Université d’Aix-en-Provence : des associations dénonce un « entrisme islamiste » et des enseignants « communautaristes et anti-occidentaux »

post_thumb_default

 

Les associations Laïcité 06, Esprit Laïque et le Collectif citoyen contre les intégrismes ont écrit au maire d’Aix-en-Provence et au président de l’Université de cette ville. Ils dénoncent « un doctorant émule de Ramadan et des Frères Musulmans » qui doit soutenir ce lundi une thèse sur le cheik Qaradawi. « Des enseignants de l’institut de Sciences Politiques d’Aix […]

L’article Université d’Aix-en-Provence : des associations dénonce un « entrisme islamiste » et des enseignants « communautaristes et anti-occidentaux » est apparu en premier sur Fdesouche.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

4 commentaires

  1. Posté par SD-vintage le

    « Des enseignants de l’institut de Sciences Politiques d’Aix sont notoirement proches des milieux racialiste, communautaristes et anti-occidentaux » :
    des gens de gauche en somme…

  2. Posté par Yolande C.H. le

    https://www.youtube.com/watch?v=SZs8D4lDJFI
    Nabil Ennasri avertit son auditoire musulman « Ils veulent que vous rentriez chez vous ».
    Il avoue ainsi que la France ce n’est pas chez eux, et là on est d’accord.

  3. Posté par Vautrin le

    Rien de nouveau, en fait. Il faut avoir travaillé dans ces milieux universitaires pour savoir que le mauvais y côtoie le pire. L’Université est depuis 1968 la proie de l’extrême-gauche. Un amalgame de rêveurs fumeux et de staliniens non repentis, incarnés dans le syndicat SneSup, « progressistes » et islamophiles. Lorsque j’ai pris ma retraite, en 2012, le nombre de professeurs portant des noms à consonance arabe atteignait, en comptant dans le répertoire universitaire, plus de 35%. Tous, alors, n’étaient pas des suppôts du djihad, mais il y avait bien des piétistes musulmans. Je suppose que la situation a empiré depuis.
    L’université, et tout particulièrement les facultés dites de « sciences humaines », semble ne plus être capable de produire que de l’idéologie bien-pensante, et malheur à qui s’y oppose. Il s’y joue une « lutte des places », tant la préoccupation est d’acquérir du pouvoir et de l’influence plutôt que d’essayer de créer de véritables sciences « humaines ». Le mal affecte avec, semble-t-il, moins d’ampleur, les facultés de sciences à proprement parler, certaines ayant développé des filières d’excellence fréquentées par des étudiants ayant triomphé de la sélection par l’échec. Mais quand je vois dans ces mêmes Facultés scientifiques l’emploi de l’écrÉTINure (nom qui convient à cette idiotie d’écriture dite « inclusive), quand je lis que l’on y prend ouvertement position contre un parti jugé « mal-pensant » ou fasciste, je me dis que là aussi la gangrène a infecté l’ensemble de la vie universitaire (et pas seulement en France).
    Le résultat ? En « sciences humaines », on soutient des thèses ouvertement militantes, au détriment de la recherche. Il n’est donc pas étonnant qu’à Aix on doive recevoir en soutenance une thèse à propos d’un énergumène coupable de crimes contre l’humanité. Cela traduit l’état de désagrégation de l’Université dans son ensemble. Celle-ci fut tuée en 1968, il n’en demeure que les rogatons. Heureusement qu’il reste les grandes Écoles, élitistes. Encore peut-on en douter quand Normale Sup’ adopte à son tour l’écrÉTINure. Il est vrai qu’elle a produit de nombreux infra-philosophes « progressistes ».

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.