«No Billag» : des milliers de collaborateurs de la SSR ne paient rien

«No Billag» : des milliers de collaborateurs de la SSR ne paient rien

Alors que «No Billag» reproche à l’audiovisuel public son coût élevé, des milliers de collaborateurs de la SSR ne paient rien. Cette faveur a même été prolongée d’un an

Attaqué sur Twitter sur le montant de sa contribution au financement du service public, Pascal Crittin, directeur de la RTS, rétorque: «Je paie Billag à 100%!» Les cadres de l’organisation (8,6% des employés) sont en effet tenus de s’acquitter de la redevance «depuis quelques années», indique Edi Estermann, porte-parole de la SSR.

Des milliers d’employés de la SSR demeurent toutefois exemptés ou bénéficient d’un allégement de leur facture Billag. Sur 6000 collaborateurs, environ 2800 personnes à temps plein ne paient rien, alors que leurs 3200 collègues actifs à temps partiel bénéficient, à choix, de la réception gratuite de la radio (165 francs par an) ou de la télévision (286 francs par an). Le montant annuel de ces faveurs s’élèverait à plus de 2 millions de francs.

[...]

Boris Busslinger

Publié vendredi 5 janvier 2018

Source : Le Temps

Un commentaire

  1. Posté par Christian Hofer le

    L’habituelle hypocrisie de gauche:

    On nous dit sans cesse que cette facture de 451,10 n’est pas très élevée mais les mêmes employés de la SS… R sont exemptés alors qu’ils ne sont pas soumis au stress d’un travail normal d’une entreprise privée ni à la concurrence. Et connaissant les machineries gauchistes à la charge de l’état, les salaires doivent être très bien fournis!

    Cela fera plaisir aux ménages privés qui peinent à joindre les deux bouts!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.