15 000 scientifiques veulent limiter les naissances pour sauver la planète

En 2050, nous devrions être 10 milliards d’êtres humains, contre 7,5 aujourd'hui. Limiter les naissances est une des mesures préconisées dans le manifeste des quinze mille scientifiques pour appeler à sauver la planète. Une proposition contre le réchauffement climatique discutée et discutable.

En 40 ans, la population mondiale a doublé. Et en 2050, il pourrait y avoir 10 milliards d’êtres humains sur Terre, selon l'Ined. Ce qui fait craindre aux 15 000 scientifiques qui ont récemment signé un manifeste davantage de déforestation, d’élevage intensif, de surpêche, d’acidité des océans… Ils privilégient treize mesures pour sauver la planète du réchauffement climatique. La huitième mesure interpelle : elle propose de "réduire encore le taux de fécondité en faisant en sorte qu’hommes et femmes aient accès à l’éducation et à des services de planning familial, particulièrement dans les régions où ces services manquent encore".

Est-ce un retour du malthusianisme ? La théorie selon laquelle limiter volontairement les naissances est une solution pour réduire la misère sur Terre date de la fin du XVIIIe siècle. Elle revient régulièrement dans les préconisations de certains experts. Dans les années 1960 et 1970, "le néo-malthusianisme a été très vif car la croissance démographique de la planète était très forte, avec une fécondité qui paraissait trop élevée, de l’ordre de 4 voire 5 enfants par femme", explique Laurent Chalard, docteur en géographie à la Sorbonne. Et d'ajouter :

Quand la pression démographique est retombée, les arguments néo-malthusiens ont été moins utilisés dans le débat public, d’autant plus qu’après, dans les pays riches, il y a eu un phénomène inverse, avec une dénatalité inquiétante.

Limiter les naissances, un remède selon le Fonds des Nations unies en 2009

En 2009, l’idée ressurgit lors du sommet de Copenhague, la quinzième conférence des Nations unies sur les changements climatiques, et elle revient dans les débats à cause du Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP). Le fonds publie un rapportquelques jours avant la conférence, dans lequel il appelle les dirigeants à prendre en compte la question démographique. Page 62,  il est écrit :

Des taux de fécondité moins élevés contribueraient au ralentissement de la croissance démographique et, du même coup, à la réduction des émissions dans l’avenir et permettraient aux gouvernements de suivre plus aisément le rythme de l’adaptation nécessaire aux changements climatiques.

L’ONU est bien consciente à ce moment-là de la question épineuse qu’elle soulève. Les auteurs du rapport citent un autre rapport, datant de 2007, du groupe d’experts intergouvernemental sur les changements climatiques (GIEC) qui se censuraient volontairement sur la question de la légitimité du contrôle de la population, "en s’abstenant de considérer toute option susceptible d’aider à ralentir la croissance démographique parce que  “l’ampleur et la légitimité du contrôle de la population faisaient l’objet d’un débat encore non réglé”", toujours d'après le FNUAP.

Pour "aider l’humanité à s’éloigner du gouffre", l’ONU  ne prône pas de mesures politiques, où les gouvernements prendraient des ordonnances pour influer le niveau de fécondité. Mais "ce qui est conforme à l’éthique – et à longue échéance bien plus efficace que les contrôles gouvernementaux – , ce sont des politiques qui permettent aux femmes et à leurs partenaires de décider par eux-mêmes s’ils veulent avoir des enfants et à quel moment, ainsi que des mesures qui promeuvent l’égalité entre les sexes dans tous les domaines de la vie économique et sociale. L'ONU veut agir grâce au planning familial et à la contraception. Un dollar investi dans la planification familiale et l’éducation des filles réduit les émissions de gaz à effet de serre au moins autant qu’un dollar dépensé dans l’énergie éolienne.

738_box-852c3ac9342b155becb5c253f8df4356aa4b35c5

Un discours du Fonds de l’ONU aujourd’hui différent

En 2017, le Fonds des Nations unies pour la population n’est plus aussi catégorique sur la limitation des naissances et semble prendre plus de pincettes sur le sujet. Pour Daniel Schensul, doctorant et coordinateur technique au FNUAP :

Le ralentissement de la croissance démographique, même rapidement, n’est pas une solution pour prévenir le changement climatique. Ce ralentissement aura peu ou pas d’effet si nous ne pouvons pas abandonner la consommation et la production basées sur les combustibles fossiles vers des modes de vie renouvelables et durables.

"Tant que nous n’aurons pas trouvé une façon de vivre sans émission de carbone, tempère Daniel Schensul, nous ne pourrons pas résoudre le problème, et certainement pas par des actions sur la population. Nous devons également continuer à mettre l'accent sur l'éducation, l'égalité des sexes et l'accès à la santé sexuelle, afin de donner aux femmes et à tous les individus les moyens d'améliorer leur bien-être et d'assurer leur développement durable."

Arme démographique trop simple ?

Même si l’ONU fait marche arrière sur l’idée de l’arme démographique pour résoudre une partie des problèmes de la planète, elle ne nie pas le postulat qui semble évident : une population qui augmente signifie une augmentation des émissions de gaz à effet de serre. "En pratique, davantage de personnes signifient, d’avantage de changements climatiques", selon Fabian Wagner, chercheur à l’Institut international pour l’analyse des systèmes appliqués. Pour agir contre le réchauffement climatique, "activer le levier de la démographie est l’une des solutions, mais elle n’est pas l’unique solution", explique le chercheur.

Il faut l’ajouter à de meilleures technologies, baisser la consommation individuelle, et peut-être diminuer le nombre de naissances. Mais influencer la fertilité est très controversé, conclut-il.

D’autant que la réponse à la question y a-t-il un lien entre croissance démographique et réchauffement climatique, "n’est pas si simple", selon Henri Léridon, directeur de recherche émérite à l’Institut démographique.

Il y a deux composantes dans les émissions de CO2 : la population et le taux d’émission par habitant. Et les deux évoluent de façon plus ou moins indépendante. Il faut également tenir compte du niveau initial du taux d’émissions.

Aujourd’hui, 10% des plus riches émettent la moitié des émissions de gaz à effet de serre.

  • Un Américain émet 16 tonnes de CO2 par an
  • Un Russe émet 12 tonnes
  • Un Chinois 7,5 tonnes
  • Un Français 4,6 tonnes
  • Un Indien 1,7 tonne
  • Un Africain émet en moyenne 1 tonne

Concernant l’évolution démographique, selon l’ONU, nous serons entre 9 et 10 milliards en 2050.

  • Etats-Unis et Canada : + 20%
  • Europe et Russie : déclin de population
  • Chine : le pays atteindra un pic de population vers 2030 – 2040 avant de retrouver le niveau actuel en 2050
  • Asie : + 20%
  • Afrique : + 50%, la population passerait de 1,2 milliard à 2,5 milliards

L’enjeu africain

"Nous avons donc deux blocs : d’un côté les Américains, de l’autre les Africains", explique le démographe Henri Léridon. Au taux actuel d’émission par tête dans chacun de ces deux blocs, c’est équivalent. C’est-à-dire que les 80 millions d’Américains supplémentaires, vont peser autant en émission, si l’on reste au niveau actuel, que les 1,3 milliard d’Africains en plus." Mais ce postulat peut évoluer, car tout dépend du développement du continent, qui n’a pas encore fait sa transition démographique.

Ce continent qui a un énorme potentiel en matière de création d’énergie propre. Un rapport du Word Economic Forum salue la dynamique du territoire : dans son top 10 des pays qui produisent de l’énergie hydraulique, géothermique ou solaire, figurent sept pays africains, avec en tête l’Ethiopie, qui produit 93% de son énergie grâce à des énergies renouvelables.

L’allongement de l’espérance de vie, une donnée oubliée

La croissance démographique est liée à deux éléments, au taux de natalité, supérieur au seuil de remplacement des générations sur l’ensemble de la planète, et à l’augmentation de l’espérance de vie. "C’est une donnée complètement oubliée dans les débats lors des différentes COP ou sommet pour le climat", alerte le géographe Laurent Chalard.

Chaque année, la population augmente car les gens vivent plus longtemps. Cela sous-entend que même si l’on revenait à l’équilibre mondial de la fécondité, c’est-à-dire 2,1 enfants par femme, la croissance démographique continuerait. De manière moins intense, mais elle continuerait. Il ne s’agit pas de limiter l’espérance de vie, ça serait ridicule, mais il faudra apprendre notamment à consommer moins.

 

Source

Rappel:

L'initiative Ecopop présentée par la gauche comme "raciste" désirait un planning familial pour l'Afrique.

22 commentaires

  1. Posté par G. Guichard le

    Ca fait depuis 1950 qu’on s’alarme de l’explosion démographique des anciens empires coloniaux. Qu’ils continuent de s’alarmer, ça ne mènera pas grand part. Et j’ai remarqué; maintenant, on ajoute menace écologique à tous les problèmes. Je vais faire, ça

  2. Posté par miranda le

    Si on regarde autour de soi, le cancer est dévastateur en occident. Et les hôpitaux ne proposent presque plus (faute de moyens) de « traitement approprié à tel ou tel type de cancer ». On pourrait dire que c’est le traitement « basique » qui va être « offert ». J’ai vu autour de moi tant de personnes mourir aux environs de 70 ans, que je ne pense pas que le problème soit l’occident.

    Le problème est que l’occident INVITE dans son mode de vie, « la terre entière, notamment des gens issus de cultures où il est normal de constituer un grand groupe familial.C’est de la folie, alors que dans leur milieu, ils sont moins consommateurs, donc moins perturbateurs écologiquement.

    Les déplacer va engendrer le nouveau consommateur « glouton ». J’ai bien vu que la découverte de tout ce qui EST gadget ou moderne provoque chez des gens venus de pays où la vie est simple, une vraie boulimie de consommation quand ils arrivent en Europe, surtout chez les jeunes. Et en plus, ça ne s’arrange pas avec le temps. Ca s’aggrave.

    Mais allez dire ça à nos gouvernants, pour qui c’est impératif de faire venir ceux qui vont « dissoudre le citoyen européen trop conscient de ses droits » et surtout casser l’esprit des nations européennes pour mieux les démembrer.

    Alors messieurs les spécialistes, vous pouvez servir à profusion toutes sortes de conseil, nos gouvernants sont des « casseurs éprouvant un tel mépris pour nos sociétés », qu’ils ne vous écouteront jamais.

  3. Posté par Antoine le

    Nous sommes 2 FOIS TROP d’êtres humains sur la Terre !
    Malheureusement, seules les guerres seront assez meurtrières pour juguler notre démographie galopante …
    C’est triste mais c’est la réalité !

  4. Posté par djai le

    BIEN ENTENDU IL EST URGENT DE CONTROLER SURTOUT POUR NOYTR PLANETE
    CAR IL NE FAUT PAS OUBLIER QUE C EST LA SEULE HABITABLE .SANS COMPTER LES RISQUE DE FAMINE ET DE GUERRE POUR LES RESSOURCES PREMIERE .SANS PARLE Q EN FRANCE ON LAISSE SE REPRODUIRE DES PERSONNES IRRESPONSABLE ET QUI SONT INCAPAABLES DEELEVER D ETRE DES PARENTS .DU COUP C EST LES ENFANTS QUI NAISSENT DE SES UNION QUI EN PATISSENT .DANS CE PAYS OU L ON CONTROLE TOUT ET N IMPORTE QUOI C EST PARADOXALE QUE L ON NE CONTROLE PAS LES NAISSANCE .ON CREE DE LA MISERE VOLONTAIREMENT!!!

  5. Posté par guillochon sylvie le

    limiter les naissances est la seul solution

  6. Posté par Neffie le

    Si les Blancs veulent encore exister d’ici quelques générations,ils doivent se décider maintenant à éliminer les autres populations.Triste à dire , mais c’est la seule solution pour ne pas tous disparaître.

  7. Posté par Victor56 le

    Au rythme actuel ( 2,5 Mds en 1950; 7,5 Mds en 2017) ce ne sera pas 10 mais 12 Mds en 2050. Comment ainsi donner du travail, de la dignité à tous les hommes?
    Si c’est encore possible, hors guerres atomiques et civiles voir culturo-ethniques, épidémies
    de masse etc..vers la destruction de l’espèce humaine ( Car mélangez sans issue 500 chats et
    500 chiens dans un petit hangar et vous allez voir rapido le désastre ! et la composante « animalité » n’en déplaise est tjrs présente à des degrés divers en tous, partout) comment arrêter cela ?
    D’abord c’est le résultat de la fin de la sélection naturelle-la Médecine-, de la socièté de
    consommation mondialiste qui veut avoir de plus en plus de consommateurs pour expanser
    ses bénéfices qui donc promeut la liberté insensée de procréer, du pas de travail pas de retraite
    en Afro-Maghreb qui pousse à faire bcp d’enfants pour être protégé par eux dans la vieillesse.
    Pour y pallier il faudrait un pouvoir mondial des Etats-Nations (et non plus des milliardaires
    mondialistes aux manettes dont 1% de l’humanité détient 48% des richesses et 20 % …tout) genre ONU des 189 Etats revisité et « dépourri » avec un collège dirigeant démocratique raisonnable organisant des plans de développement harmonisés et intelligents pour tous ces E-N. Limitant ensuite la procréation humaine à au plus 2 enfants par famille avec prime ou avantage incitatif, à réfléchir.
    Sinon sans ces actions mondiales ce sera le désastre voir l’extinction de l’humain, les leurres
    des solutions et développements cybernétiques,du transhumanisme et de l’intelligence artificielle,des fusées d’évacuation de la terre dans l’espace selon Stephen Hawking, dont on « enfume » les enfants », réalisant plutôt et concrètement un enfer infiniment pire que celui imaginé par Dante.

  8. Posté par Mains propres le

    Qu’ils montrent l’exemple ! Mais je crains que ce soit les plus cons qui ne suivent pas , et comme les chiens ne font pas des chats . . . on va vers la connerie universelle , quoique . . .

  9. Posté par Aware le

    Fondamentalement, les africains ont une stratégie démographique de type r (beaucoup d’enfants, quelques un atteignent l’âge adulte) tandis que les européens une stratégie démographique de type K (peu d’enfants, la plupart atteignant l’âge adulte) :
    http://www.conservation-nature.fr/article1.php?id=388
    Dès lors, vacciner et bourrer d’antibiotiques les africains est totalement absurde car cela conduit à une croissance exponentielle de la population telle qu’on l’observe actuellement. Avec toutes les conséquences catastrophiques dont les africains sont les premiers à souffrir !

  10. Posté par Sitting bull le

    c est la chine qui fait beaucoup d enfants , l Inde et les pays arabes ainsi que l Afrique noir , nous les blancs le taux de reproduction est d un enfant par femme a cause des moyens contraceptifs ….les noirs et les pays arabes viennent nous envahir a cause de leur taux de natalités trop élevés , soit environ 7 enfants par femme noir ou femme arabes , l Algérie récemment son taux de natalités est reparti a la hausse et les dirigeants de ce pays ne savent pas que en faire lorsqu ils parviendront a l Age adulte …ils migreront vers l UE

  11. Posté par Anne Lauwaert le

    n’oubliez pas les Georgia Guide Stones qui préconisent de ramener la population mondiale à 500 millions d’individus… la fin est certainement interessante mais avec quels moyens???

  12. Posté par Anne Lauwaert le

    Faux! L’espérance de vie a augmenté jusqu’à la génération de mes parents qui ont bénéficié d’un héritage de santé d’avant guerre et bénéficié des progrès après la guerre. Depuis la guerre les « pollutions » dans tous les domaines augmentent et chaque génération nait avec moins de santé en héritage et plus d’agression à affronter. Nous n’allons pas devenir plus vieux mais plus malades et donc moins de forces vives mais plus d’ in-valides à charge.

  13. Posté par Astérix contre les Islamistes le

    Il faudra les stériliser moi je ne marche plus quand on nous déclare qu’il y a une famine en afrique et qu’il faut encore et toujours donner des dons pour leur stupidités
    ces gens sont soit disant affamés mais ils trouvent encore la force de procréer et de mener à bien une grossesse ! là je dit stop! ne nous prenez pas pour des gogos !
    stérilisation pour ces gens sans cervelles

  14. Posté par Astérix contre les Islamistes le

    Très bonne idée , cependant c’est l’Afrique , le Maghreb et tout les musulmans qui font le plus d’enfants ( il faut bien envahir toute la planète ) , ca déborde chez eux jusque chez nous !
    La solution sera de les stériliser quand ils arrivent sur nos territoires ou les obliger à rester chez eux ! En 20 ans le problème peut être résolus
    mais il faudra museler les assos maléfiques qui feront tout pour les droits de l’hommisme
    droit de l’homme allant jusqu’à le paroxysme de sa bêtise et de son inconscience

  15. Posté par Le chapon cha pond pas le

    @Marc,
    Une troisième guerre mondiale, nucléaire si possible, diminuerait sans doute la population de la terre, mais avez-vous pensé que vous aussi seriez probablement concerné directement ? En ce qui me concerne, je n’ai pas envie de mourir maintenant ou de me retrouver vitrifié parce que des cons l’auraient décidé à ma place. On pourrait déjà diminuer la surconsommation en interdisant les black fridays, les cybermondays, les achats intempestifs de matériel électronique, par exemple. Essayez de dire cela à un Américain moyen… C’est peine perdue.

  16. Posté par Le Taz le

    Eh bien c’est le moment… Et on sait où il faut réduire, qu’ils commencent déjà par arrêter de les vacciner et de leur distribuer des antibiotiques pour retourner à l’équilibre naturel de leur mode de reproduction!

  17. Posté par Bernard le

    La seule utilisation valable des milliards que la Suisse verse pour l’aide au développement est la mise sur place dans les pays prolifiques sont mise sur pied de planning familiale, la contraception et la stérilisation dans les cas extrêmes.

  18. Posté par Bussy le

    C’est évident qu’il faut stopper l’augmentation de population et même la baisser drastiquement… mais comment ?
    Déjà en passant du quantitatif au qualitatif, n’en déplaise aux faiseurs de frics !
    L’Europe est la très bonne élève du lot, donc faudrait arrêter de bassiner les Européens avec cette immigration pour compenser la baisse de natalité.
    Et c’est évidemment sur l’Afrique qu’il faut concentrer les efforts…. Afrique qui pourrait être le paradis sur terre avec une population moindre.
    Et de comparer les tonnes de CO2 produites n’est pas la bonne voie, car s’ils le pouvaient, les Africains en produiraient autant que les Américains…
    J’ai revu le film « Demain », ça serait bien que tous ces experts le regardent, ça leur donnerait des idées !

  19. Posté par JDV le

    Cela fait 30 ans que des scientifiques alarmistes nous annoncent l’apocalypse climatique. Nous avons eu un fantasque ministre, le sieur Moritz Leuenberger qui pendant 15ans a économisé son énergie (au dire d’un humoriste valaisan) Il n’a rien foutu de bien.
    Lorsque Laurent Fabius a rencontré le secrétaire d’État John Kerry le 13 mai 2014 pour parler des problèmes mondiaux, il a déclaré: »Nous avons 500 jours pour éviter le chaos climatique.
    Ironiquement, au moment des propos de Fabius, l’ONU avait prévu un sommet sur le climat à Paris en décembre 2015, quelque 565 jours après ses propos. On dirait que l’ONU arrive 65 jours trop tard pour sauver le monde.
    Ces scientifiques sus-cités dans l’article doivent boire à la même coupe. Que faut-il faire ? Les Blancs (surtout les hommes, les mâles) sont des méchants égoïstes, à eux seuls « ils bouffent » la grande partie des ressources de la planète. Je cite cette phrase dans l’article du démographe Henri Léridon : C’est-à-dire que les 80 millions d’Américains supplémentaires, vont peser autant en émission, si l’on reste au niveau actuel, que les 1,3 milliard d’Africains en plus. »
    Ainsi on a ciblé les coupables et les victimes.
    Ai-je besoin de préciser que je fait partie des coupables ? It’s not my fault, I’m born white and male, therefore ….

  20. Posté par Prof. Prout le

    La surpopulation est le pire des fléaux à tous les niveaux : destruction de l’écosystème planétaire, guerre et conflits pour l’accès aux ressources limitées, migrations massives, souffrances humaines. Limiter la population, voire la diminuer devrait être une priorité aussi bien à l’échelle locale (régions) que globale (ONU). L’écologie sans limitation de la population n’a aucun sens; c’est même une escroquerie ! N’est-ce pas les Verts immigrationnistes ?

  21. Posté par Irène le

    Enfin !!!!!!

  22. Posté par Marc le

    Une troisième guerre mondiale pourrait aussi aider à diminuer la démographie mondiale!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.