Prisons : le casse-tête sans issue ? – JT TVL du 23 janvier 2018

post_thumb_default

 

Les jours se suivent et les agressions se ressemblent. Lundi, les gardiens de prisons ont appelé à un blocage total des centres pénitentiaires avant une rencontre sur deux jours avec le ministre de la Justice, Nicole Belloubet.

1) Sécurité / Prisons : le casse-tête sans issue ?

Bientôt une semaine de blocage dans les prisons françaises. Après de longues heures de discussion lundi sans proposition révolutionnaire, le ministre de la Justice Nicole Belloubet rencontrait à nouveau les syndicats.

2) Economie / Forum de Davos ou quand l’ordre mondial du capital fait une “party”

Le gratin mondial du capitalisme a rendez-vous en Suisse. Depuis 1971, les grands du monde économique se retrouvent à Davos dans la station des Grisons, un lieu isolé pour favoriser la discrétion et l’entre-soi.

3) Société / Le Grand Paris Express déraille

Le projet du Grand Paris Express fait une sortie de route… Alors que les chantiers du métro automatique sont loin d’être terminés, la Cour des Comptes alerte déjà sur le dépassement du budget prévisionnel… déjà chiffré à … 13 milliards d’euros

4) Ecologie / Le fléau des marées noires

Une marée noire trois fois plus grande que Paris. Une semaine après le naufrage d’un pétrolier iranien en mer de Chine, la nappe d’hydrocarbure continue de s’étendre et menace l’écosystème. Un fléau industriel de plus en plus répandu.

5) L’actualité en bref

Cet article Prisons : le casse-tête sans issue ? – JT TVL du 23 janvier 2018 est apparu en premier sur TVLibertés - 1er media de Réinformation de France.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

2 commentaires

  1. Posté par miranda le

    On pourrait dire que les surveillants vivent presque « en état de guerre ».

    Quand il y a état de guerre, on prête secours à celui qui la subit. Pour le moment, entre autres, les gardiens de prison la subissent violemment..
    La moindre des choses, si les moyens financiers sont au plus bas, c’est de créer un service national « de proximité – afin que ce ne soit pas budgétivore » et de former des jeunes gens à devenir des auxiliaires temporaires des gardiens de prisons.
    L’ARGENT N’EST PAS LA OU BIEN DEDIE A D’AUTRES VRAIS OU FAUX PROJETS, alors on se secoue pour trouver une solution.
    Un gardien de prison devrait être aidé par au moins quatre auxiliaires temporaires (exécutant au moins 10 mois de service national). Il leur suffirait de se lever tôt de sortir de l’appartement de papa et maman, de se rendre à la prison de leur secteur ou d’un autre secteur (si trop de détenus sont issus de leur quartier) et de rentrer le soir chez papa et maman, après leur service.

    NOS SOCIETES SONT MALADES D’ATTENDRE QUE L’ARGENT SOIT LA RECOMPENSE A TOUT. Si nos ancêtres vivant en groupe ou en tribus avaient attendu que tout service soit rétribué, l’humanité n’existerait plus.
    Nous leur devons d’être là parce qu’ils avaient conscience du devoir, de la solidarité, du service gratuit.

  2. Posté par Yolande C.H. le

    Que les multimilliardaires prônant l’Open Society (Soros et Cie) et les flux migratoires achètent un bout de territoire étiqueté international, qu’ils y construisent des prisons, en payent les moyens sécuritaires et des salaires décents et qu’ils financent également des juges internationaux pour prendre en charge tous ces délinquants qui rejettent les lois des pays d’accueil et mettent en danger les citoyens.
    Ce n’est pas à la société civile de subir à la fois les actes d’agressions et le coût des des procédures judiciaires et des détentions! Quand on voit la note des mesures de sécurité pour protéger ce « beau monde » à Davos (à laquelle Soros participera), il y a injustice flagrante!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.