Koeppel, Roger. Editorial, Die Weltwoche : Autant en emporte Juncker, 30.11.2017

Weltwoche_Couverture_Juncker_Leuthard30.11.17

Éditorial

Autant en emporte Juncker

Juncker échappe à la grisaille du quotidien. Leuthard joue la mère de la nation. Matière pour un film d'Aki Kaurismäki.

De Roger Köppel

La politique, c'est de la comédie, du spectacle, parfois du théâtre de l'absurde. C'était le cas la semaine dernière lors de la visite d’État à Berne. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a parlé de «soleil radieux». La météo a déteint sur lui. Les personnalités politiques suisses présentes rayonnaient et ronronnaient de bonheur. On a signé quelques contrats insignifiants et promis des montants qui ne sont pas encore approuvés. Tout ressemblait à de la vraie politique, mais a finalement donné l'impression d’un vide euphorique et laborieux. On a virevolté autour de presque rien, les protagonistes s'évertuant néanmoins d’y donner forme.

Deux personnalités politiques qui se sentent négligées se donnent mutuellement de l'importance. La présidente de la Confédération, Doris Leuthard, était à la recherche de la grande cérémonie officielle pour clore son année présidentielle. Faute d'alternative disponible plus séduisante, Juncker, le président de la Commission européenne, a été mis à contribution. Il a servi de caisse de résonance pour la répétition générale des futurs adieux à la scène de la présidente de la Confédération. Elle a joué le rôle de la normalisatrice qui décrispe prudemment les relations bilatérales et l'assurance avec laquelle elle a présenté l'absence éclatante de résultats de la rencontre à la conférence de presse finale a fait impression.

Le jovial président de la Commission, Jean-Claude Juncker, a pour sa part épaté les diplomates en poste à Berne en se donnant la peine de s’y rendre. Le désespoir à Bruxelles doit être phénoménal. L'UE est enlisée sur tous les fronts. Les Britanniques obstinés ne se laissent pas abattre avec le Brexit. À Washington gouverne un homme qui incarne l'opposé de ce que l'UE veut être. Sans compter la chancelière allemande Angela Merkel toujours dans les cordes, tandis qu’un Emmanuel Macron arrivé au sommet parle certes poétiquement de l'UE, mais n'arrive pas à s'extraire du bourbier des problèmes de la France. Rien ne va plus. Toutes les occasions sont alors bonnes pour signaler qu'on est en vie.

Pour Juncker, la visite d’État à Berne était une distraction bienvenue à la morosité quotidienne. Il a pu néanmoins faire valoir l'illusion devant trois conseils fédéraux qu'après tout l'UE a encore quelque part une capacité d'action, même s'il faut y regarder de très près pour s'en convaincre. La Suisse est probablement l'un des derniers pays au monde à recevoir, toujours enthousiaste, un président de la Commission européenne avec de tels honneurs. Pour ne pas laisser passer cette opportunité, Juncker était même prêt à accepter le non cadeau du «milliard de cohésion» promis, qui devra d'abord faire l'objet d'une décision du Parlement et peut-être du peuple. Après le «soleil radieux» la «pluie», le fonctionnaire dit tout sourire qu'il allait maintenant laisser les Suisses se débrouiller. Il est révélateur que ces métaphores météorologiques soient à peu près la seule chose qui subsiste de ce sommet. Ce serait un merveilleux matériau pour le maître finlandais du cinéma dépressif, Aki Kaurismäki.

Qu'y a-t-il de remarquable du point de vue suisse? La politique européenne du Conseil fédéral est plus faite de théâtre que de substance. Les politiciens se sont rendus compte que le peuple ne veut pas d'un rapprochement avec l'UE. En même temps, ils ne souhaitent pas s'attirer d'ennuis avec Bruxelles. C'est la valse des hésitations, un pas en avant, un pas en arrière – dans l'espoir que les Britanniques sortent égratignés du Brexit alors que la Suisse passera entre les gouttes. Dans cet état d'âme complexe, il est important que le Conseil fédéral un peu confus sur le plan émotionnel reçoive les bonnes impulsions du Parlement. Pour tous ceux dont l'objectif majeur dans l'existence n'est pas de se réveiller un beau matin citoyen de cette UE institutionnellement faillie, tout dépend maintenant si le PLR se résoudra finalement à dire gentiment adieu à l'adhésion à l'UE, y compris à une adhésion passive dans le cadre de l'«accord d'amitié» de Juncker.

Restons optimistes! Le nouveau ministre des affaires étrangères, Ignazio Cassis PLR, n'avait pas particulièrement envie de défendre devant les caméras le «milliard de cohésion» et le contrat Juncker. Il a peut-être aussi laissé cette affaire à sa collègue Leuthard sur le départ dans l'espoir que le cauchemar des liens institutionnels avec l'UE soit également oublié avec le retrait de la politicienne PDC. Quant à la prestation glamour de la mère de la nation, on peut dire que même les politiciens les plus talentueux sont parfois gênés par leur propre vanité. En s'efforçant de s'en sortir ensemble par le haut, Juncker et Leuthard n'ont guère servi leur cause. La diplomatie des bises et des câlins devrait également avoir fait prendre conscience aux observateurs favorables à l’UE, plutôt de façon assez répugnante, que, toute sympathie mise à part, il règne actuellement force proximité et consensus entre la Berne fédérale et Bruxelles. Est-ce que les travailleurs et les syndicalistes apprécient beaucoup que les caisses de la Confédération soient toujours pleines à ras bord pour la prétendue solidarité avec l'UE alors que l'argent manque partout pour l'AVS suisse?

Les politiques devraient de toute façon peut-être s'occuper un peu moins de l'UE et un peu plus du monde. Les États-Unis ont déjà mis la main sur le secret bancaire. Trump veut maintenant baisser drastiquement les impôts. La déréglementation de l'économie est déjà en cours. La cheffe du gouvernement Theresa May va aussi, tôt ou tard, actionner vigoureusement le levier fiscal pour rendre le Royaume-Uni plus attrayant pour les entrepreneurs et les riches. La Suisse dégrade au même moment son cadre fiscal sous la pression de l'UE. Sans contrepartie, ici non plus. Un compromis fiscal dévastateur a été négocié entre la ville et le canton de Zurich peu avant l'heure de bouclage de ce numéro. Même l'UDC jubile. C'est un signal d'alarme, mais peut-être pas le dernier mot. L'UE de Juncker vacille, la réalité s'impose. Tous ne l'ont pas encore réalisé à Berne, mais leur nombre grandit.

7 commentaires

  1. Posté par rikiki le

    Ces bonnes femmes qui se prennent pour l’Helvetia, Du n’importe quoi !

  2. Posté par Christian P. le

    La seule boussole ,le commerce ! Le seul Dieu, le Dieu marchand ! La seule religion, le commerce. Nous serons bientôt tous des consommateurs asexués et sans références culturelles
    Enfin c’est le but recherché.

  3. Posté par Eliska Vytlacil le

    Logiquement je donne D’ABORD à manger aux miens et APRÈS aux autres. NOTRE gouvernement fait tout contraire. D’abord EU et après les contribuables suisses. POURQUOI?

  4. Posté par Myrisa Jones le

    Nos Zélites aiment fricoter avec l’UE, et ses différents organes de contrôle, pour faire « tout bien » comme elle, en signant les traités qu’elle exige pour la Suisse.
    Peu importe que le Souverain ne le veuille pas, puisque ce ne sont que des « problèmes techniques » à régler et qui ne concerne pas la population!
    Jacques Sapir fait une analyse très claire de ce vers quoi nous allons, si nous laissons faire ces Zélites zélées et malheureusement pour nous complices ou alors très bouchées.

    Norme internationale, droit national, souveraineté et démocratie

    L’extrait suivant me fait penser exactement à l’attitude et aux paroles prononcées dans la presse par M. Burkhalter, grand démocrate devant ses pairs, qui estimait non nécessaire de consulter les cantons quant à la signature de l’accord cadre avec l’UE puisqu’il s’agit de simples « questions techniques »…

    « Les menaces que le CETA fait peser concernent donc la santé publique, l’environnement[23], et… la souveraineté. Ce traité menace donc la démocratie. Ratifié au Parlement européen, le 15 février 2017, il doit être ratifié par différents parlements nationaux. Or, il est néanmoins considéré comme applicable en partie dès avant sa ratification par les Parlements nationaux[24]. Le CETA a été adopté de manière provisoire et partielle le 21 septembre 2017, sur les volets de compétences exclusives à l’UE, excluant temporairement certains volets de compétences partagées nécessitant le vote des pays membres de l’UE. Mais, environ 90 % des dispositions de l’accord seront appliquées. Ceci constitue un véritable déni de démocratie politique. De même, si un pays rejetait la ratification du CETA, ce dernier n’en continuerait pas moins à s’appliquer pendant trois ans. Tout a été fait pour que ce traité soit élaboré et appliqué en dehors de la volonté des peuples. Il traduit le fait que la « mondialisation » est aujourd’hui UN MOYEN POUR RETIRER NOMBRE DE QUESTIONS DU DOMAINE POLITIQUE EN PRETENDANT QU’IL S’AGIT DE QUESTIONS TECHNIQUES. L’Union européenne, de ce point de vue, a été connivent de cette logique. »

    https://www.les-crises.fr/norme-internationale-droit-national-souverainete-et-democratie-par-jacques-sapir/

  5. Posté par Julie Rochat le

    Entre la Momone et la Dodo l’alcolo de Bruxelles peut venir chez nous quand et comme il veut, accueilli à bras ouverts par son fan club. C’est fooooormidable !!

  6. Posté par Antoine le

    Avec de grands sourires et des embrassades, il y a toujours du fric (par milliards !)
    Pour les NÔTRES (AVS, etc …) il n’y a presque plus RIEN ….

  7. Posté par Sergio le

    Merci Monsieur Roger Koeppel. Vous êtes rafraichissant. Vous nous faites toujours sourire même sous une coupole fédérale bien triste avec ses acteurs nageant le plus souvent dans la médiocrité.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.