Berne: L’Ambassadeur de Cuba fait l’apologie de l’assassin Fidel Castro sur la RTS

Manuel Aguilera de la Paz

Christian Hofer: On rappelle que le dictateur Fidel Castro a nommé Che Guevara « procureur suprême » de la prison de la forteresse de la Cabaña, exécutant les individus après une parodie de procès. De surcroit, Castro est responsable du massacre du remorqueur 13 de Marzo, navire rempli de familles fuyant le régime cubain ainsi que de l'emprisonnement des dissidents politiques. Et aujourd'hui la RTS donne la parole à cet ambassadeur pendant que des prisonniers politiques moisissent dans les geôles cubaines.

C'est ainsi que l'on manipule l'histoire, par le biais de médias orientés, laissant des communistes passer sous silence les atrocités commises par leur idéologie, les tortures et autres exécutions de masse. Évidemment, la RTS ne dit pas un seul mot sur la persécution des homosexuels à Cuba, les gauchistes ne pouvant pas reconnaître décemment que leur propre doctrine a été coupable d'atrocités contre les homosexuels, même s'il s'agit de leurs amis LGBT.

Et c'est pour cette raison que le communisme n'a pas été interdit au même titre que le nazisme malgré ses millions de morts, les médias de gauche protégeant systématiquement leurs petits copains.

A écouter à tout prix: l'audio de cet ambassadeur: Aucune critique sur les tortures, le harcèlement des dissidents ou les exécutions. Mais encore et toujours l'apologie du communisme.

**********

Le nouvel ambassadeur de Cuba en Suisse a pris ses fonctions à Berne il y a deux semaines. Après la mort du leader Fidel Castro, il revient pour la RTS sur les relations des deux pays et sur les erreurs de son régime.

Cuba et la Suisse sont semblables, nous sommes deux petits pays entourés de grandes puissances.

Manuel Aguilera de la Paz, ambassadeur de Cuba en Suisse

"La relation entre la Suisse et Cuba a toujours été bonne. Nous allons continuer à renforcer les liens, en particulier, économiques et commerciaux", a estimé le nouvel ambassadeur cubain en Suisse, Manuel Aguilera de la Paz, dans l'émission Tout un monde de la RTS.

Le système politique cubain n'est de loin "pas parfait", a reconnu l'ambassadeur, interrogé sur le peu de liberté d'expression et d'organisation à Cuba. "Mais la forme d'organisation politique que nous avons choisie est aussi une réponse au fait que nous avons dû nous défendre face à cette grande puissance que sont les Etats-Unis", poursuit-il. Chose rare, l'ambassadeur a toutefois reconnu que son pays avait commis des erreurs.

"Nous avons commis beaucoup d’erreurs, mais en réalité, aucune erreur stratégique. Nous avons amorcé une transition pour améliorer notre système socialiste, et ça va continuer", a-t-il détaillé.

L'économie, principale préoccupation

"Nous avons commis des erreurs dans la construction économique, mais nous n'avons jamais abandonné les idées fondamentales de justice sociale, de démocratie populaire, de participation du peuple, de répartition équitable des richesses ou encore de défense de l'internationalisme", a encore précisé Manuel Aguilera de la Paz.

Manuel Aguilera de la Paz a dit ne pas craindre immédiatement l'arrivée de Donald Trump au pouvoir aux Etats-Unis, estimant que celui-ci s'est régulièrement contredit et que ses paroles ne présageaient pas forcément d'une remise en cause du rapprochement avec Cuba entamé sous l'impulsion de Barack Obama.

Source

4 commentaires

  1. Posté par Narcisse Niclass de Lully le

    L’histoire ne se fait pas sur l’actualité. Porter des jugements sur le temps présent est toujours risqué. La vie des sociétés est tributaire des Hommes. Il y a plus de 30 ans, chaque semaine Genève était témoin d’une manifestation anti-Shah d’Iran. Il y avait 2500 personnes détenues pour des questions politiques dont la liste était connue de la Croix-Rouge. Puis le Shah a été abandonné par ses alliés européens et américains. Il a été renversé et là, plus de manifestation à Genève mais des milliers de morts en Iran et les dégâts ne sont pas terminés. Ceux qui ont applaudi comme la France à la chute du Shah… bref. Cuba c’est pas le paradis mais il y a un modèle à étudier et certainement à améliorer. Aidons ce laboratoire insulaire pour faire mieux qu’en Colombie, au Venezuela, en Argentine,… aux USA ou en Espagne demain. Je cherche.

  2. Posté par Sergio le

    Dès qu’il y a un extrémiste de gauche qui désire se faire entendre, notre média d’État se précipite.
    No Billag ! No Billag !

  3. Posté par Vautrin le

    Mais… Pouvait-on attendre autre chose de la part d’un ambassadeur du communisme dont Raoul Castro, frère de l’autre, est le chef ? Il mange au râtelier. Humain. Trop humain ! Regardez : « notre » ambassadeur à Washington (enfin, l’ambassadeur du régime socialiste tyrannisant la France) a bien tweeté contre Donald Trump ! Le monde des politicard est un cloaque de turpitude.

  4. Posté par Loulou le

    La seule préoccupation de la journaliste d’extrême-gauche de la Radio Socialiste d’Etat est l’élection préoccupante de Trump…On croit rêver, mais non, c’est la radio gauchiste qui nous est imposée, financée par nos impôts (la redevance est un impôt, obligatoire).

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.