La doctorante assassinée à Genève fait la une de la presse italienne

post_thumb_default

 

Plusieurs médias italiens d’importance relatent le fait divers tragique qui s’est déroulé le lundi 11 avril à Genève. Une doctorante italienne a été assassinée à coups de barre de fer dans le quartier de l’Hôpital alors qu’elle rentrait apparemment chez elle.

Le meurtre, d’abord présenté comme un brigandage qui aurait mal tourné, s’oriente plutôt vers un crime qui implique que le meurtrier connaissait sa victime. D’après le quotidien La Repubblica, l’homme recherché par la police pour le meurtre est un Sénégalais de 36 ans qui aurait eu une relation avec sa victime. D’après les récits de quelques jeunes qui avaient accompagné Valentina T. lors d’un voyage collectif à Turin, celle-ci aurait raconté avoir fréquenté un Africain et qu’elle aurait mis fin à la relation en raison de différences culturelles et de jalousie excessive de ce dernier.

A l’heure qu’il est, la police genevoise n’a toujours pas mis la main sur l’assassin présumé.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

6 commentaires

  1. Posté par Le Taz le

    Il serait intéressant de savoir comment ce charmant sénégalais a atterri en Suisse, le comble serait qu’il soit venu via la filière de Lampedusa !!!
    Nous sommes un petit pays, nous n’avons qu’à appliquer les recettes d’autres petits pays en matière d’immigration, je pense à Singapour ou à Israël. Chacun a le droit de protéger ses habitants, sa culture et ses valeurs. Ces deux pays appliquent des principes d’immigration sélective, c’était également le cas de Hong Kong lorsqu’elle était sous protectorat britannique, où est le problème ? A quoi cela sert-il d’accueillir des gens qui ne s’intégreront jamais et qui de surcroit mettent en péril la paix sociale ?
    Jusqu’à preuve du contraire, nous n’avons jamais eu de colonies et nous ne sommes jamais intervenus militairement dans aucun pays africain, ni dans aucun pays musulman. Nous n’avons donc pas à subir les erreurs des autres ! Cqfd

  2. Posté par Duval C. le

    Un musulman du Sénégal ? La population de ce pays est très majoritairement musulmane (environ 94 %). Effectivement, les différences culturelles doivent être abyssales pour ne pas dire insurmontables…

  3. Posté par Tommy le

    Mais que foutait cette doctorante en médecine avec cet humanoïde de la brousse? L’amour rend aveugle, je sais bien, mais il y a des limites à tout!
    De plus, que la presse italienne parle davantage de ce » petit incident » que la nôtre ne me surprend pas. Pas d’amalgame, comme dirait un dentiste face à des mandibules en pleine santé.

  4. Posté par Christian Hofer le

    Je suis d’accord avec Aldo.

    Sur un autre site, nous avions compilé la propagande multiculturelle, le métissage, à travers les publicités, les musiques pour jeunes tel le rap et les émissions télévisées. De même, selon la doxa, un enfant métis est considéré comme étant « plus beau que les autres ». Vous noterez la contradiction raciste que cela signifie.

    Et plus spécifiquement, ce sont les femmes blanches qui sont visées dans ces publicités, devenant des outils au service de l’immigration. L’homme blanc voit ainsi ses femmes lui échapper, il n’existe plus. Il est référencé comme étant « peu séduisant », « avachi », « faible », « pas à la mode ». Dans le même temps, on fait l’éloge du Noir, possédant un attribut sexuel plus généreux, et dont la masculinité n’est pas mise en doute (à comparer aux Blancs féminisés qui sont l’avenir de nos sociétés selon la gauche). Je vous laisse imaginer le carnage prévisible.

    Vous avez un très bel exemple avec cette publicité :
    https://www.youtube.com/watch?v=vQHpbZnspdU
    Regardez les caractéristiques physiques des hommes blancs et comparez-les au Noir.

  5. Posté par Marie-hélène le

    « elle aurait mis fin à la relation en raison de différences culturelles et de jalousie excessive de ce dernier. » Ayant vécu en Afrique j’ai vu tant de jeunes femmes blanches tomber de très haut que je me dis que si elles choisissent de vivre avec un étranger elles doivent bien se douter qu’il existe quelques différences comportementales, non ?

  6. Posté par aldo le

    Relativement à ce fait divers, il faut se rendre compte à quel point cette personne a été manipulée pour avoir un « ami » tueur africain d’une telle qualité. On peut reprendre mot pour mot et par analogie cet avis cité ci-dessous pour y déceler la méthode socialo-fasciste du dressage des masses et des races à travers leurs médias pravda obligatoires, visant à nous faire accepter n’importe quoi, même le pire. Voilà la raison qui pilote cette déclaration imbécile: « les races n’existent pas! »

    « … comportementaliste, assure que les toutous sont désormais calibrés pour se laisser faire, ce qui les rend plus susceptibles de suivre n’importe qui. «On sélectionne des races, puis on les dresse pour qu’ils deviennent les animaux de compagnie les plus dociles possible, raconte la spécialiste. Ils apprennent à être sociables avec tout le monde et ne peuvent donc pas faire la différence entre un ami et un voleur. » http://www.lematin.ch/faits-divers/Attention-aux-dognappeurs/story/20380867

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.