Grand-messe du numérique : Leuthard, les CFF et la radio-télévision aux côtés de Ringier

Ploucs

NDLR. La peur d’un OUI à No-Billag n’y est pour rien, évidemment!

Grand-messe du numérique : Leuthard, les CFF et la radio-télévision aux côtés de Ringier

 

Le groupe Ringier de Zurich, éditeur du Temps et du Blick, a célébré mardi la grand-messe du numérique avec l'aide de la présidente de la Confédération, du patron des CFF et de la radio-télévision d'Etat. Le groupe Tamedia, de Zurich également, qui possède les principaux quotidiens de Suisse romande et la feuille gratuite 20 minutes, n'en décolère pas. Il a chargé ses journalistes, notamment dans la Berner Zeitung, de tourner cette manifestation et Mme Leuthard en ridicule. Il reproche entre autres à l'Etat de trop favoriser son concurrent Ringier, qui s'engage de toutes ses forces dans la lutte contre No Billag, pour défendre le monopole de la SSR, à laquelle il est lié par une alliance publicitaire, avec la participation d'une autre régie d'Etat, la Swisscom.

 

https://www.bernerzeitung.ch/schweiz/standard/digitrallala/story/20833437

 

Traduction (Claude Haenggli): Digitralala ! La présidente de la Confédération n'avait-elle rien de plus important à faire lors d'une journée de travail normale que de s'amuser avec un jeu vidéo sur un ordinateur ? Mais c'était le jour du numérique. Au milieu de beaucoup de bricoles électroniques, avec énormément de chichis et en présence de nombreux notables, le Cantique des cantiques de la numérisation a été chanté à Zurich et dans quelques autres localités suisses. "Nous mettons à feu la fusée de la Suisse numérique" a proclamé la commandante en chef, donnant ainsi l'ordre de marche. Auparavant, le Blick, le journal de la Coop et compagnie avaient répandu la bonne parole parmi le peuple, tandis que la grande-prêtresse Leuthard révélait pouquoi ce jour du numérique avait une telle importance urgente : "Nous devons être en Suisse plus courageux et ouverts à la nouveauté, par exemple en ce qui concerne l'utilisation des données numériques. Les Américains sont plus ambitieux". C'est-à-dire : "Vous les ploucs, hors de vos cavernes !".

Claude Haenggli, 22.11.2017

 

5 commentaires

  1. Posté par Michel Mottet le

    La PDC Doris, inspiratrice de l’abominable cérémonie démoniaque pour l’ouverture du tunnel du Saint-Gothard, est un danger mortel pour la Suisse.

  2. Posté par Aude le

    La messe de la crème mondialiste qui veut conserver son monopole avec l’aimable et assidue collaboration des gentes dames du CF.
    Et tout ce Monde se veut humanitaire quitte à foutre la Suisse à plat ventre. Il faut être fou à lier ou totalement ignorant pour payer ces gens-là.

  3. Posté par Le Taz le

    Les traîtres à notre patrie tremblent, bravo aux jeunes UDC qui sont à l’origine de NO Billag, ils ont réussi se tour de force avec des moyens dérisoires, il faut les soutenir, si vous souhaitez le faire, contactez Johan Zhieli, un garçon remarquable, un vrai patriote qui s’investit totalement pour la souveraineté de notre pays, un garçon qui a choisi la difficulté en allant poursuivre ses études de droits à l’université de Zurich, qui fait des allés et venues plusieurs fois par semaine pour concilier ses études et son combat politique. Il est de plus d’une gentillesse et d’une honnêteté exemplaire. Ce sont des gens comme lui dont nous avons besoin pour le futur de notre nation. SOUTENEZ LES JEUNES UDC! Donnons leur les moyens de lancer de nouvelles initiatives!

  4. Posté par SD-vintage le

    Ces mêmes ploucs qui l’ont fait reine.

  5. Posté par Derek Doppler le

    C’est sûr, avoir affaire à des abrutis numériques plutôt qu’à des déficients analogiques, ça change la vie!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.