Alpha, « migrant » d’Afrique : « il y en a des millions comme moi qui veulent venir » [Interview]

Depuis plusieurs années, les responsables politiques d’Europe de l’Ouest se montrent impuissants à endiguer le flot d’immigration massive, notamment venue d’Asie, mais surtout d’Afrique, un continent en pleine explosion démographique.

Jungle de Calais qui se reforme au gré des gouvernements successifs ; migrants majeurs, mineurs ou faux mineurs livrés à eux-mêmes dans les rues des villes européennes ; activités des associations qui leur viennent en aide : pas un jour ne passe sans que la question migratoire — que certains nomment « gestion des flux migratoires » et que d’autres appellent « invasion » ne fasse l’actualité.

Nous publions aujourd’hui l’interview exceptionnelle d’une de ces personnes venues s’installer en France. Il aura fallu quelques semaines pour la réaliser, le temps que nous parvenions à bien vérifier la véracité de l’identité de notre interlocuteur. Alpha D. « migrant » en provenance de Guinée est arrivé en France grâce à un visa Schengen (court séjour de trois mois maximum) il y a plusieurs années. Sa situation est aujourd’hui en règle. Il travaille au sein d’un établissement de restauration rapide dans la grande banlieue parisienne.

Méfiant à l’égard des médias en général, il a toutefois accepté de répondre à nos questions, moyennant un total anonymat.

Découvrez sa situation, son parcours, mais aussi  le regard qu’il porte sur la France et sur la vague migratoire qu’elle rencontre actuellement et enfin sur l’Afrique, sa terre natale.

Breizh-info.com : Tout d’abord, pourquoi avoir décidé de venir en France ?

Alpha D : J’ai quitté la Guinée lorsque j’en ai eu l’opportunité, en 2011. J’avais 21 ans. Je suis arrivé avec un visa qui me permettait d’étudier en France. Je ne vais pas vous mentir, ce n’était pas mon objectif final. Mais ayant des contacts en France et un bon réseau, j’ai pu rester plus longtemps que prévu.

Breizh-info.com : C’est à dire ?

Alpha D : En Guinée, je ne peux pas dire, si je compare à d’autres, que j’avais une mauvaise vie. Mais j’avais envie de partir en Europe. J’ai beaucoup rêvé en regardant des reportages à la télévision et j’avais déjà de la famille immigrée en France. Quand j’ai eu l’opportunité à la fin de la période de troubles politiques, je l’ai saisie, et je suis parti.

Breizh-info.com : Oui, mais comment avez-vous fait pour rester plus longtemps et obtenir des papiers en règle ?

Alpha D : Il faut savoir ruser et avoir de bons contacts, c’est tout. La communauté est bien organisée ici, et s’entraide. Et puis il y a des associations qui m’ont bien aidé. Je ne vous en dirai pas plus.

Breizh-info.com : Et vous vivez bien aujourd’hui en France ? Votre pays ne vous manque pas ?

Alpha D : J’arrive à envoyer un peu d’argent à une partie de ma famille restée sur place, mais ma femme a pu venir il y a trois ans avec nos enfants, et un autre est né ici il y a un an et demi. Je pense que je vivrai mieux en Guinée, mais je ne me vois pas repartir maintenant que ma famille est là. Et puis mon fils deviendra peut-être français…

Breizh-info.com : Mais si vous vivriez mieux là bas, pourquoi ne pas y retourner alors, j’avoue ne pas comprendre ?

Alpha D : Parce que ma nouvelle vie est ici, c’est tout. C’est ici que je me sens chez moi maintenant, mes enfants vont à l’école, et puis vous savez, il y a beaucoup de Guinéens et d’Africains là où j’habite, on n’a pas vraiment le mal du pays, on conserve des repères, des traditions. Il manque le climat, et c’est tout !

Breizh-info.com : Mais comprenez-vous qu’une partie de la population soit hostile à l’immigration et ne veuille pas que vous habitiez ici ?

Alpha D : Bien sûr, il y avait la même chose en Guinée. On ne laisse pas rentrer tout le monde chez moi non plus. J’ai eu de la chance. Mais maintenant, je suis là. Pourquoi est-ce qu’on voudrait que je reparte ?

Breizh-info.com : Parce que cela fait peut-être un appel d’air en Afrique notamment et que d’autres font comme vous depuis quelques années maintenant ?

Alpha D : Mais vous ne pourrez pas l’empêcher. Il y en a des millions comme moi qui veulent venir en Europe, chacun avec des raisons différentes. Vos journaux parlent de ceux qui fuient les guerres, mais il n’y a pas que la guerre en Afrique heureusement. Et puis les guerres durent depuis des années, pourquoi maintenant alors ? Beaucoup veulent rejoindre des amis ou des familles en France, d’autres veulent travailler, d’autres changer de vie. Vous savez, en Afrique on a la télévision, Internet, les réseaux sociaux, et la France ou d’autres pays, ça fait envie. C’est comme ça. Et maintenant, il y a une diaspora qui aide.

Et encore une fois, aucun gouvernement ne pourra rien faire contre la volonté de millions d’individus de venir en Europe. Même si beaucoup de ceux qui partent idéalisent la situation.

Breizh-info.com : Et le contrôle des frontières, la suppression des aides sociales ?

Alpha D : Beaucoup des miens n’ont pas besoin d’aide pour vivre en France. Vous savez, il y a de la solidarité ici dans la communauté, nous sommes bien organisés, et chacun peut travailler.

Breizh-info.com : Mais si vous vous placez dans la tête d’un Français, vous comprenez qu’il puisse être en colère de cette situation ?

Alpha D : Oui, mais ce n’est pas lui qui résoudra cela, ce sont les dirigeants des pays. Moi si je dois partir demain parce que la France ne veut plus de moi, je partirai, je ne resterai pas dans un pays qui ne veut pas de moi. Mais tout le monde ne fera pas ça. Ce n’est pas que votre pays maintenant, c’est comme ça. Le monde change.

Breizh-info.com : Et l’Afrique alors ? N’êtes vous pas attaché à votre continent ?

Alpha D : Si bien sûr. Mais l’Afrique ne va pas bien. Beaucoup de pays sont instables et des gouvernements corrompus. Dans mon quartier ici, quand on parle en privé, beaucoup d’anciens regrettent même la Guinée d’il y a cent ans. C’est fou non ? Pas mon cas, car la colonisation a fait du mal à nos pays. Mais c’est difficile de changer de direction du jour au lendemain.

J’y suis attaché, mais si j’en suis parti, c’est que pas tant que cela au final.

Breizh-info.com : Beaucoup de Guinéens ont subi des sévices en Libye notamment, du fait des esclavagistes qui veulent les faire passer en Europe. Qu’est ce que cela vous fait ?

Alpha D : C’est horrible. C’est loin d’être nouveau en Afrique, c’est juste que là ça vous touche donc vous en parlez. Mais cela ne change rien au problème, vous n’empêcherez pas ceux qui veulent venir de le faire, quel que soit le moyen employé.

Breizh-info.com : Mais n’avez-vous pas peur que tout cela finisse mal, y compris en France, entre les différentes communautés ?

Alpha D : Vous connaissez des pays où il n’y a jamais eu la guerre vous ? C’est l’être humain qui est comme ça, c’est tout. Il y a beaucoup d’hypocrisie déjà, car entre communautés, cela ne se passe déjà pas bien, finalement seuls ceux qui sont très riches se mélangent et vivent bien et donc ça n’ira pas mieux après, mais je suis fataliste, c’est comme ça.

Breizh-info.com : Envisagez-vous tout de même un jour de retourner chez vous, en Guinée ?

Alpha D : On verra quand ce sera l’heure de prendre la retraite. Inch Allah. Mais pour le moment, je suis ici, et j’y reste, même si vous n’êtes pas d’accord avec cela.

Propos recueillis par Yann Vallerie

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

 
 

7 commentaires

  1. Posté par miranda le

    SI VOUS N’ETES PAS CONVAINCU QUE CET ARTICLE DOIT ETRE DEPOSE DANS DES MILLIERS DE BOITES AUX LETTRES, c’est que nous sommes prêts pour l’envahissement final.
    Si vous le faites, les gens sauront peut-être mieux VOTER LA PROCHAINE FOIS.
    On peut y joindre l’Article sur Philippe De VILLIERS aussi qui décrit EFFICACEMENT en quelques mots, la situation globale de L’EUROPE.

  2. Posté par Maurice le

    Je retiens cette évidence :
    « Ce n’est pas que votre pays maintenant, c’est comme ça. Le monde change. »
    Et puis il y a autre chose :
    • En 2014, la traite de migrants génère 7 milliards de dollars par an.
    https://www.google.ch/amp/s/amp.rts.ch/info/monde/6200965-la-traite-de-migrants-genere-7-milliards-de-dollars-par-an-.html
    • En 2016, le trafic d’humains rapporte plus que la drogue.
    https://www.google.ch/amp/s/www.ouest-france.fr/bretagne/cotes-d-armor/un-trafic-qui-rapporte-plus-que-la-drogue-4682000/amp
    • En 2017, le trafic d’êtres humains rapporte 35 milliards de dollars aux passeurs.
    https://www.google.ch/amp/s/www.latribune.fr/economie/international/migrants-le-trafic-d-etres-humains-troisieme-secteur-le-plus-lucratif-des-crimes-organises-728210.html%3famp=1
    • En 2018 ?…

  3. Posté par Yolande.C.H. le

    Ce n’est pas le droit qui génère le citoyen, mais les citoyens qui génèrent le droit. Quand ces derniers seront minoritaires, il n’y aura plus de droit.

  4. Posté par Loulou le

    Des colons. Ce sont des colons. Sauf que ce qui nous colonise ne construira rien, ne produira rien. Ils sont là pour ronger. Tout cela va très mal se terminer. Le plus vite sera le mieux.

  5. Posté par Bussy le

    Beaucoup n’ont pas besoin des aides sociales… vraiment ?
    Alors OK, supprimons-les !

  6. Posté par Wilhelm le

    Comme 99% des migrants. Mais bien sûr que l’on peut stopper cette invasion de profiteurs. Il faut juste un peu de volonté et surtout de la fermeté, des couilles quoi.

  7. Posté par Antoine le

    En conclusion :
    Avec un simple visa Schengen valable 3 mois, on peut rester à vie en France !
    Il y a des combines, je l’ai bien compris, mais il y a surtout un gouvernement qui est COMPLICE et/ou CORROMPU !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.