une partie de la population n’a pas besoin d’eux pour être capable de penser. Ainsi, la division ne se situe pas dans les diverses positions politiques, mais bien de cette volonté des médias d’éduquer.

  22. Posté par bigjames le

    Avec le matracage actuel, en affiches, en paroles sur les ondes et même au cinéma , avec des spots complètement débiles et mensongers, si l’initiative passe ce sera un miracle et une baffe monumentale à tous ces profiteurs et menteurs, de cette caste de gauchistes et PLR.
    Un dimanche noir, qu’ils nous diront , la mine basse.

  23. Posté par Blocus le

    Tout de même, présenter Veya comme s’il était dans le camp du No Billag alors qu’il vient pour plaider le financement de la presse par la manne publique, il fallait le faire! Et pour faire illusion, ils ont ressorti la couverture d’un Hebdo de 1995. Exécrables manipulateurs!

    La SSR est orientée (au minimum 3 quarts des journalistes reconnaissent être de gauche et l’UDC est toujours diabolisée). Elle est un mammouth en terme de coûts et de gaspillage (le nombre des collaborateurs envoyés pour couvrir les JO en Corée du Sud, … de jolies vacances aux frais de la princesse pour beaucoup). La SSR fait l’aumône aux radios locales ) même la dîme de ses recettes, tout juste la moitié de le dîme). Elle dispose, de fait, d’un monopole de l’information, de la désinformation diront certains. Le salaire du directeur de la SSR et des cadres sont indécents, situation qui encourage la formation d’une « élite » dont le but premier est de conserver ses privilège …

  24. Posté par OFF le

    @SM le 17 février 2018 à 11h29 Très bon pseudo sado-masochiste. Disséquer ? Plutôt prouver ! La vérité par les preuves et les relier fait partie d’un travail de réinformation pour éviter les fakes-news distillées par les journalistes paresseux qui bouffent à tous les rateliers, donc inféodés et prompts à distiller de la pure propagande.

  25. Posté par OFF le

    NO-BILLAG = NO-SWISSCOM ! On ne peut pas nier que Billag est une filliale de Swisscom et que les mêmes problèmes de vérité et de clarté contaminent ces entreprises mixtes. Donc les mêmes action doivent être entreprises. La SSR est dépendante des antennes de Swisscom ! La gabegie est totale, le fric camouflé identique, les profiteurs socialiste et internationalistes. TOUT SE TIENT.

    SWISSCOM AVEC BLUEWIN A DES CONTRATS AVEC LA PRESSE TAMEDIA ET DES INTERETS CROISES.

    RESULTAT LA PRESSE AUX ORDRES CENSURE LES ARTICLES SUR SWISSCOMAS3303 Swisscom (Switzerland) Ltd exemple très clair:
    Google trouve « L’édition du mercredi: l’honneur perdu de Swisscom
    Le Matin Online · Il y a 2 jours » Vous cliquez sur le lien https://www.lematin.ch/suisse/edition-mercredi-lhonneur-perdu-swisscom/story/20760769 Tout a été bazardé.
    Mais le site titrespresse.com laisse une petite trace http://www.titrespresse.com/18316741712/swisscom-edition-mercredi-honneur

    DONC LES PROPOS CENSURE SUR SWISSCOM: « Des spécialistes jugent avec sévérité l’embarrassant dernier incident qui a frappé l’opérateur national » Même les observateurs.ch ont subit ces embrouilles, le site a été bloqué durant plusieurs heures est était inaccessible depuis certains canaux du réseau Swisscom, comme AS3303 Swisscom (Switzerland) Ltd

    LA CORRUPTION ENDEMIQUE TELEGUIDEE PAR L’EUROPE VISE TOUTES CES ENTREPRISES MIXTES SUISSES. CAR POSTAL AMENDE A COUP DE MILLIONS PAR L’EUROPE QUI FAIT DU CHANTAGE POUR IMPOSER AU C.F. L’AUTORISATION A SES AUTOCARS DE FAIRE DU CABOTAGE A TRAVERS LA SUISSE TOUJOURS AU DETRIMENT DES TRANSPORTS LOCAUX !. VOILA LES VOYOUS DE BRUXELLES ET LEURS METHODES. https://www.bav.admin.ch/bav/fr/home/themes/liste-alphabetique-des-sujets/traif-international-par-bus-de-ligne.html

  26. Posté par Antoine le

    Je ne regarde plus Infrarouge, la Mamarbachi arrogante et cassante (Esther pour les intimes de la RTSocialiste) me fout des boutons …
    Mme Dooris latarte lataxe n’a pas un argument qui tienne la route (l’adhésion nationale !! et elle se faisait comment la cohésion nationale AVANT l’invention de la radio et de la TV ?)
    Comment expliquer la tendance à gôche (à 70-80%) de la RTS, tout est biaisé et tout est dans l’enfumage !
    Je voterai OUI à no billag.
    Je ne regarderai plus du tout RTS !

  27. Posté par bob pholos le

    C’est marrant parce que la cohésion de la Suisse c’est eux qu’ils la détruisent. Ils s’en rendent même pas compte tellement leurs cerveaux ne travaille plus. Depuis tout petit ils ont été conditionné à n’avoir aucune réflexion. Si l’initiative passe pas faut pas croire qu’ils vont s’en sortir, à moyen terme la tsr va disparaitre par elle même.

  28. Posté par Marie le

    Merci de ce bon travail de réinformation. OUI à Non Billag!

  29. Posté par Prof. Prout le

    Remarquable et indispensable travail de décryptage de Cenator ! Bravo !
    Outre la taille inaceptable du mastodonte, les 2 raisons premières pour lesquelles je voterai OUI sans hésiter à NoBillag n’ont absolument pas été évoquées :
    – Le gauchisme, l’internationaliste/mondialiste pro immigration et pro UERSS scandaleux ainsi que l’attitude violemment biaisée anti-udc. Ladite « info » est en fait de la propagande et des leçons de morale (marxisme culturel).
    – Le gavage du matin au soir de séries hollywoodiennes (quelques unes françaises), vulgaires, malfaisantes, tordues dans lesquelles les crimes plus pervers les uns que les autres se succèdent. Séries propageant à l’extême l’idéologie du Nouvel Ordre Mondial : métissage, féminisme extrêmiste, sexualité déviante, etc.. (Séries qui passent en plus sur d’autres chaînes accessibles aux esclaves bêlants et contents de l’être.)

  30. Posté par Jacques le

    Ce fut la pire émission d’Infra Rouge que j’aie vu. Il faudrait être un spéléologue pour aller voir s’il est possible de tomber plus bas. Ecoeurant ! Et dire que nous devons (encore) payer pour ce bourrage de crâne !

  31. Posté par SM le

    Là, il me semble que vous cherchez midi à 14 heures… Je partage tout à fait l’idée de pratiquer le scepticisme et la critique envers nos médias, surtout la TSR, mais je ne peux adhérer à la pratique de disséquer pour disséquer…

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.