Suisse: Les enseignants romands refusent de dénoncer les radicalisations islamiques

Christian Hofer: Lorsque les enseignants, majoritairement de gauche, refusent de prendre la responsabilité de leur propre propagande qu'ils imposent à longueur d'année dans les classes...

L'habituelle hypocrisie de gauche alors que ces mêmes enseignants ne se privent jamais pour procéder à la police de la pensée lorsqu'ils le peuvent, de sanctionner toute velléité patriote lorsque cela concerne les Suisses, tout en faisant l'apologie de la haine contre Trump ou l'UDC.

Bien entendu, personne n'est dupe, surtout à Genève: le terme de "radicalisation" cache la crainte de ce que l'islam peut engendrer dans notre pays, spécifiquement, ce n'est qu'à l'heure actuelle que de telles mesures sont prises, face à l'immigration de masse musulmane et aux nombreuses tentatives d'attentats en Europe.

Mais le dire signifierait reconnaitre la réalité, ce qui serait insupportable et "discriminatoire" pour la gauche.

**********

Le plan d'action national de lutte contre la radicalisation inquiète les enseignants romands. Ceux-ci refusent de devenir des délateurs, alors qu'ils devront être formés à la détection précoce de jeunes sombrant dans l'extrémisme.

Le plan d'action national contre la radicalisation veut permettre aux enseignants de comprendre ce phénomène pour mieux repérer les jeunes qui sombrent dans différentes formes d'extrémisme violent, y compris le djihadisme.

Les autorités espèrent, avec l'aide des professeurs, identifier plus en amont des jeunes qui se radicalisent, pour rapidement les en sortir. Ce rôle dérange Jean-Marc Haller, secrétaire général du syndicat des enseignants romands (SER). "On a l'impression qu'on est en train de vouloir faire de nous des surveillants de la pensée des élèves."

"Le danger c'est qu'on en arrive, excusez-moi l'expression populaire, au délit de sale gueule", craint Jean-Marc Haller. "On focalise sur des signaux négatifs au lieu d'aborder avec tous les jeunes ces questions et de les former à avoir un respect de l'autre, même s'ils pensent différemment." Il s'agit là du véritable rôle de l'école, selon plusieurs enseignants.

On est en train de vouloir faire de nous des surveillants de la pensée des élèves

 

A l'heure actuelle en Suisse romande, seul le canton de Genève va former 250 enseignants à la détection précoce de la radicalisation. "C'est plutôt un enseignant qui pourrait s'inquiéter, autant qu'il ait quelqu'un qui puisse l'aider à analyser les cas", explique Anne Emery-Torracinta, conseillère d'Etat genevoise chargée de l'Instruction publique. "Et, au fond, on a relativement peu de situations."

Interrogé dans La Matinale, le délégué du Réseau national de sécurité André Duvillard dirige ce plan d'action national de lutte contre la radicalisation. "Ces craintes sont compréhensibles, mais il s'agit simplement de voir des signes avant-coureurs avant de prendre des mesures. Le fait de penser qu'on passe dans la délation est exagéré."

Source

5 commentaires

  1. Posté par SD-Vintage le

    Et si il s’agissait de dénoncer des jeunes ultranationalistes ?

  2. Posté par Jacques Beckie le

    Ce rôle les dérangent mais de dénoncer d’autres cas systématiquement au SPJ et souvent pour des pécadilles et de briser ainsi des familles ne les dérangent nullement. C’est juste une question de peur des représailles. Les bons suisses ne se vengeront jamais d’un tel comportement, les islamistes oui, ils l’on déjà prouvé à mainte reprises.
    Ce genre d’enseignants est à vomir !

  3. Posté par Lolo le

    Pauvre enseignant il faut pas trop leur demander .a part le salaire que font ils ?

  4. Posté par Dupond le

    De toute façon les filles seront sous la coupe des males (mariées de routine)il est inutile aux enseignants de se mettre en quatre pour les désislamiser se serait peine perdue .Qu’ils se consacrent plutot sur les petits nationneaux qui produiront de la richesse plus tard

  5. Posté par Bussy le

    « On a l’impression qu’on est en train de vouloir faire de nous des surveillants de la pensée des élèves. »…… hihi… ils veulent bien influencer, mais surveiller, non ! Mdr

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.