La Suède n’est décidément plus ce qu’elle était

Par Erik Verkooyen, observateur géopolitique.

Article paru dans le journal 24 heures du 28 octobre 2015

.

Nulle part on est allés aussi loin dans le politiquement correct qu'en Suède.

Mon pays d'origine, imbu de son image de modèle depuis un demi-siècle, se sent investi du rôle de fer de lance de la planète progressive. Au point d'élever notamment la théorie du genre en dogme d'Etat implicite. Une grande majorité des Suédois a la même opinion sur la plupart des grandes questions de société qui font débat ailleurs (le cannabis, c'est mal, l'islam, aucun souci etc..) et ce n'est pas un hasard. L'école et les médias formatent les citoyens avec succès dans un climat orwellien. La liberté d'expression est limitée, les thèmes tabous nombreux et il vaut mieux ne pas s'écarter du prêt-à-penser en vigueur sous peine de mise au ban.

Ces derniers mois j'ai suivi de près les médias et les débats en ligne. Sidéré, j'ai pu observer la partialité exaspérante des modérateurs et le degré de censure, même de simples vérités, comme sur le mode de vie des Roms - qui y prolifèrent ayant trouvé là-haut un peuple naïf et pétri de bons sentiments - ou la biographie de Mahomet, peu compatible avec un message de paix et de spiritualité. Les quotidiens à grand tirage s'étalent sur des futilités inouïes, alors que des infos majeures ne sont même pas relayées, notamment quand elles peuvent favoriser la remise en question de la politique migratoire portes ouvertes. La chasse au racisme est hystérique, Tintin au Congo banni, et un nouvel ennemi subversif dénoncé cet été : les sparadraps, racistes, car de couleur trop claire ! Les vrais problèmes sont eux ignorés, comme par exemple le taux de viols vertigineux, un fléau dont le silence en dit long sur la cause.

Dans ce contexte, un parti qui rejette le cap multiculturel fixé par le système est forcément diabolisé.  On assiste pourtant à un revirement spectaculaire. Selon de nombreux sondages récents, le parti SD (les Démocrates de Suède), comparable à notre UDC, a doublé son électorat en un an (!) pour devenir le premier parti du pays. Pour rappel, son score aux élections de 2014 (13%) était déjà une sensation, le plaçant en position d'arbitre entre les deux blocs classiques qui s'étaient alors alliés par refus d'entendre la nouvelle voix discordante.

Ce pacte, appelé l'Accord de décembre, a fini par éclater début octobre, dénoncé par les Démocrates chrétiens, sans doute lassés de faire le jeu d'une islamisation bien réelle du pays et réalisant que le discrédit actuel du gouvernement profite au seul SD, devenu l'opposition unique et qui n'affiche pourtant rien d'extrémiste, il est juste conservateur, eurosceptique et nationaliste. Son taux de soutien de l'électorat immigré est d'ailleurs tout aussi élevé. Mon seul ami qui en soit membre est un apostat jordanien.  Il n'est pas venu là pour se faire rattraper par cet islam qu'il a fui.

Erik Verkooyen / 24 heures du 28 otobre 2015

 

 

 

2 commentaires

  1. Posté par Sergio Morosoli le

    Comme tous les pays nordiques, gouvernés par des féministes d’extrême gauche, la sélection naturelle fera qu’ils se déliteront. Au bout du chemin, le chaos final est programmé depuis des décennies.

  2. Posté par Dufour R. le

    Encore du socialisme avec une petite retouche à la suédoise !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.