Une mère porteuse cherche à récupérer son propre enfant

post_thumb_default

 

Unknown-23Voilà une affaire ubuesque. Jessica Allen, une Américaine de 31 ans, avait décidé de devenir mère porteuse en Californie pour acheter une nouvelle maison avec son mari et leurs deux enfants. Moyennant 35 000 dollars (environ 30 000 euros), elle a porté l’embryon d’un couple chinois venu aux Etats-Unis faire une GPA.

Apprenant qu’elle portait deux bébés, Jessica a alors pensé que l’embryon transféré s’était divisé en deux, et qu’il s’agissait de jumeaux. Cependant, elle n’avait pas réalisé qu’elle était tombée naturellement enceinte de son époux, un phénomène rare : la superfétation.

A la naissance, les deux enfants lui ont été enlevés sans qu’elle ait pu les voir, pour être remis au couple d’intention. Le couple chinois, constatant une notable différence physique entre les deux enfants, a fait procéder à un test ADN. L’enfant au phénotype asiatique correspondait au couple chinois tandis que pour l’autre, l’ADN montrait que l’enfant était celui de la famille Allen.

Légalement parents des deux enfants, le couple chinois, ne souhaitant pas garder le fils du couple Allen, a décidé de le donner à l’adoption. Aussi, la famille Allen qui désirait récupérer l’enfant, a dû se lancer dans une bataille judiciaire : le couple asiatique a réclamé une compensation financière de 22000 dollars (19 000 euros)...

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.