Pourquoi il est impossible de réformer l’islam

bill-warner-phd

Par Bill Warner

Combien de fois a-t-on entendu dire qu’il faut juste réformer l’islam? Car il serait certainement plus sympa sans cette histoire de djihad. Alors, qu’attendons-nous pour le réformer?

Voici tout de suite la mauvaise nouvelle. Il est impossible de réformer l'islam. Comment ça, impossible? Eh oui, et je vais vous le démontrer. C'est quasiment mathématique.

Vous me direz: mais le christianisme et le judaïsme ont pu être réformés, donc l'islam aussi. Eh bien… pas vraiment.

Supposons que vous allez réformer l'islam en choisissant ce qui est bon et ce qui est mauvais dedans. L’islam dans lequel vous devrez choisir, c'est le Coran, la Sunna et les hadiths. Donc, si vous voulez réformer l'Islam, allez-vous réformer le Coran, la Sunna ou les hadiths?

Commençons par le Coran. Que dit-il de lui-même? Coran 3: 7: «Nul n'en connaît l'interprétation, à part Allah. Mais ceux qui sont bien enracinés dans la connaissance disent: «Nous y croyons: tout est de la part de notre Seigneur!» ». Si donc chaque verset vient d'Allah, comment choisir?

Voici un exemple significatif. Coran 2: 216: «Le combat vous a été prescrit alors qu'il vous est désagréable. Or, il se peut que vous ayez de l'aversion pour une chose alors qu'elle vous est un bien. Et il se peut que vous aimiez une chose alors qu'elle vous est mauvaise. C'est Allah qui sait, alors que vous ne savez pas.» Donc, vous êtes la personne censée choisir ce qui est bon et pas ce qui est mauvais, et Allah vous dit que de toute façon vous n’êtes pas capable de choisir.

Coran 11: 1: «C'est un Livre dont les versets sont parfaits». Si donc chaque verset est parfait, qui êtes-vous pour dire qu'ils ne le sont pas?

Coran 5: 3. «J'ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J'agrée l'Islam comme religion pour vous.» Sa religion est parfaite. Elle comprend le Coran et la Sunna. Que faire alors? Comment réformer la perfection? L'islam est parfait dans son entièreté et dans chacun de ses éléments. Chaque verset, chaque phrase, chaque hadith est parfait.

Mohammed est un modèle parfait pour une vie humaine. Il y a 91 versets dans le Coran qui le disent. Donc sa Sunna est la perfection. Il n'y a pas de bonne Sunna et de mauvaise Sunna. C'est toute la perfection d'Allah.

Mais supposons que vous êtes plus intelligent qu'Allah et plus intelligent que Mohammed, et que vous arrivez avec votre brillant plan de réforme. Et alors, à qui vous adresser pour le proposer? Il n'y a aucun organisme ayant l’autorité d’approuver ou de rejeter. Vous ne pouvez pas aller à Al-Azhar car ils n'ont aucune autorité réelle. Ce n’est qu'un groupe de savants qui émettent des opinions. Il n'y a pas de corps central qui puisse décréter des changements dans l'islam. Donc votre brillant plan de réforme ne sert à rien, il n’aura aucun écho.

Autre chose. Vous dites qu’il faut réformer l'islam, car ainsi il sera effectivement ce que nos pensons qu’il est. Pour cela, la partie qu’il faut supprimer, c’est le djihad. Or, dans la partie mecquoise du Coran, il n'y a pas de djihad, tandis que dans dans la partie médinoise, 24% concerne le djihad. Parmi les hadiths de Boukhari, 21% sont sur le djihad, et la Sunna va jusqu’à 67%, 2/3.

Ce n'est pas seulement un verset ou deux, c’est un problème systémique. C'est une doctrine toute entière que vous devez changer, vous ne pouvez vous contenter de modifier une phrase ou deux. L'islam, ce n'est pas ce que dit un musulman, c'est ce que dit Mohammed. Donc, vous ne pouvez pas simplement aller vers un musulman et lui dire: voilà comment je pense qu’il faudrait réformer, et il dirait: ah oui, je crois que vous avez raison. Il y a 1 1/2 milliard de musulmans, alors, à qui demanderez-vous d'approuver votre plan de réforme? Tandis que quand nous citons Mohammed, c'est objectif.

Bon, nous avons tous rencontré des musulmans sympathiques et agréables, et nous nous disons que, si ces musulmans sont gentils, c’est qu’il y a un islam gentil, qu'ils suivent. Erreur. C’est simplement qu’ils ne suivent pas tout l'islam. Ils pratiquent l'islam de La Mecque et pas celui de Médine. Les musulmans gentils n’ont pas le droit de condamner le Coran de Médine ni de dire qu’il est faux, simplement ils ne le pratiquent pas. Mais ça n'est pas réformer l’islam, ça, c’est juste ne pas faire ce qu'il dit.

Rappelez-vous aussi que l’entreprise de Mohammed a d’abord été un échec, jusqu'à ce qu'il en vienne au djihad. Sa carrière: 13 ans à la Mecque à prêcher l'Islam, sans djihad, et seulement 150 disciples. Une douzaine par an. Mais quand il s'est tourné vers le djihad et l’islam politique, il a connu un succès écrasant. Bref, la partie de l’islam que vous aimeriez enlever est justement celle qui a réussi.

Autre problème. Pourquoi réparer ce qui n'est pas cassé? L'islam connaît un succès énorme en Europe, au Brésil, en Amérique centrale, aux États-Unis et au Canada. Pas besoin d’en réparer quoi que ce soit, il fonctionne comme une belle montre suisse.

Et avez-vous remarqué une chose au sujet de ces musulmans réformistes ? Ils le font pour défendre l'islam, ou ils font partie d'un groupe insignifiant de musulmans. Ils ne comptent simplement pas.

Résumons. Le Coran est parfait, la Sunna est parfaite, les hadiths sont parfaits, on ne peut pas les réformer. La doctrine est un tout, on ne peut pas juste faire une petite retouche ici et là. Il n'y a pas d'autorité qui puisse approuver les modifications que vous proposerez. Et pourquoi réparer ce qui fonctionne? Pour toutes ces raisons, l’islam ne peut pas être réformé, si sympathique que soit la personne qui prétend qu’il peut l'être.

 

Traduction libre Cenator pour Les Observateurs

Source pour la traduction française du Coran: http://www.recitequran.com/fr/1:1

Article et vidéo originaux de Bill Warner (13.7.2017): Islamic Reform Is Impossible

 

Sur le même sujet:

Hamed Abdel-Samad: «S’il était possible de réformer l’islam, on l’aurait fait il y a des siècles».

Ali Harb: "L’islam ne peut pas être réformé"

6 commentaires

  1. Posté par hausmann conrad le

    Réponse pertinente au bouquin de Zidane Meriboute qui lui pense que l’Islam devrait « se réformer ».

  2. Posté par Eric Coffinet le

    Tout peut se résumer à une simple question : « Qui peut légitimement interdire ce que le Coran ou la Sunnah autorisent ? »

    Le problème est insoluble tel que vous le présentez, car vous confondez l’Islam avec la religion de Mahomet. l’Islam est un terme générique pour la religion de la « paix par la soumission à la volonté de Dieu ». Le Coran indique que chaque messager a appelé son peuple à l’Islam et lui a donné un culte particulier. Moïse enseigna l’Islam et ses disciples étaient « soumis à Dieu » (muslimin) en suivant le culte juif. Jésus enseigna l’Islam et ses disciples étaient « soumis à Dieu » en suivant le culte chrétien. Mahomet enseigna l’Islam et ses disciples étaient « soumis à Dieu » en suivant le culte mahométan. Être « musulman » est un état d’esprit, alors qu’être juif, chrétien ou mahométan marque l’appartenance à une communauté.

    La réforme de l’Islam pour notre époque se trouve dans la révélation de Baha’u’llah (1817-1892), qui revendiqua être le « retour du Messie » attendu à la « fin des temps » par les chrétiens et les mahométans. Il enseigne que la « fin des temps » n’est pas la destruction de notre terre, mais un changement radical de paradigme pour l’humanité. Avec la même autorité spirituelle que celle de Moïse, de Jésus et de Mahomet, Baha’u’llah abolit la « guerre sainte » (djihad-bis-sayf) avec ses corollaires de l’esclavage, du butin et de la taxe de capitation (djiziah). Il abolit la loi mahométane (charia), la dissimulation (taqyia), l’impuretée rituelle et toute discrimination basée sur le sexe ou la religion; il remet le pouvoir temporel entre les mains des gouvernements (laïcité) et abolit toute notion de clergé.

    Dieu, « le Plus savant », « fait ce qu’Il veut » … Mahomet comme la « dernière brique » posée à un cycle de l’humanité et Baha’u’llah comme la « première brique » posée pour un nouveau cycle. Tout cela est parfaitement compatible avec la théologie mahométane, si l’on considère que la révélation de Dieu à l’humanité ne s’arrête par avec Mahomet, le « sceau des prophètes »; si l’on considère qu’il est le dernier des prophètes avant le Jour du Jugement et de la Résurrection pour l’humanité (Yawm al-Qiyama) et que les prophéties concernant ce Jour doivent être comprises symboliquement et non pas littéralement.

  3. Posté par Citoyen outré le

    Il ne faut pas essayer de réformer l’islam, il faut l’éradiquer purement et simplement, tout comme la plupart des religions.

  4. Posté par UnOurs le

    Réformer, pas réformer l’islam, à la limite, on s’en fout.
    Le vrai problème, c’est la présence physique en Europe d’allogènes dont certains sont musulmans.
    Et cette présence n’est possible qu’en raison de l’idéologie libéral-mondialiste de la libre-circulation des personnes.
    Voilà ce qu’il faudrait réformer en priorité.

    Comme au Japon: pas de Musulmans, pas de problème musulman.

  5. Posté par Claire le

    Le christianisme a pu évoluer puisque le Nouveau testament n’est pas la parole directe de Dieu. C’est le témoignage des 4 évangélistes, qui diffère parfois légèrement, comme tout témoignage humain.
    Les musulmans prétendent que le coran est la parole directe de Dieu, dictée à Mahomet par l’angle Gabriel (récupération pratique de ce dernier!). Il est donc évident qu’on ne peut pas modifier la parole de Dieu, même si elle est contradictoire. Pire, les versets les plus récents, ceux de Médine, période du djihad violent, sont abrogeants par rapport aux versets de la Mecque, plus tolérants mais plus anciens. D’ailleurs, comme le coran a été organisé selon la longueur des sourates et non selon leur origine (la Mecque ou Médine), tout est mélangé et même les spécialistes ont parfois du mal à faire la différence entre les deux.
    A cela s’ajoute que Mahomet est « le beau modèle », dont la vie doit être imitée. Or il a été chef de guerre, violeur (femmes capturées transformées en esclaves sexuelles) et pédophile (il a épousé Aïcha quand elle avait 6 ans et a commencé à la consommer quand elle en avait 9).
    Tout cela mis bout à bout fait qu’il est impossible de réformer l’islam, effectivement. D’ailleurs tous ceux qui ont essayé de le faire ou d’émettre la moindre critique, depuis le X°s, ont été victimes de fatwas et éliminés. (voir encore de nos jours Salman Rushdie, toujours sous la menace d’une fatwa).

  6. Posté par pierre frankenhauser le

    Tant que la Secte, dont la propagande haineuse et destructrice est gravée dans le marbre, leur fait gagner des « parts de marché », permet de répandre les métastases sur toute la planète en se multipliant comme des lapins, tout en étant aidée par nos lois droit-de-l’hommistes débiles et nos dirigeants lâches et aveugles, les Sarasins n’ont aucune raison de lever le petit doigt, trop contents de pouvoir prendre leur revanche sur un Occident qui les avaient totalement éclipsés durant des générations, de reprendre leur marche en avant. Il est plus facile de détruire que de construire. Le monde musulman en est une démonstration éclatante.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.