Collusion de Lafarge avec Daesh en Syrie : perquisitions simultanées à Paris et à Bruxelles

post_thumb_default

 

Dans le cadre d'une coopération avec la justice française, la police fédérale belge a procédé ce 14 novembre 2017 à une perquisition à Bruxelles dans une filiale du cimentier franco-suisse Lafarge, soupçonné d'avoir indirectement financé des groupes djihadistes en Syrie, d'après une source proche du dossier citée par l'AFP. Parallèlement, le siège de Lafarge en France a également fait l'objet d'une perquisition. 

«Les enquêteurs français sont en train de perquisitionner nos locaux», a confirmé une porte-parole de Lafarge. «Nous coopérons pleinement avec les enquêteurs, mais nous ne pouvons faire davantage de commentaires sur cette enquête en cours», a-t-elle ajouté.

Si le parquet fédéral belge ne cite pas le nom du groupe Lafarge, il fait toutefois mention d'une équipe commune d'enquête franco-belge, constituée pour enquêter sur des soupçons de financement d'un groupe terroriste par une «multinationale française». Et, d'après une autre source citée par l'AFP, il s'agirait bien du cimentier et la perquisition belge concernait une filiale à Bruxelles.

L'enquête, menée depuis juin 2017 par trois juges d'instruction, s'attache à déterminer si le géant du ciment a transmis de l'argent à certains groupes djihadistes, notamment Daesh, pour continuer à faire fonctionner en 2013 et 2014, malgré le conflit en Syrie, la cimenterie de Jalabiya, dans le nord du pays. Les enquêteurs cherchent aussi à savoir si des responsables du groupe en France avaient eu connaissance de tels accords et du danger qu'ils ont pu faire courir aux employés syriens sur place.

Le scandale avait été révélé en juin 2016 par une enquête du journal Le Monde qui avait mis en lumière de «troubles arrangements» entre LafargeCement Syrie (LCS), branche syrienne du groupe, et l'organisation terroriste Daesh, alors que l'organisation djihadiste gagnait du terrain et devenait incontournable dans la région.

Deux mois plus tard, le ministère français de l'Economie avait déposé plainte, déclenchant l'ouverture d'une enquête préliminaire par le parquet de Paris, confiée au Service national de douane judiciaire (SNDJ).

Lire aussi : «On acceptait le racket ou on partait» : Lafarge accablé pour ses arrangements avec Daesh en Syrie

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Un commentaire

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.