1er Ministre Polonais à Hollande: « Dois-je prendre au sérieux un futur ex-président avec sa popularité à 4% ? »

post_thumb_default

 

Le Premier Ministre  polonais, Madame Szydło, a tourné en ridicule François Hollande « avec sa popularité de 4% », lors d’un sommet de l’Union européenne à Bruxelles; elle a mis vertement en boîte François Hollande qui prétendait lui faire accepter la réélection de Donald Tusk que la Pologne veut bloquer, en lui faisant du chantage sur les fonds structurels de l’UE alloués à son pays.

La dirigeante polonaise a eu beau jeu de persifler: «Dois-je prendre au sérieux le chantage d’un président qui a une cote de 4% d’approbation et qui ne sera bientôt plus président? Certains dirigeants en Europe croient que tout et n’importe quoi peut être acheté avec de l’argent et j’ai fait savoir que ce n‘est pas notre avis hier soir,«  lui a vertement rétorqué Beata Szydło.

François Hollande, si bas dans les sondages d’opinion qu’il n’a pas osé se représenter devant les électeurs, faisait allusion aux 100 milliards d’euros de financement de l’UE en faveur de la Pologne pour la période budgétaire de 2014 à 2020. 

Varsovie «n’acceptera jamais une Europe à plusieurs vitesses, quitte à aboutir à la désintégration de l’UE»

La réélection de Donald Tusk comme président du Conseil européen est ressentie comme un affront pour la Pologne, les Polonais l’ayant rejeté, lui et la gauche, à plusieurs reprises ces dernières années, notamment lors des élections législatives, alors qu’il était premier ministre. Aussi la dirigeante polonaise a répondu à l’affront en bloquant la déclaration finale du sommet proclamant la réélection de Tusk. Beata Szydło a déclaré aux journalistes que Varsovie «n’accepterait jamais une Europe à plusieurs vitesses, quitte à aboutir à la désintégration de l’UE». Le chef du gouvernement polonais a fait cette déclaration à l’occasion d’une session qui devait se concentrer sur les préparatifs d’une grande réunion en Italie le 25 mars pour célébrer le 60e anniversaire du Traité de Rome.

Il est paradoxal que le peuple polonais après avoir battu démocratiquement Donald Tusk et son parti socialiste à plusieurs reprises, se retrouve néanmoins en but à celui-ci comme président du Conseil européen. Le parti « Droit et Justice » qui détient à présent la présidence, le gouvernement et le parlement polonais, s’oppose régulièrement à la prépondérance de l’UE sur la souveraineté de la Pologne. Les dirigeants polonais, très eurosceptiques, avaient notamment réfuté les quotas d’immigrés clandestins que l’UE entendait lui imposer comme aux autres pays membres. La Pologne fait partie avec la Hongrie, la Slovaquie, et la République tchèque du groupe de Visegrad, très opposé à l’immigration clandestine.

emiliedefresne@medias-presse.info

 

 

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

3 commentaires

  1. Posté par Hans C. le

    Quand un dirigeant d’un pays européen perd les élections, il se retrouve nommé à un poste dirigeant de l’UE, surtout s’il est socialiste. Quelle infâme dictature que cette UERSS !

  2. Posté par Célestine le

    100 milliards d’euros (100’000 millions) sur 6 ans! Je comprends mieux les pressions que s’autorise l’UE sur la Pologne. A combien s’élève la part de la Suisse dans ce financement? Et à combien pour chaque autre pays bénéficiaire des prestations de l’UE? Certainement une montagne d’argent qui comblerait largement les trous de l’AVS/AI, non?. Ne serait-ce pas un levier de pression à utiliser pour que l’UE cesse de nous casser les pieds à longueur de temps?

  3. Posté par Filouthai le

    Vous avez raison , les Polonais.
    Le Gras de l’Elysee est un clown, un accident de l’Histoire qui devrait être renvoyé en Correze dans 45 jours.
    Pour ce qui concerne Tusk, son élection est un affront à la Pologne. Venant du couple Merkel- Hollande, ce n’est pas étonnant.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.