La Prison, haut-lieu du Mal Français ! (1)

post_thumb_default

 

cageLe monde carcéral français est une fois de plus en ébullition. La prison est un haut-lieu du mal français. Depuis des décennies, plus précisément depuis le court passage de la droite au pouvoir entre 1986 et 1988, et le moment plus succinct encore où elle fut vraiment de droite, les gouvernements français ont renoncé à voir et à mesurer le problème de l’incarcération. Madame Taubira n’a fait que pousser cet aveuglement jusqu’à son paroxysme idéologique. La lâcheté du monde politique et du microcosme au pouvoir, hauts-fonctionnaires et communicants, plus préoccupés des carrières que du sort des victimes ou du rétablissement d’une  hiérarchie efficace des sanctions, a répondu à deux impératifs : réduire la dépense et obéir à l’idéologie dominante, la culture de l’excuse. La prison était donc considérée comme une solution honteuse et trop coûteuse, accusée de tous les maux. On fustigeait, par vagues, sa surpopulation. On critiquait son statut d’école du crime. On surveillait de près ses fautes au travers d’un « Contrôleur des lieux de privation de liberté » en dénombrant les suicides, en pointant les conditions indignes de détention. On cherchait les substitutions à l’enfermement, tellement plus économiques sous prétexte d’être plus humaines. On voulait, avant tout, améliorer le confort de la détention en favorisant la cellule individuelle, en permettant le maintien des liens affectifs et intimes, en songeant récemment à faciliter les conversations téléphoniques. Les agressions subies par le personnel pénitentiaire, méprisé, insuffisamment nombreux, et surtout coincé entre les détenus difficiles et une hiérarchie détachée de la réalité quotidienne, ont brisé l’écran de protection. La Ministre, Nicole Beloubet, huée par les surveillants, a payé pour les petits marquis de notre République, les énarques qui ont traité cette question méprisable avec dédain, et dont la caste calamiteuse pour le pays est incarnée par le sieur Macron.

Il faut d’abord établir les faits : contrairement à ce que disent les médias, la France n’emprisonne pas à tour de bras. Elle est laxiste dans ses décisions judiciaires et plus encore dans leur exécution. La surpopulation carcérale ne provient pas d’un trop grand nombre d’incarcérations, mais d’un nombre insuffisant de places de détention et d’une lenteur des procédures judiciaires. Si la France était au-dessus de la moyenne européenne pour la suroccupation avec 113,4 détenus pour 100 places, en 2015, alors que la moyenne de l’Union Européenne était de 94, 1, en revanche, son taux d’incarcération est l’un des plus faibles : 98,3 pour 100 000 habitants. La moyenne européenne est de 115,5. Le Royaume-Uni est à 146,4 pour le nombre des détenus pour 100 000 habitants, mais avec un taux de 97,3/100 d’occupation des places. Le calcul est simple : la France punit moins, mais n’a pas assez construit de cellules ! Autre défaut majeur, la lenteur de notre système judiciaire. Ce sont les Maisons d’Arrêt qui accueillent les détentions provisoires et les condamnés à moins de deux ans qui sont surpeuplées. La comparaison avec les Pays-Bas est éclairante : ce premier de classe a un taux d’occupation de 76,9/100 et un taux d’incarcération de 53,1 pour 100 000… mais les décisions d’emprisonnement sont de 252 contre seulement 130 pour 100 000 en France parce que la Justice néerlandaise est plus rapide et, loin d’emprisonner moins, emprisonne moins longtemps. En France, non seulement la Justice est lente, mais les exécutions de ses décisions plus lentes encore : 100 000 personnes qui devraient être en prison n’y sont pas. Si le laxisme des juges, voire le gauchisme de certains peuvent être mis en cause, la triste vérité c’est surtout que la France ne consacre pas à la Justice les moyens nécessaires. Son budget pointe au 23e rang sur 28 en Europe : c’est une honte ! Aussi l’augmentation des postes du personnel pénitentiaire annoncé (1100 emplois sur 4 ans) est-il un emplâtre sur une jambe de bois. La Justice a besoin d’une révolution et non d’une ou plusieurs réformettes.

 

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

3 commentaires

  1. Posté par miranda le

    L’immigration massive qui ne date pas d’aujourd’hui a engendré une « surnatalité » devenue inoccupée parce que les délocalisations ont confisqué l’emploi.
    ,
    Malgré les délocalisations, le numérique qui éteint certains emplois, la robotique qui fera disparaître un grand nombre d’emplois en se substituant à l’homme, ON CONTINUE A FAIRE VENIR DE L’IMMIGRATION.

    Quand des emplois disparaissaient aux Etats Unis, certains gardiens de prison avaient l’intelligence de constater que plus les emplois disparaissaient, plus les prisons se remplissaient.
    Il est fort à parier que nos gardiens de prisons seront amenés à le constater, si ce n’est déjà fait. Et que la surnatalité immigrée inoccupée réagira à la manière que nous connaissons déjà : Islam violent ou violence sans Islam.
    Ceux qui nous gouvernent sont hélas gouvernés eux-mêmes par de GRANDS FOUS et n’ont donc pas les mains libres. A QUAND LA DISPARITION DE CES GRANDS FOUS QUI NUISENT AU MONDE ENTIER? là est la question.

  2. Posté par Dupond le

    Le nombre de prisons n’a cessé d’augmenté , les ressources de la France n’ont cessés de diminuer ,l’imigration et la surnatalité des imigrés inintégrables et inassimilables n’a cessé de croitre , nous arrivons a une population qui n’aura plus que le vol et le deal pour survivre . Sarko a fait supprimer la double peine et le karcher a été remisé ; pour finir l’ignoble tobiroute a fait des assassins des victimes a aider et des victimes des cons tribuables a saigner

  3. Posté par Lebru le

    Bonjour
    Un grand ménage est à faire dans ce système de justice merci
    Mr Lebru

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.