Genève: Violente agression contre une femme. (Vidéo)

Christian Hofer: On appréciera le vocabulaire employé: "bousculer, trainer, une dispute" alors que la femme se fait tabasser par ce qui semble être un Africain, le fameux croche-pieds étant caractéristique de ce genre de racaille.

Ici pas de féministes ni de manifestation. La gauche réserve ce traitement à Donald Trump, coupable de tous les maux planétaires pendant que ses petits protégés volent, agressent et violent.

**********

Des images de vidéosurveillance montrent une jeune femme se faire bousculer puis traîner par terre.

 

 

 

 

La police cantonale confirme une altercation. «Une patrouille a été appelée pour une dispute devant un établissement public vers 4h30. Sur place, les gendarmes ont discuté avec les témoins et les protagonistes. Il s'agit d'un conflit de personnes qui s'est réglé sans plainte», a précisé Jean-Claude Cantiello, porte-parole.

Source et article complet

8 commentaires

  1. Posté par miranda le

    Vu le traitement qu’elle a subi, il est évident que ce type peut aller plus loin . Et le nombre de femmes victimes de ces dégénérés augmente de jour en jour.
    Ce type ferait mieux de vendre sa force sur le marché du travail. On aimerait savoir s’il a le « courage  » de travailler.
    Au vu de ces images, on se demande un peu, beaucoup, s’il ne fait pas « travailler cette jeune femme » le long des trottoirs. Il y a quelque chose du proxénète violent dans son comportement. (pour maintenir sa « protégée » en esclavage).

    ON LA PLAINT, une relation aussi violente risque d’affaiblir cette jeune femme et la conduire vers le masochisme, si elle ne quitte pas très vite cet homme. Et qu’elle mette des centaines de kms entre elle et lui.
    La police devrait se charger, au vu des images, de contraindre cette jeune femme à avoir un entretien avec une assistante sociale. Sinon, c’est de la non assistance à personne en danger.

  2. Posté par Damien Francois le

    J’aimerais lui appliquer mes compétences en SYSTEMA, l’art martial des Spetsnaz (Forces Spéciales russes), à ce « mec »…

  3. Posté par Baron d'Bobard le

    Sans plainte ? Si on se fait assassiner il faut porter plainte ?

  4. Posté par Christian Hofer le

    C’est juste Claire, c’est la fameuse balayette.

    Toutefois, la racaille du Maghreb utilise abondamment cette technique d’agression en France, dans les banlieues, et ils n’ont pas appris les arts martiaux. C’est l’envie de faire le plus de mal possible, de domination. Le fameux « toutes les civilisations se valent… » vous savez.

  5. Posté par Viognier le

    Je rêve ou elle a essayé de frapper un homme ? C’est scandaleux , dans quel monde vit-on ? J’espère qu’un(e) juge la recadrera vertement ! Chaque chose à sa place , Quand même !

  6. Posté par monde-tombé-sur-la-tête le

    Tout va bien, dans le meilleur des mondes !!
    NO BILLAG

  7. Posté par Claire le

    Il ne s’agit pas de « croche-pied » mais d’un balayage utilisé en judo. Je croyais que les sports de combat étaient destinés à apprendre à se maîtriser, à respecter l’adversaire, voire à se défendre quand on est attaqué??!! Mais quand un homme qui les pratique s’en prend à une femme de 20 cm de moins que lui, on voit tout de suite qu’il s’agit là d’un défouloir et d’une démonstration de force brutale sans crainte de se voir atteint en retour: le vrai courage en somme!!
    Quant au « conflit de personnes qui s’est réglé sans plainte », si la femme connaît son agresseur, il est plus que probable qu’elle a simplement eu peur de se faire tuer si elle portait plainte. Elle devait également savoir que ni les juges rouges ni la police ne la protégeraient….

  8. Posté par Hotch le

    « Réglé sans plainte », OK, mais ce genre d’agression n’est-il pas poursuivi d’office ?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.