Médias. Le Service public médiatique suisse : la révolte contre le monopole, le manque de concurrence, de pluralité et de liberté, déjà en 1979!

Médias. Le service public médiatique suisse : la révolte contre le monopole, le manque de concurrence, de pluralité  et de liberté ne date pas de hier. Déjà en 1979!

Pour regarder et écouter l'émission de 1979 : Les pirates des ondes,  ici.  Vidéo à ne pas manquer.

 

  • Archives de la RTS :
  • 11 septembre 1979
  • Tell Quel, Les Pirates des ondes

Alternatifs ou amateurs de musique branchée, ils s'emparent des ondes. Radio Chat NoirRadio PerturbationLa Voix de Zurich, ces émissions clandestines contournent le monopole de la Confédération. C'est alors une chasse aux pirates qui démarre. Les PTT sillonnent les rues de Lausanne ou de Zurich afin de brouiller ces ondes illégales.

D'ailleurs, sur le plateau de ce Tell Quel diffusé en septembre 1979, Armin Walpen, chef du service radio et télévision du Département fédéral des transports, de la communication et de l'énergie, craint que ces radios pirates ne «bouleversent la presse, le cinéma et le livre», et n'aient même «des effets sur le système social, politique et économique» du pays.

ndlr. Le discours des opposants à No Billag n'a pas beaucoup changé depuis lors!

Une raison de plus pour voter OUI le 4 mars 2018

Merci à Syl

13.2.2018

3 commentaires

  1. Posté par Antoine le

    Je voterai OUI à no billag !
    Le combat est de longue durée, ne baissons pas les bras.
    La dictature et monopole de la RTSocialiste doivent être arrêtées et la RTS doit se restructurer de bas en haut et de gauche à droite !
    On a besoin d’informations fiables et sûres ! Actuellement on subit l’enfumage et la désinformation !

  2. Posté par syl le

    un autre reportage édifiant sur les radios libres : où comment étouffer les radios concurrentes dans l’oeuf qui avait un succès grandissant. qui se rappelle de trognon les bétises (thollon les mémises) KTFM
    Archives de la rts :
    Emission : Les radios libres
    variétés
    année: 1983
    journaliste nicolas burgy
    réalisateur Gérard Louvin
    message aux hystériques du Non à no billag.
    Non la liberté c’est pas le monopole SSR, comme la guerre c’est pas la paix.
    OUI A NO BILLAG

  3. Posté par syl le

    Vous avez oublié de mentionner que
    ce Armin Walpen est devenu de 1996 à 2009 le directeur général de la SSR!!
    Armin Walpen, nommé Directeur général de la SSR de 1996 à 2009, est né en 1948 à Reckingen en Valais. Après des études de droit à l’Université de Fribourg, il devient collaborateur, puis chef du service radio et télévision – précurseur de l’OFCOM – du Département fédéral des Transports, des Communications et de l’Energie. Il enseigne également le droit des médias à l’Université de Fribourg. De 1988 à 1991, Armin Walpen dirige le secteur audiovisuel du Tages-Anzeiger, Zurich, en qualité de chef de rubrique. De 1991 à 1996, il est en charge du secrétariat général du Département fédéral de justice et police (DFJP).

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.