Les puritains, oies blanches et précieuses ridicules

Dominique Baettig
Médecin, Ancien Conseiller national

Les puritains, oies blanches et  précieuses ridicules

L’affaire Buttet est un pur scandale. Lynchage médiatique, journalistes se prenant pour des  justiciers, des policiers  (et la séparation des pouvoirs ?, et la présomption d’innocence ? et le pardon possible des victimes ?), libération de la parole incontrôlée et délation sur les réseaux sociaux, corbeaux, courageux anonymes, justiciers aux petits pieds, donneurs de leçons de morale, rééducateurs frustrés. Toute la gamme des harceleurs bien-pensants s’est sentie autorisée à la chasse à courre au cerf blessé après avoir été désigné à la haine. Bien sûr, sous l’effet du stress, de l’alcool, des difficultés personnelles, le politicien conservateur valaisan était devenu la cible facile des libéraux, libertaires, féministes hystériques et mercenaires Billag lâchés en meute. Il avait eu le tort, le péché fondamental d’être opposant à l’adoption des couples homosexuels, à l’avortement de confort obligatoire et gratuit. Le crime par excellence qu’il fallait payer de sa vie politique. Infâme représentant du patriarcat, qui montre sa face cachée de balourd, de peloteur, de joueur de cartes agressif, de vrai infâme macho, hétérosexuel désinhibé qui ne contrôle pas ses instincts bestiaux masculins forcément. L’archétype en quelque sorte du mec, gradé à l’armée, amateur de maîtresses, politicien à plusieurs casquettes, valaisan, ne crachant pas dans les apéros qui sont presque une institution sous la Coupole. A dégommer de toute urgence pour les hyènes du politiquement correct, les ultraconformistes qui veulent que les élus du peuple soient des anges désincarnés, asexués, émasculés, refroidis, dépersonnalisés, viandophobes, buveurs d’eau et de thé, sans genre, sans couleur, sans passions exprimées, sans travers. La direction du PDC, fort empruntée d’être pour une fois dans le viseur des Talibans de la pensée politique se désole. Il jouait paraît-il un rôle important dans la lutte contre No Billag. Je peux imaginer qu’il a dû apprécier à sa juste valeur le harcèlement médiatique des zélotes du coûteux et peu transparent mastodonte arrogant, sûr de lui et dominateur du « service public ».

Dans une démocratie de proximité, directe et non de représentation, n’importe quel citoyenne ou citoyen devrait pouvoir être choisi, pour représenter le peuple dans sa diversité, ses préoccupations, ses caractéristiques. Et avoir la totale liberté de s’exprimer comme il le veut, libérer sa parole réellement, dans les termes qu’il veut, sans se faire formater, formater, niveler au nom de l’autocensure du politiquement correct. L’ennui des débats politiques prévisibles, des micro-différences entre la droite économique et la gauche moraliste pourrait être aisément surmonté par le parler vrai, le droit à l’outrance, à la démesure peut-être aussi, sans censure, sans offuscation médiatique, sans condamnation à l’Enfer du politiquement incorrect, au sacrifice du bouc émissaire qui est rendu artificiellement sulfureux. Des vrais débats, des vrais effets de rhétorique, des saillies, des bons mots, des outrances, des polémiques, rien que des atouts pour le débat démocratique qui redeviendrait passionnant. Le peuple est bien assez sage pour savoir absorber quelques vagues et turbulences d’estrade.

Aujourd’hui on en est quasiment revenu au modèle soviétique : rien n’est permis, rien n’est pensable hors de la Pensée Unique.

Quel gâchis que des politiciens de la droite économique et de la gauche des valeurs aient ainsi laissé sacrifier un représentant, certes discret, de la droite des valeurs conservatrices.

 

Après dénonciation et lynchage, traitements et rééducation…

 

Le droit de se sentir subjectivement agressé, le droit à la susceptibilité après-coup, voilà le grand acquis du féminisme libéral. Comme le racisme, un autre délit d’opinion fort rare, on voit se justifier et développer le ressenti subjectif, le droit à la susceptibilité hystérique et son passage  direct à la Justice. Au nom des Droits abstraits individualistes, dits Droits de l’Humain, on traîne au Tribunal celui ou celle qui vous déplaît subjectivement, se comporte ou pense autrement. Quelle régression, au lieu de se parler, de dialoguer, de se respecter, on dénonce au Tribunal, on veut inverser les « rapports de force », on veut sa Justice personnelle. Et bien sûr on médicalise, on psychiatrise ces comportements qui sont décrits comme des « addictions » (le corps réclame impérativement satisfaction et gratification immédiate !). Et les programmes de soins, moralistes à souhait, offrent un modèle de rédemption à mi-chemin entre boyscoutisme et bisounurserie gnangnan mais impitoyable. Au terme de la rééducation et de la contrition publique (y compris excuses aux Rohingyas, on ne sait jamais, ça fait toujours bon effet), l’homme déviant promet que jamais plus de telles horreurs ne sauraient se reproduire. La novlangue Orwellienne, le meilleur des Mondes et le catéchisme multiculturel et antidiscriminatoire se conjuguent pour vous transformer en objet lisse, soumis, asexué et sans passions, sans pulsions, sans vie, sans possibilité de rédemption. Au secours….

Dominique Baettig, 25.12.2017

 

 

 

15 commentaires

  1. Posté par Géo le

    « Alors d’accord, il avait des bons côtés. Il était officier supérieur.  »
    D’ailleurs, Buttet s’est tellement bien conduit qu’il s’est fait retirer non seulement son arme, mais son commandement. Ce qui prouve qu’il y a encore quelques lucides à la tête de l’armée.
    Je propose à tous les commentateurs de ce billet de monter une « Pig pride » à Sion, pour bien montrer la véritable nature du PDC en Valais…

  2. Posté par John Longeole le

    J’invite chacun à écouter les propos du nouveau conseiller national Benjamin Roduit, recueillis par la RTS juste après qu’on ait appris qu’il serait le nouveau député du PDC du Valais romand à Berne:
    https://www.rts.ch/play/radio/forum/audio/benjamin-roduit-sera-le-successeur-de-yannick-buttet-au-conseil-national?id=9172347&station=a9e7621504c6959e35c3ecbe7f6bed0446cdf8da
    Cher Monsieur Baettig, je vous le répète, je partage à 100% votre indignation et vos arguments. Mais permettez-moi de vous dire que quand j’entends Benjamin Roduit, je suis favorablement impressionné et je me dis qu’on va gagner au change. A quelque chose malheur est bon. Tant pis pour Buttet!

  3. Posté par John Longeole le

    Très bien dit. Parfait. Je suis 100% d’accord avec vous.
    Ceci dit, dans le cas particulier de Buttet, je me demande s’il n’y a pas eu quand même une certaine justice immanente. Ce garçon était un anti-UDC acharné. Il était également tout à fait d’accord avec le viol du peuple et de la constitution par la loi de non application de l’initiative contre l’immigration de masse. Alors d’accord, il avait des bons côtés. Il était officier supérieur. Il était contre le mariage homo. Pour tout celà il méritait notre sympathie, et la haine des féministes genderistes fanatiques et des corbeaux qui ont eu sa peau.
    Quelque part je me dis que cette affaire à été la némésis d’un homme qui a été puni par la providence, non pour ses positions conservatrices, louables, mais pour des trahisons plus graves envers son propre pays et son propre peuple. Il se pourrait que les gens de gauche et progressistes, pro avortement, pro mariage gay etc., qui ont eu la peau de Buttet, soient très déçus par son successeur le premier des viennent ensuite Benjamin Roduit. Et si ce Benjamin Roduit était un vrai conservateur pur sucre? Si c’est le cas alors je dirais que cette affaire était une ruse de la Providence, et que les hyènes justicières enragées sont tombées dans le panneau à pieds joints.

  4. Posté par Monod Henri P. le

    Enfin quelqu’un qui ose dire les choses comme elles le sont. Le « Harcèlement » est devenu l’ouverture à toutes les dérives. Les médias sont vraiment peu brillants quant aux lourdes insinuations qu’ils laissent planer et une catégorie de féministes en manque de la plus élémentaire des féminités et autres délicatesses profite honteusement de certaines situations naturelles « défavorables » aux « mâles » honnis.

  5. Posté par Gabriel le

    Cela fait des mois que je suis Les Observateurs.Je me rends compte qu’il n’y a plus de frontière entre la Suisse et la France et que dans ces deux pays les problèmes sont rigoureusement les mêmes.Bon courage amis suisses.

  6. Posté par Juan Pablo le

    Bel article qui dit tout sur la dégradation de notre société. Un grand MERCI à Mr Baettig!
    PS: Je n’ose pas penser ce qui se serait passé si Mr Buttet avait été UDC….
    Étant un sans voix, je ne sais pas comment on pourrait fermer le caquet de ces bien pensants, bon pour commencer ça sera oui à no Bilag…

  7. Posté par Jacques le

    Quel article magnifique ! Félicitations. On en redemande…

  8. Posté par Justin le

    Monsieur Baettig,

    Comment peut-on vous remercier pour votre article écrit de manière extraordinaire dans lequel vous faites si bien ressortir l’attitude de nos puritains et l’attitude de nos oies blanches comme vous le dites si bien.
    Evidemment, cet articles ne serait pas accepté par les rédactions de ces journaux en train de mourir de leur belle mort ! Heureusement nous avons tout de même encore ce site des observateurs afin de publier de telles vérités !
    Bravo et un grand merci à Monsieur Baettig et mes voeux pour 2018 afin qu’il publie le plus souvent possible de tels articles !

  9. Posté par SD-Vintage le

    A++++++ !

  10. Posté par pepiou le

    C’est bien d’avoir la dent dure mais trop d’amalgame rend la mastication du sujet, laborieuse …

  11. Posté par Murtenschlacht le

    Merci M. Baettig pour ce recadrage plein de bon sens. Pour ma part, ce néo-puritanisme n’a d’autre visée que de rendre notre société islamo-compatible. Cruelle inversion que de laisser impunies les agressions sexuelles de Cologne pour mieux taper sur le mâle blanc hétérosexuel forcément coupable de tous les maux. Les islamo-gauchistes nous refont le coup des procès stalinien. Pauvre de nous…

  12. Posté par Astérix contre les islamistes le

    c’est tellement vrai !

  13. Posté par sophie le

    sans foi ni loi, il n’a que ce qu’il mérite.

  14. Posté par philippe le

    Merci Mr Baettig pour la lucidité de vos propos. Le petit suisse que je suis est scandalisé au sujet de cette affaire , l’attitude des médias est une vraie saloperie . La télévision à suivre Mr. Buttet jusque dans les travées. Les journaux prétendre faire une enquête , ils se prennent pour la justice, toutes les déviances sont permises pour répandre soit disant de l’information ,.

  15. Posté par Derek Doppler le

    Tout cela est bel et bien et juste, mais qu’après le cirque Weinstein & consorts un type de sa trempe n’ait pas compris qu’il devait sur le champ faire profil bas et tout mettre en œuvre pour éviter de prêter le flanc aux attaques des tartuffes gauchistes (toutes ces personnes qui ont défendu l’éthylique Valérie « Sers-moi un verre, né…o! » Garbani, par exemple) est consternant.
    Il est évident que si vous n’êtes pas un membre confirmé de la secte gauchiste, vous devez systématiquement vous préparer à ce que TOUT ce que vous disiez ou fassiez soit d’une manière ou d’une autre retenu contre vous, absolument TOUT, et vous devez être prêt en permanence à systématiquement contrer les moindres accusations.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.