Un journal turc traite Le Blick de nazi pour avoir pris position contre Erdogan: «Croisade contre la Turquie»

Christian Hofer: A noter que le terme "croisade" se rapporte à la Croix de notre drapeau, élément qui insupporte visiblement ces Turcs.

**********

Le Blick a appelé les Turcs de Suisse à voter «non» le 16 avril au référendum constitutionnel du président Recep Tayyip Erdogan. L'appel en Une du quotidien alémanique est paru à la fois en allemand et en turc.

«Votez 'non' à la dictature d'Erdogan», écrit le Blick dans son édition de lundi. Le journal rappelle que le chef d'Etat turc organise depuis quelques mois une tournée de propagande électorale dans plusieurs pays européens pour récolter des voix auprès des quelque trois millions de Turcs vivant à l'étranger.

Blick

En revanche, le Blick se prononce clairement contre l'interdiction de meetings de responsables turcs. La liberté d'expression existe en Suisse, contrairement à la Turquie, affirme le titre zurichois. «Néanmoins, celui qui veut vivre dans la démocratie suisse doit aussi défendre les valeurs dont il profite - ou être conséquent et retourner dans son pays d'origine.»

Le Blick traité de nazi avec une croix gammée

L'appel a fait sensation dans la presse turque.

Le journal "AK Gazete" montre sur son portail la Croix suisse - et un logo du Blick accompagné d'une croix gammée. La comparaison nazie est étayée avec le titre: «Croisade contre la Turquie»

Rien d'étonnant, le journal est considéré comme étant très proche du gouvernement.

Bildschirmfoto-2017-03-13-um-09

"Limite dépassée"

Le journal "Sabah" s'y met aussi et publie en grosses lettres: «Limite dépassée"

Il est frappant de constater que les journaux plutôt critiques à l'égard du gouvernement turc osent à peine commenter: "Le journal suisse ‹Blick› avec un gros titre sensationnel", écrit de façon neutre le journal "Özcü".

Source1 Source2 Source3 Traduction Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch

10 commentaires

  1. Posté par S. Dumont le

    Je trouve également déplacé de la part d’un journal de prendre position pour ou contre Erdogan.
    En plus, si Erdogan a quelque chose à dire à sa population basée en Europe, il peut le faire par les médias interposés.
    Lorsque Junker, Hollande ou Merkel nous font la morale, je n’apprécie pas non plus…
    Chacun chez soi et tout ira bien!!

  2. Posté par Tommy le

    Les nazis, ce sont ceux qui ne pensent pas comme vous.

  3. Posté par Brélaz François le

    J’apprécie le courage du Blick ! Toutefois, les journaux « bien pensants de Suisse romande vont t’-ils en parler !
    François Brélaz, candidat libéral-conservateur au Grand Conseil. Cheseaux

  4. Posté par Loulou le

    Je ne suis pas d’accord avec certains commentaires. Notre presse, et même notre gouvernement ont parfaitement le droit de dire tout le mal qu’ils pensent de ce référendum. Il ont même le droit d’appeler à voter non! Tant que cela ne se fait pas en Turquie, nous sommes chez nous! Par contre les islamofascistes turcs n’ont pas à venir frapper leurs babouches sur nos pavés et à convoquer des meetings de leur parti islamofasciste dans notre pays. Si cela dérange des Turcs installés ici, j’invite ces derniers à rejoindre rapidement leur Turquie bien-aimée.

  5. Posté par mac'oest le

    Eh bien, le Blick n’a aucune légitimité à faire un appel de ce genre. La politique d’un pays étranger est du ressort des citoyens dudit pays…. Et les immigrés qui veulent importer leurs divergences n’ont qu’a y retourner. Ca fonctionne dans les 2 sens: il n’est pas admissible non plus que des politiques étrangers viennent faire leur meeting ici ou ailleurs en Europe

  6. Posté par sophie edouard le

    Vous verrez toute cette histoire finira mal. L’Europe s’est démilitarisée, a laissé des millions de turcs pro-erdogan entrer sur son territoire, sans compter le reste de l’immigration nord africaine et africaine qui nous haissent, la Russie continue à subir les sanctions de l’Europe, les USA sont attaqués de toute part par l’Europe pour son choix de président, l’Allemagne n’avait pas autant d’atouts en main lors de son invasion militaire !!!

  7. Posté par Le Taz le

    Si sur le fond le Blick n’a pas tout tort, sur la forme, ce journal semble oublier que nous sommes un pays neutre et que nous n’avons pas à prendre position. Notre gouvernement devrait simplement interdire toutes formes d’actions de campagne concernant le referendum turc, ni pro Erdogan, ni anti Erdogan.

  8. Posté par TulliaCiceronis le

    «Votez ‘non’ à la dictature d’Erdogan», écrit le Blick. L’ai-je bien lu ? Si oui : il est inadmissible qu’une gazette, quelle qu’elle soit, appelle qui que ce soit à voter pour/contre /qui/quoi que ce soit. En l’occurrence, cette injonction qui sent son camp du Bien à plein nez est stupéfiante sottise.

  9. Posté par Yolande C.H. le

    C’est un dictateur qu’une bonne partie de la diaspora turque soutient, mais le dictateur le plus dangereux est mort, et chaque année des foules de pèlerins du monde entier vont lui rendre hommage. C’est bien de remettre Erdogan à sa place, mais cela ne suffira pas: le mot croisade utilisé révèle ce qui est sous-jacent.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.