Naturalisations facilitées: « Propagande gouvernementale au détriment de la vérité ».

 

Editorial
Votations du 12 février 2017 au sujet
de la naturalisation facilitée

 

 

Propagande gouvernementale au détriment de la vérité
Mauro Tuena, conseiller national (ZH)

 

Les explications du Conseil fédéral en vue de la votation sur la naturalisation facilitée des étrangers est un nouvel exemple d'une honteuse propagande gouvernementale. Les prétendus avantages de ce projet, dont le peuple décidera le 12 février 2017, sont étalés sur six pages alors qu'un seul alinéa est accordé aux adversaires du projet, mais leurs réserves sont immédiatement balayées et qualifiées d'infondées. Une présentation aussi unilatérale d'un objet de votation est choquante. Dans son article 10a la loi fédérale sur les droits politiques exige du Conseil fédéral de respecter les principes de l'exhaustivité, de l'objectivité, de la transparence et de la proportionnalité dans son information sur des objets de votations fédérales. En outre, le gouvernement est tenu de présenter les principales positions développées durant le processus de décision parlementaire. Dans ses lignes directrices "Information et communication du Conseil fédéral et de l'administration fédérale", le gouvernement relève avec beaucoup de zèle: "L’objectif premier de la campagne précédant les votations doit être la formation libre et authentique de l’opinion. Or, une personne ne peut former librement son opinion que si elle connaît l’avis des principaux acteurs de la campagne." Le Conseil fédéral connaît donc son devoir – du moins sur le papier.Les adversaires de la naturalisation facilitée n'ont pas voix au chapitre
Or, dans sa présentation de l'objet de la votation le Conseil fédéral ne respecte à l'évidence ni la loi, ni ses propres directives. Pour le Conseil fédéral, l'UDC, qui représente tout de même près d'un tiers des électeurs et dont les représentants ont clairement rejeté les nouvelles dispositions au Conseil national (67 non), n'est manifestement pas un "acteur principal" dont la position concernant la naturalisation facilitée mériterait d'être présentée en détail. Le gouvernement est aussi d'avis que l'alinéa isolé, qui développe de manière rudimentaire les arguments contraires, suffit à tenir compte du refus que 19 conseillers aux Etats – donc près de la moitié de la Petite Chambre – ont opposé à ce projet.

Les éloges de l'intégration – vérification des demandes au bureau
Le Conseil fédéral ne tarit en revanche pas d'explications quand il s'agit de présenter ses propres arguments. Reste que même ces développements verbeux n'offrent pas la moindre place à une différenciation. "Les jeunes étrangers de la troisième génération sont parfaitement intégrés en Suisse", affirme sans ambages le Conseil fédéral. L'intégration des candidats à la naturalisation facilitée sera vérifiée sur document par des fonctionnaires de la Berne fédérale qui ne verront jamais les personnes en question. Ces douzaines de musulmans, qui font précisément partie du groupe de personnes concernées par la naturalisation facilitée, qui se sont radicalisés ces dernières années en Suisse (souvent dans les mêmes mosquées que leurs parents et grands-parents ont fréquentées!), dont un grand nombre s'est rendu en Syrie pour participer à la "guerre sainte", tous ces gens-là, le Conseil fédéral ne veut pas en entendre parler. Il préfère évoquer ces braves jeunes gens qui font partie de sociétés, qui chantent au chœur mixte ou qui participent à un club de sport. Jusqu'ici la preuve n'a en tout cas pas été faite que la proportion d'étrangers dans les sociétés et clubs correspond à la proportion d'étrangers dans la population suisse. En réalité, la part des étrangers est sans doute beaucoup plus faible si on fait exception de quelques cas compréhensibles comme le "Forum patriotique des Monténégrins de l'UE et de Suisse" ou encore le "Conseil central islamique de Suisse".

Propagande au lieu de faits
L'objectif du prêchi-prêcha gouvernemental est bien sûr de faire oublier la réalité des faits. Les personnes qui profiteront de la naturalisation ne sont précisément pas seulement des jeunes gens "qui ont passé toute leur vie en Suisse", autre mensonge du Conseil fédéral. Pour profiter de la naturalisation facilitée, il suffit d'être né en Suisse et d'avoir suivi pendant cinq ans l'école en Suisse. Les parents ne doivent pas être nés en Suisse et ne doivent pas avoir passé toute leur vie en Suisse. Contrairement à la procédure de naturalisation admise jusqu'ici, l'intégration n'est plus un facteur décisif. La ministre de la propagande Simonetta Sommaruga a réussi à peindre dans les explications de vote du Conseil fédéral un tableau romantique de jeunes étrangers yodleurs et porteurs de costumes folkloriques.

La réalité est bien différente. Il est donc urgent que le peuple et les cantons mettent une fois de plus fin à ces sottises. Alors que la Suisse distribue aujourd'hui déjà à tour de bras quelque 40 000 passeports rouges à croix blanche par an, il faut absolument éviter que la naturalisation soit encore plus facile

Communiqué UDC 13.1.2017

 

9 commentaires

  1. Posté par Pascal le

    Il ne faut plus dire je suis Suisse ,car cela ne veux plus rien dire ,à titre personnel je suis triste et j`ai honte de nos institutions ,plus particulièrement de nos conseillers fédéraux ,la trahison est grande ,et cela devient insupportable ,je déconseille aux jeunes Suisses ,de faire l`armée ,car défendre un pays avec autant d`étrangers ,n`est plus nécessaire ,les petits noirs nous boufferont dans un chaudron ,et l`islam va gagner du terrain ,et nous serons obligé d`obéir à cette religion ,donc prudence ,ce n`est que le début ,mais bonne et heureuse année 2017 ,dans un pays à la dérive.

  2. Posté par S. Dumont le

    Tout à fait et j’aimerais faire une proposition à l’UDC, celle de mettre en place une intégration patriote…

  3. Posté par JeanDa le

    Concernant madame sommaruga, je n’ai malheureusement pas de mots assez forts pour exprimer l’insondable dégoût que m’inspire cette femme.

    C’est probablement à la hauteur du mépris qu’elle porte au peuple suisse et à ses institutions.

  4. Posté par Laurent Lefort le

    Si je ne m’abuse, au Japon, même si vous vous mariée avec une jolie autochtone de ce pays, vous n’êtes pas sûr de l’obtenir après des dizaines d’années, même si vous en faîtes la demande. L’Office Cantonal de la Population et des Migrations de Genève, chapeauté par le CE bi-national Plr Maudet, officier de pacotille, a envoyé des dizaines de milliers de courriers pour proposer aux détenteurs de permis C, de se naturaliser avant l’entrée en vigueur de la nouvelle loi. Cette énorme braderie a coûté combien aux contribuables suisses ?

  5. Posté par Yolande C.H. le

    Comme je l’ai déjà écrit il y a quelques jours, l’introduction de ce nouveau modèle de naturalisation ne concernera pas que les jeunes de la troisième génération d’aujourd’hui (dont une majorité d’italiens assez bien intégrés), mais toutes les troisièmes générations à venir (plus d’une centaine de nationalités) dont on ignore totalement comment ils imaginent s’intégrer. Actuellement on observe déjà que c’est plus à la Suisse d’intégrer leur mode de vie et codes culturels plutôt que l’inverse.
    La naturalisation facilitée? Une sorte d’OPA inamicale, à savoir obtenir une appropriation d’un bien (souveraineté et droits), mais il serait plus juste de parler d’un produit de consommation dans la mentalité d’aujourd’hui, et ceci sans obligation de loyauté.

  6. Posté par Cenator le

    @ INFO : Quand vous avez une information intéressante, vous pouvez la signaler à l’aide du lien CONTACT, au lieu de la mettre en commentaire sous un article avec lequel elle n’a aucun rapport.

  7. Posté par bigjames le

    La naturalisation devait être proposée à ceux qui se sont rendus utile au pays.
    Après 30 ans de résidence minimum sur le territoire national.
    Pour les autres , le permis C est suffisant.

  8. Posté par Fabien le

    La naturalisation n’est que de l’opportunisme pour la grande majorité de ceux qui le font.
    Le pays a déjà bien été bradé. Demandé à des étrangers ce qu’ils en pensent, pour une large partie, ils disent que cela ne serait pas possible chez eux, c’est là qu’on voit l’aveuglement des politiques, ou plutôt leur corruption vis à vis de l’économie pour faire le plus d’argent possible.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.