Appel du 18 juin – De Gaulle : un imposteur ?

Michel Garroté
Politologue, blogueur


PETAIN-DE-GAULLE


Pendant la Seconde Guerre mondiale, Charles de Gaulle a choisi de s’installer à Londres et il a refusé de fournir des armes aux maquisards français. Lors de la libération de Paris, essentiellement par les Américains et leurs alliés, de Gaulle allégua, devant une foule jusque-là pétainiste à 99%, que la majorité des Français avaient contribué à combattre et à vaincre l’ennemi national-socialiste allemand. Par cette phrase, inexacte et anachronique, de Gaulle décréta, que la France pétainiste, était devenue gaulliste, en l’espace de quelques secondes, soit le temps de cette phrase.

Après la Seconde Guerre mondiale, Charles de Gaulle a préféré s’allier au Parti Communiste Français et à l’URSS plutôt qu’à l’Otan et aux Etats-Unis. Enfin, Charles de Gaulle s’est rangé aux côtés du camp arabo-musulman, abandonnant Israël et alléguant que le peuple juif serait, selon lui, « un peuple dominateur et sûr de lui ». En clair, la France sous de Gaulle n’a pas été vraiment « dépétainisée », et, de ce fait, elle n’a pas été décontaminée de son antisémitisme et de sa judéophobie. De plus, à cause du général de Gaulle, la France, au lieu de reconnaître ses erreurs, a préféré détourner l’attention en cultivant, dès 1945, une américanophobie aussi ingrate qu’hypocrite.

A ce propos, je continue de penser que la judéophobie a atteint son premier sommet avec la propagande antisémite sous Vichy et que depuis lors, la France a donné l’impression d’avoir changé sur cette question sans avoir vraiment changé. Avec De Gaulle, avec la « politique arabe de la France », avec sa migration mahométane de peuplement, avec ses divers courants « antisionistes », essentiellement d’extrême-gauche, la France, en comparaison d’autres pays occidentaux, bat des records d’israélophobie en particulier et de judéophobie en général. Dernier point : en mai 1968, De Gaulle disparaît sans laisser d’adresse. Le gouvernement ignore où il se cache. C’est un fait unique dans l’histoire de la France contemporaine. En fait, De Gaulle s’était brièvement rendu en…Allemagne.

Concernant De Gaulle, le journaliste et auteur Manuel Gomez, sur Boulevard Voltaire, écrit (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page) : La fuite de De Gaulle est une « désertion face à l’ennemi en temps de guerre ». Un acte pour lequel des dizaines de soldats ont été fusillés. Le 16 juin, de retour de Londres, de Gaulle rejoint Bordeaux, nouveau siège de repli du gouvernement français. Paul Reynaud vient de démissionner et Philippe Pétain est appelé pour le remplacer. Le général « à titre temporaire » (1) espère beaucoup de la constitution de la nouvelle équipe gouvernementale, pour le moins qu’il soit reconduit à son poste de sous-secrétaire d’État, mais pourquoi pas un ministère plus important, compte tenu de ce qu’il croit être ses bonnes relations avec le Pétain.

Daladier s’y oppose fermement (« Si de Gaulle entre, je sors ») et c’est Baudouin qui est nommé au poste qu’il espérait, celui de sous-secrétaire d’État à la guerre. Le général « à titre temporaire » écrit à Paul Reynaud une lettre dans laquelle il lui exprime son désarroi de ne pas être retenu dans le prochain gouvernement. Il lui demande un poste : que l’on fasse au moins de lui le chef du corps cuirassé. Il n’est pas entendu. Infiniment déçu, et après maintes hésitations, de Gaulle, accompagné par son aide de camp Geoffroy Chodron de Courcel, repart le soir même vers la capitale britannique sur le De Havilland Flamingo.

Dans l’avion qui le ramène vers Londres, il est accompagné par le général Edward Louis Spears, envoyé spécial de Winston Churchill, qui souhaitait surtout les venues de Paul Reynaud et Georges Mandel, mais Spears n’a pas réussi à les convaincre. De Gaulle, qui n’était pas attendu, déclare à Spears : « C’est bon, ils ne veulent pas de moi ! Dans ces conditions je fous le camp à Londres ». Il s’agit là d’un point très important, car si de Gaulle s’était vu confier un poste ministériel, ou même sa reconduction comme sous-secrétaire d’État, il serait resté à Bordeaux et aurait fait partie du premier gouvernement Pétain. Quelle aurait été sa véritable conduite dans la suite des événements ? Cela, nous ne le saurons jamais.

Bien des années plus tard, en 1967, il se confiera à Roger Stéphane : « Et pourquoi ne pas l’avouer, il y avait l’ambition, j’étais un ambitieux politique et il y a eu la rencontre de la circonstance et de l’ambition ». Le gouvernement français lui ordonne de rentrer en France, « sous peine d’être jugé comme déserteur ». De Gaulle écrit au général Weygand, chef des armées, le 20 juin 1940 : « Mon général, j’ai reçu votre ordre de rentrer en France. Je me suis donc tout de suite enquis du moyen de le faire car je n’ai, bien entendu, aucune résolution que de servir en combattant » (Mémoires de guerre, 1954). Il est important de signaler que, le 16 juin, l’armistice n’est pas encore signé, que donc la France est toujours en guerre et que la fuite de De Gaulle est une « désertion face à l’ennemi en temps de guerre », acte pour lequel des dizaines de soldats ont été fusillés.

Depuis 1958, cette lettre est supprimée, occultée par tous les historiens officiels du gaullisme qui nous livrent donc une Histoire de France revue et corrigée. Si de Gaulle avait pu se procurer un moyen de transport, que les autorités britanniques lui ont refusé, il serait revenu à Bordeaux. Et c’en était fini de Londres et de son faux « appel du 18 juin », conclut Manuel Gomez (fin des extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page).

(1) Le 1er juin 1940, de Gaulle est nommé général de brigade à titre temporaire. Il m’a été impossible de me procurer le décret qui a nommé de Gaulle dans ses droits de général de brigade à titre définitif : à quelle date et par qui a-t-il été signé ? C’est le mystère total. Le ministère des armées étant dans l’incapacité de fournir ce renseignement pourtant capital que j’ai réclamé il y a quelques années. Et, comme par hasard, le dossier militaire de De Gaulle a disparu au ministère de la Guerre à la libération de Paris, en 1944.

Post-scriptum : en 2012, Manuel Gomez déclarait à Riposte laïque, concernant De Gaulle et l’Algérie : « Mon livre sur de Gaulle n’est pas uniquement un livre de critiques, il analyse la psychologie d’un homme. Il dénonce des impostures, des forfaitures et des crimes prouvés. Je passe sur des zones d’ombre, telle l’élimination de Jean Moulin par exemple, faute de preuves. J’implique la responsabilité de de Gaulle dans le drame de Mers-el-Kebir, dans l’opération meurtrière sur Dakar et la Syrie, dans les attentats contre Darlan et Giraud et, bien entendu, son exploitation de l’affaire algérienne afin de reprendre le pouvoir absolu en métropole. Plus que quiconque il méritait  sa comparution pour crimes contre l’humanité, lui et sa gouvernance (Messmer, Joxe, etc.) concernant le massacre programmé de plus de 60’000 harkis et 3’000 ‘Français d’Oranie’ en vertu des ordres donnés par lui-même à l’armée française » (voir lien vers source en bas de page).

Qui est Manuel Gomez : Né à Bab-el-Oued (Alger). Elève du Lycée Bugeaud. Engagé par Albert Camus à l’âge de 15 ans comme pigiste au quotidien Alger Républicain. Puis chef de rubrique à La Dépêche d’Algérie, correspondant régional de L’Aurore à Alger. Ensuite à la rédaction parisienne de L’Aurore (chroniqueur judiciaire sur la période des procès des généraux et des barricades d’Alger) et du quotidien spécialisé Paris-Turf. Correspondant du « Méridional » de Marseille.

Michel Garroté, 18 juin 2015

Sources :

http://www.bvoltaire.fr/manuelgomez/de-gaulle-limposteur,182682

http://ripostelaique.com/manuel-gomez-je-ne-pardonnerai-jamais-a-de-gaulle-le-massacre-des-harkis-et-des-francais-doranie.html

   

37 commentaires

  1. Posté par Marie-France Oberson le

    @daniele le 23 juin 2015 à 13h45
    Vous me répondez :
    « Vous vous trompez lourdement. Et, en tout premier lieu, en faisant références à « des accords ».
    Sachez qu’il n’y a jamais eu d’accords mais, simplement, une déclaration du gouvernement français.
    Avec des propositions (qui donnaient pratiquement tous les pouvoirs aux arabes) et ces propositions n’ont jamais été signées par les représentants algériens, présents à ces discussions. »

    …………………………………………………………………….
    Et si, les accords ont été signés d’une part par le représentant du gouvernement français : Louis Joxe, et d’autre part par le vice-président du GPRA (gouvernement provisoire) Frim Belkacem (!!!) qui était d’ailleurs une personnalité influente du FLN !

  2. Posté par Jacques le

    @daniele Vous n’êtes ni sourd ni aveugle, par contre probablement schizophrène, ce qui est pire.

  3. Posté par daniele le

    Il n’y a pas plus sourds ni plus aveugles que ceux qui ne veulent entendre ni voir

  4. Posté par Jacques le

    @ daniele Je ne connaissais que « les élucubrations d’Antoine », mais je dois constater qu’en la matière vous le dépassez largement avec votre vision schizophrénique de l’Histoire !

  5. Posté par daniele le

    @ Marie-France
     » Je dirais aussi que l’attitude de l’OAS et du FLN n’a pas vraiment aidé à l’application des accords d’Evian… »
    Vous vous trompez lourdement. Et, en tout premier lieu, en faisant références à « des accords ».
    Sachez qu’il n’y a jamais eu d’accords mais, simplement, une déclaration du gouvernement français.
    Avec des propositions (qui donnaient pratiquement tous les pouvoirs aux arabes) et ces propositions n’ont jamais été signées par les représentants algériens, présents à ces discussions.
    Au contraire, ils ont tout rejeté en bloc. m Mais degaulle les a autorisés à mettre à exécution les principales de ces propositions – la police – la justice devenaient fln. Et pour clore le tout il a ordonné aux CRS et gardes mobiles de prêter main forte aux fln (qu’on appelait insurgés, à peine quelques jours avant)
    Non, Marie-France, vous vous trompez complètement sur notre Histoire.
    Quelques jours après le massacre d’Oran (plusieurs milliers d’européens, égorgés) Pompidou, alors premier ministre avouait en parlant des réfugiés européens que nous étions : « Ils vont repartir. Nous ne souhaitons pas qu’ils restent… » Alors, oui certes, degaulle avait prévu que NOUS, européens, restions en Algérie, cela aurait contenu le flux de cette immigration algérienne puisqu’ils ne savent pas vivre sans les Français pour les diriger.
    Mais voilà… l’Histoire ne s’est pas passée comme IL l’aurait désirée.

  6. Posté par Jacques le

    @ Madame Oberson Un grand bravo, votre commentaire est parfait. On voit que – comme moi – vous êtes bien documentée.Je n’ai rien à ajouter, sinon mon plaisir de trouver ici une personne qui ne se laisse pas abuser.

  7. Posté par Marie-France Oberson le

    @daniele le 21 juin 2015 à 10h21
    « Degaulle qui était – malgré tout – un homme très intelligent, savait très bien ce qu’il adviendrait de la France et de l’invasion algérienne qu’elle subit, une fois l’indépendance de ce pays, proclamée. »
    ……………………………………………………
    Pas du tout, au contraire. En donnant l’indépendance à l’Algérie, il pensait que chacun resterait chez soi.
    Il s’est trompé sur ses successeurs: il n’avait pas pensé à leur bêtise !
    Car si nous en sommes là, c’est bien à cause de ses successeurs qui ont adopté une politique favorable à l’immigration algérienne (Pompidou, Giscard avec le regroupement familial , Mitterrand (« Ils sont chez eux chez nous » ) Mitterrand n’aimait pas de Gaulle qui lui avait barré la route; alors, comme Hollande avec Sarkozy, il a pris le contre-pied de de Gaulle..)
     » C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns.
    Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France . Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne.
    Qu’on ne se raconte pas d’histoire ! Les musulmans, vous êtes allés les voir ? Vous les avez regardés avec leurs turbans et leurs djellabas ? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français. Ceux qui prônent l’intégration ont une cervelle de colibri, même s’ils sont très savants. Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante ? Si nous faisions l’intégration, si tous les Arabes et les Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherez-vous de venir s’installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé ? Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées.. »

    CHARLES DE GAULLE

    Je dirais aussi que l’attitude de l’OAS et du FLN n’a pas vraiment aidé à l’application des accords d’Evian…

    Ceci dit, à lire toutes les diatribes envers de Gaulle sur ce site, j’ai bien peur que prochainement on demande à déboulonner le Général.. Il n’y aurait rien d’étonnant à cela vu qu’aujourd’hui, on préfère couper la tête aux « Grands Hommes » et rendre gloire aux minables et aux traîtres !

  8. Posté par Bernard 37 le

    De Gaulle était colonel lorsqu’il s’était vu confier un poste au ministère de la guerre en 40. Il s’auto-nommera « brigadier » en angleterre, ce qui lui donnera l’autorité de traiter avec les généraux français et alliés Certains ont vu dans cet exil une décision des « cent familles »  » qui ne souhaitaient pas « mettre leurs œux dans le même panier »: Pétain collabo en France, De Gaulle résistant en G.B, la grande bourgeoisie allait pouvoir choisir au gré des évènements.
    Dire que de Gaulle a aidé les communistes est une erreur. Il les a manipulés,oui!
    Il avait sévèrement tancé le Gl Leclerc d’avoir laissé Henry Rol-Tanguy, PCF et chef de la résistance parisienne, signer la reddition allemande à ses côtés. Lors de son arrivée à Paris le 25 Aôut 44, il a refusé d’aller à l’hôtel de ville où il aurait rencontré les résistants majoritairement PCF et il a rejoint le ministère de la guerre et ses partisans du CNR et du GPRF. Il a corseté les communistes à la Libération, monnayant l’impunité du déserteur Thorez s’il revenait en France depuis son refuge de Moscou, contre la liquidation des « milices patriotiques » que le PCF avait mis en place dans les grandes villes, en vue d’une insurrection. Le culte de la personnalité cocos a fonctionné: Thorez n’est pas passé en cour martiale et de De Gaulle a durablement affaibli le PCF en lui donnant des responsabilités au CNR. Mitterand a fait de même en 1981.
    L’Algérie algérienne du De Gaulle des années 60, la valise ou le cercueil pour 2 millions de Français d’Algérie et l’assassinat par les barbares du FLN de 500.000 à 1 million de Harkis et d’Algériens Français de cœur et de conviction, c’est ce qui a définitivement discrédité le De Gaulle politicien.
    Sa tentative avortée de coup d’État en 68 en tentant de s’appuyer sur Salan a été son chant du cygne.
    Hier, un journaleux se plaignait que l’appel du 18 juin gaulliste ait été occulté au profit du 18 juin de Waterloo. Napoléon a tenté de continuer la Révolution…rien que la Révolution, avait-il dit, contre toutes monarchies européennes liguées. Il aurait réussi s’il n’avait pas été trahi par ses propres généraux restés royalistes, à commencer par le Maréchal Marmont.
    Aussi longtemps que le Peuple des chaumières aura besoin de dieux, de Césars et de Tribuns, il y aura des De gaulle. A moins qu’ un nouveau Napoléon charismatique et visionnaire ne se dresse face à l’Europe, comme en 1802, en brandissant notre drapeau tricolore. Hélas!!!

  9. Posté par Jacques le

    @ daniele Bel effort, mais vous ne me convainquez pas. Votre politique équivant à celle que pratiquait l’Afrique du Sud du temps de l’apartheid. Elle était intenable àlong terme. Réécoutez ce que disait de Gaulle au sujet du conflit israelo-palestinien. Il voyait plus loin et ses propositions étaient raisonnables. Loin de moi l’idée de soutenir l’islamisme agressif, je suis européen et patriote, opposé à un envahissement massif de l’Europe et de notre pays. Mais je suis aussi opposé à ceux qui voent Israël comme un pays disposant de droits partriculiers le plaçant au-dessus du droit international. Par exemple disposant de l’arme nucléaire,développée en son temps en coopération avec la France, mais menaçant debomberder l’Iran en l’accusant – sans preuve – de vouloir rétablir la parité. Au point d’être allié de facto avec ces royaumes sunnites si démocratiques. Non, tous les peuples sont égaux, on doit cesser de brandir sans cesse l’Holocauste pour accorder des droits particuliers aux Israëliens. Pas plus que moi ils ne sont nés de la cuisse de Jupiter. Même s’ils semblent le croire.

  10. Posté par Pierre-Alain Tissot le

    @ CallOfEuropeanSpirit
    Assez d’accord avec votre phrase sur l’Ukraine :  » Ainsi beaucoup de nationalistes perçoivent encore la Russie comme ce monstre impérialiste qui oppresse leur pays, et il y a forcément toujours une part de vérité, il est logique d’imaginer que les intérêts russes entrent régulièrement en conflit avec les intérêts de l’Ukraine  »
    On peut dire de même, concernant la peur de la Russie de Poutine, exprimée par des petites nations telles que les Polonais, les Baltes ou de petits peuples dispersés comme les Tatars et autres Kalmouks. ( voir Terre inhumaine de Joseph Czapski )

  11. Posté par daniele le

    @ Jacques
    Si vous croyez, encore, après tout ce qui vous est démontré, que la paix se fera en créant deux Etats un palestinien, l’autre israélien, c’est que vous ne connaissez rien aux arabo-musulmans.
    Pourtant, si vous vivez en France, vous devriez savoir que ceux-là n’ont nullement l’intention de vous faire la vie douce. « Ils sont chez eux, chez nous » (comme disait Mitterrand) et ils ont pour seul objectif ou de vous foutre dehors ou que vous vous pliiez à leurs coutumes. Tous les jours que Dieu fait, vous en avez les preuves, en France.
    Alors, oui, comme Michel, je suis pro israélienne mais pas seulement par amour d’Israël. Seulement parce que j’ai vécu pendant 19 ans avec les arabes et que je sais de quoi je parle.
    Et la dernière chose dont a besoin le peuple d’Israël c’est d’avoir un Etat palestinien qui cherchera à les bouffer tout crus avec l’aide de ceux qui n’ont rien compris et qui prônent la paix. Ils sont contents les arabes, ils ne manquent pas d’idiots utiles dont ils se déferont sitôt leurs revendications acceptées et mises en oeuvre.
    Quant à la gaullophobie de Michel, elle est censée. Degaulle qui était – malgré tout – un homme très intelligent, savait très bien ce qu’il adviendrait de la France et de l’invasion algérienne qu’elle subit, une fois l’indépendance de ce pays, proclamée.
    D’ailleurs, le second président algérien, antifrançais par excellence, avait déclaré que le sud de la Méditerranée migrerait vers le nord, inexorablement et que nous en subirions les conséquences.
    Si, avec tout ça, vous croyez encore aux belles paroles et promesses des musulmans, je vous souhaite bon courage pour les quelques années à venir.

  12. Posté par Jacques le

    @ CallOfE Mon brave homme, comme vous semblez être capable de penser raisonnablement, je vous dirai que dès le début, j’ai vu que la seule issue pour l’Ukraine est la neutralité, allant de pair avec unestructure fédéraliste respectant les minorités. En gros, le système suisse, que M. Burkhalter aurait dû proposer depuis longtemps à toutes les parties concernées. Il était bien placé pour le faire.
    En outre, pour vous aider à comprendre la stratégie et lesmouvements tactiques du tamdem Poutune/Lavrov, je vous invite à étudier le document suivant publié en français dans « La vie internationale » en mars 2013 :
    « La philosophie de politique étrangère de la Fédération de Russie ».
    Il est facile de le trouver à l’aide de Google. On trouve même en deuxième ligne offerte par Google, le texte tel que publié officiellement par la Fédération. Bonne lecture !

  13. Posté par CallOfEuropeanSpirit le

    @Jacques: beaucoup d’Ukrainiens sont nationaux-socialistes par pur souvenir anti-communiste, et c’est bien naturel. À l’époque les armées d’Hitler sont venus les libérer de l’oppression communiste, et beaucoup d’Ukrainiens se « souviennent » encore aujourd’hui des Waffen-SS comme des anges libérateurs. Ainsi beaucoup de nationalistes perçoivent encore la Russie comme ce monstre impérialiste qui oppresse leur pays, et il y a forcément toujours une part de vérité, il est logique d’imaginer que les intérêts russes entrent régulièrement en conflit avec les intérêts de l’Ukraine. Cependant je pense que beaucoup d’Ukrainiens manquent de recul et sont prisonniers d’un sentiment anti-russe primaire, la faute à un manque de vision globale (on peine à s’imaginer parfois à quel point ils sont beaucoup moins informés que nous, notamment sur la nature de l’UE).

    Je suis comme vous, je soutiens la politique de Vladimir Poutine (et sa reprise légitime de la Crimée), mais cela ne m’empêche pas de comprendre la volonté d’indépendance de l’Ukraine. Le monde n’est pas tout noir ou tout blanc. Je me souviens d’un clip de propagande de Pravyi Sektor qui expliquait qu’ils refusaient l’impérialisme de Poutine mais également celui de l’UE, cela me semblait parfait. Le problème est que cette milice nationale-socialiste a été manipulée et jetée après usage par des forces beaucoup moins nobles et beaucoup plus puissantes, à savoir l’UE et les USA.

  14. Posté par gervanne le

    Ce texte constitue une performance absolue d’ânerie. Il situe l’OTAN pendant la Deuxième guerre mondiale!, présente Israël comme déjà existante (créée en 1948), assurément, de Gaulle partit avec le général Spears, mais envoyé par Reynaud dans un inutile espoir d’ultimes négociations avec les Britanniques. Le texte fait référence à une déclaration de de Gaulle sur le peuple d’Israël (sûre de lui et dominateur) qui date de la deuxième partie des années soixante. Prétendre que de Gaulle n’envoya pas d’armes à la résistance n’a rigoureusement aucun sens puisque, en toute hypothèse, de Gaulle n’en ayant aucune, ce sont les Britanniques qui en envoyèrent. Bref, c’est un ahurissant gloubi glouba .

  15. Posté par Jacques le

    @CallOfE En deux mots: je suis à 100% derrière Poutine qui suit avec cohérence les lignes directrices de la politique étrangère définie en 2013. Avec un minimum d’intelligence – qui semble leur faire défaut – l’ EUSA/NATO aurait dû savoir à quoi s’attendre lorsqu’ils ont tenté de mettre le grappin sur l’Ukraine… Nota bene avec l’aide de groupes fascistes que avaient naguère apppuyé Hitler – votre idole – dans son agression contre l’Union soviétique. Si cela intéresse les participants à ce forum, je peux donner ici la référence qui permettra d’accéder aux lignes directrices mentionnées plus haut, élaborées par Lawrow et approuvées par Poutine. Elles sont dans le domaine public. Poroshenko ? Si vous admirez Hitler, alors vous devez logiquement être ravi de le voir au pouvoir, puisqu’il s’appuye sur des post-hitlèriens. Alors ?

  16. Posté par CallOfEuropeanSpirit le

    @Jacques: pour quelles raisons serais-je un partisan de Porochenko? La comparaison de Poutine avec Hitler n’est pas une insulte de ma part, bien au contraire, étant donné que je considère Adolf Hitler comme le plus grand homme du XXème siècle.

    Poutine partage avec Hitler un authentique nationalisme, un grand amour pour son peuple, la compréhension essentielle que les démocraties parlementaires sont fatalement soumises aux pouvoirs de l’argent (« démocrate » est une insulte en Russie), et ce fameux parler-vrai qui fait tant défaut aux démocrates, pour des raisons évidentes. Son action en Crimée partage d’ailleurs énormément de similitudes avec les actions d’Hitler pour ramener les minorités allemandes dans son giron, notamment avec les Sudètes. Et tout comme à l’époque, on notera les réactions agressives des démocraties va-t-en-guerre qui essayent de le faire passer pour un tyran assoiffé de pouvoir.

    Quant aux morts russes du conflit avec l’Allemagne, en quoi est-ce que je les oublie? Je vous ferais cependant remarquer que ce n’était pas une guerre contre le peuple russe, mais contre la Russie communiste de Staline. À l’époque Hitler avait beaucoup de raisons de penser que Staline se préparait à rouler sur toute l’Europe en commençant par l’Allemagne, ce n’est pas pour rien si en 1943, sur le million d’hommes qui comptait la Waffen-SS sur le front de l’Est, 600’000 étaient non-allemands, formant ainsi la plus grande armée européenne ayant jamais existé, ainsi que l’armée la plus diverse de l’histoire.

  17. Posté par Jacques le

    Il vaut la peine de chercher les antécédents de Michel Garroté, ce que j’ai fait. Tout est venu clair. Ce monsieur est en pleine dans la mouvance de BHL. personnage qui après avoir stigmatisé Jean-Paul Sartre parce qu’il n’était pas alignè sur Israël, s’est langé dans la gèo-politique en intrigant pour la chute de Khadafi, avec pour conséquence une migration massive et incontrôlée vers les rivages européens. En lisant les articles de Garroté on découvre osn istraëlophilie, documentée par son refus de la création d’un Etat palestinien. Ceci explique sa gaullophobie : lorsde sa conférence de presse du 22 novembre 1967 (dispoonible sur le Web) le Général avait préconisé une politique d’équilibre entre Israël et les Palestiniens, ouvrant la voie à un réglement durable des conflits dans la région. On ne l’a pas écouté et depuis lors le conflit s’éternise. Et ce ne sont pas les Netanyau, BHLet autres Garroté qui vont nous conduire à la paix.

  18. Posté par Jacques le

    @ CallOfE..etc En mettant Hitler et Poutine dans le même panier, vous ne manquez pas de souffle ! Etes vous un suppôt de Poroshenko, le roi du chocolat ? Vous oubliez les millions de Russes morts en combattant le nazisme.

  19. Posté par daniele le

    J’ai lu tous les commentaires.
    La gaullophylie est un mal qui ronge la France et certains de nos voisins.
    Mon père, né en 1918, marin à Kebir en 1940, décoré (mais il a refusé de la recevoir) de la Croix de guerre, m’a certifié que degaulle avait fait tuer Jean Moulin et Darlan. Je le crois parce qu’il a vécu cette période. Je le crois parce que, ayant moi-même lu nombre de témoignages sur cette période, j’ai compris qu’il parlait vrai. degaulle ne voulait pas que ces deux valeureux Hommes puissent dévoiler, après la libération, le vrai rôle qu’il avait joué en s’exilant en Angleterre. Ce « Suisse » comme certains intervenants l’appellent, a totalement raison de publier l’article de Manu Gomez. Il ne réécrit pas l’Histoire, lui, il la révèle aux sourds et aux aveugles. Continue Michel.
    Ainsi donc,
    Si degaulle avait été ce valeureux résistant dépeint depuis plus de 70 ans, (seulement en France) expliquez-moi pourquoi, l’ignoble (Kebir) Churchill , Staline et Roosevelt n’ont pas voulu de lui à la conférence de Yalta ? Pourquoi ce général résistant n’a jamais fait un geste, durant la seule journée des pourparlers entre les envoyés de Churchill et les Français, pour protéger la flotte française DESARMEE, dans le port de Kebir ? C’est valeureux, ça ? 13.000 morts civils et militaires ! Oui, Churchill voulait la guerre. Il était aussi prétentieux et fou dangereux que l’était Hitler. Mais degaulle n’était pas mieux : il voulait « la gloire ».
    Quant à la période appelée alors « l’affaire algérienne », il faut savoir que ce même degaulle entretenait des contacts, bien avant son retour « aux affaires » en 58, avec les chefs terroristes du fln. Il savait, avant même de revenir à la tête du pays, qu’il donnerait cette Algérie pourvu que l’élaboration de sa « bombinette » puisse continuer et ce fut l’un des principaux deals qu’il a faits avec les terroristes.
    Et si nous avons et subissons encore l »invasion algérienne, demandez donc à degaulle ce qu’il leur a promis pour que, aujourd’hui encore, nous n’ayons pas accès aux archives de l’époque 54/63 et que ses successeurs, se réclamant de son bord, poursuive la même politique arabe et antijuive. Il y aurait tellement à leur dire mais ce sont des années d’étude, de documents et de témoignages qui ne peuvent être résumés en quelques lignes. Quant à ceux de cette gauche maudite et traitresse qui nous poursuit, ne craignons rien. Elle donnera la France aux musulmans avec la même jubilation que, lui, a donné l’Algérie.
    En ce qui concerne les ingérences des USA dans l’abandon de l’Algérie, je leur conseille de retrouver (elles existent !) ces paroles de degaulle : « Et si les américains et les russes veulent se frictionner (en frottant ses deux mains l’une contre l’autre), je leur souhaite bon plaisir ! ». C’est vrai, les américains de Kennedy ont oeuvré avec les arabes – le monde arabe – pour que la France offre ce pays clés en main aux terroristes. Il a bien profité, le drôle de général, de ce contexte pour se dédouaner de sa traitrise.
    Que ceux qui sont intervenus dans les posts apprennent l’Histoire vécue et non celle que leur servent depuis des décennies les historiens falsificateurs de l’histoire de France. Ils ont créé un mythe. Et ils s’y accrochent comme des arapèdes à un rocher. Moi, je préfère les manger… les arapèdes, bien sûr !
    Merci, encore, Michel. Je ne te remercierai jamais assez pour ton honnêteté face à toutes les situations que nous traversons et avons traversées. Celles, plus graves encore, qui nous restent à subir !
    La France est définitivement morte. Cela fait longtemps que je le clame, notamment sur mes sites, aujourd’hui fermés tant l’écoeurement de la politique menée par les gaullistes et la gauche m’a envahie. Depuis 40 ans, nos dirigeants n’ont cessé de la tuer à petit feu : l’immigration des musulmans.

  20. Posté par Sancenay le

    A Jacques,
    gardons notre sang froid l’ami. Je ne suis ne pas de cette période très troublée et je m’efforce simplement de discerner le vrai de la légende , pas plus en pétainiste qu’en gaulliste, mais simplement en tant que français catholique partisan du seul bien commun auquel chacun a droit à sa part. .
    Est-ce la nostalgie de cette si funeste époque qui vous encourage à continuer à opposer ces deux hommes nullement catholiques de pensée en ce qui concerne Pétain, et très modéremment en ce qui concerne de Gaulle ?
    Je ne vois pas en quoi cela pourrait servir le présent ? Sachez que ceux qui se réclament du « gaullisme » en France , si tant est que la doctrine existe, ont très rarement pas la hauteur de vue d’un Blocher !

  21. Posté par Jacques le

    @ CallOf..etc Les bras m’en tombent ! Comment pouvez vous pondre un tel tissu d’inanités, indignes de cet excellent forum. J’ai de sérieuses inquiétudes au sujet de votre état mental.

  22. Posté par CallOfEuropeanSpirit le

    @KANDEL: Hitler, comme Poutine aujourd’hui, parlait vrai. Le mensonge ne faisait pas partie de son vocabulaire. Il n’a jamais voulu de guerre avec la France, au contraire il lui a tendu la main pendant 6 ans. Évidemment dans votre univers mental bâti à grands coups de propagande antinazie hystérique et de films hollywoodiens, Hitler est encore ce démon sorti tout droit des enfers qui, quand il parlait de paix, usait forcément du mensonge afin d’achever son plan de domination mondiale.
    Vous ignorez peut-être que le gouvernement anglais a reçu des dizaines d’offres de paix de la part de l’Allemagne d’Hitler entre 1939 et 1941. Toutes restées sans réponse, car l’Angleterre voulait la guerre.

    Il est évident que le Maréchal Pétain, lui, n’aurait jamais déclaré la guerre à l’Allemagne et envoyé des milliers de ses hommes dans cette « drôle de guerre » absurde, qui a mené la France à sa perte. Cependant vous remarquerez que Hitler lui a respecté les lois de la guerre en occupant la France, il n’a pas organisé une parodie de tribunal pour pendre tous les dirigeants français. Il n’a toujours souhaité qu’une chose: la réconciliation.

    « Germany is too strong. We must destroy her. »
    Winston Churchill, 1936

    « If Germany becomes too strong, she will be broken up once again. »
    Winston Churchill, 1937

    « I see no reason why this war must go on. I am grieved to think of the sacrifices which it will claim. I would like to avert them. »
    Adolf Hitler, 1940

    « The war was not just a matter of the elimination of Fascism in Germany, but rather of obtaining German sales markets. »
    Winston Churchill, 1946

  23. Posté par Marie-France Oberson le

    @Jacques le 19 juin 2015 et à 21h23 Vautrin le 19 juin 2015 à 19h56
    Absolument d’accord avec vous…

  24. Posté par Marie-France Oberson le

    C’est quoi ce délire? C’est qui l’auteur de cet article ?
    Monsieur Windisch, vous avez perdu la tête pour nous proposer un tel ramassis d’ignominie et de falsification de l’Histoire ?
    Je suis , comme Jacques, abasourdie et bien déçue …

  25. Posté par KANDEL le

    « Posté par CallOfEuropeanSpirit le 19 juin 2015 à 16h55
    Pétain était un grand homme. Le jour de leur rencontre, Hitler lui dit qu’il était heureux de serrer la main d’un homme avec lequel il savait qu’il n’y aurait pas eu de guerre si il avait été au pouvoir en 39. […] »

    C’est bien la meilleure de l’année, si Hitler l’a dit, alors là on est en présence d’une vérité solide.

    Dommage que CallOfEuropeanSpirit ne soit pas ingénieur, avec une perspicacité pareille il nous aurait inventé la machine à transformer n’importe quoi en or pur.

  26. Posté par Jacques le

    En résumé et pour être bref: cet article appartient à la poubelle. Chacun qui est un peu informé sait que Giraud était le guignol des Américains. Quant à l’Algérie, de Gaulle a été réaliste. Il savait que c’était sans issue pour la France et qu’il fallait s’en sortir. Il a a bien dit en cercle privé que si l’Algérie était intégrée à la France, alors dans une génération , Colombey-les deux-églises serait devenue Colombey-les-deux.mosquées. Il n’y a que les jusqu’au boutistes de ¨l’Algérie française qui s’acharnent sur de Gaulle, après l’avoir raté au Petit-Clamart.

  27. Posté par Vautrin le

    Cet article est scandaleux. J’admets être en désaccord profond avec l’action de de Gaulle dans l’affaire algérienne -encore faudrait-il être réservé : pouvions-nous, en 1962, « intégrer » six millions d’ennemis de notre culture ? . Mais il est ignoble de tenir des propos pareils sur le chef de la France Libre de 1940 à 1945. Où a-t-on appris que de Gaulle refusait d’armer les maquis ? Par hasard, je suis né dans le pays de Georges Guingouin, premier maquisard de France et Compagnon de la Libération, je connais d’anciens maquisards, beaucoup – dont mon propre père- : ils n’ont jamais manqué de parachutages. . A une époque où tout se délitait (comme maintenant !) de Gaulle a repris les tronçons du glaive, il a fait valoir contre les manœuvres des alliés les intérêts de la France. C’était la seule attitude digne, capable de préserver l’avenir. Je ne méprise pas pour autant le Maréchal : devant la gabegie et la désorganisation consécutives aux errements de la IIIe république, il a fait ce qu’il a pu. L’interprète Schmidt estimait même que Pétain était le vainqueur diplomatique de l’entrevue de Montoire. Mais cela ne suffisait pas pour restaurer la France dans sa dignité et son empire. Il fallait que les armées de la France fussent présentes en 1944, que la France fût présente à la reddition des nazis. A qui le devons-nous, sinon à Charles de Gaulle ?

  28. Posté par CallOfEuropeanSpirit le

    Pétain était un grand homme. Le jour de leur rencontre, Hitler lui dit qu’il était heureux de serrer la main d’un homme avec lequel il savait qu’il n’y aurait pas eu de guerre si il avait été au pouvoir en 39.
    Il y eu bien plus de morts à la « libération » lors des lynchages et des exécutions que durant toute la durée de l’occupation.

  29. Posté par Gérard Couvert le

    Allez, un peu d’anti-France primaire .. il y a longtemps que notre Suisse donneur de leçon ne s’était pas adonné à son activité préférée : débiner ce qu’il ne comprendra jamais : la France.
    Cette thèse est connue, les deux frères Giraud la promeuvent avec brio : on attend avec impatience la biographie du Général Giraud qui doit paraitre prochainement).
    De Gaulle était un politique, il a fait de la politique avec peu de moyens, et il s’est allié un moment avec le diable (l’URSS), mais il a gagné à la fin. Bien sur en tant que pied-noir je regrette sa décision, mais croyez-vous que la politique menée de 54 à 58 ait été la bonne ? il fallait faire ce que De Gaulle aurait fait après la guerre s’il n’avait été écarté par les banquiers libéraux : le collège électoral unique et un grand plan de développement en Algérie : ainsi les évènements perdaient leur lustre de « guerre de libération » pour devenir une guerre civile, tout en aurait été changé. C’est entre 1948 et 1958 que l’Algérie à été perdue.

  30. Posté par Pierre-Henri Reymond le

    Un chose me frappe d’emblée, dès la lecture du titre: le point d’interrogation! Comment se fait-il que je le biffe avant de lire l’article? Parce que Monsieur Garotté est prévisible. Voilà pourquoi. Par ailleurs ses « extraits adaptés » ne sont que copie conforme, à un mot près: « un »! Alors comment qualifier son affirmation?
    Jacques se demande qui est l’auteur. Je verrais assez bien en lui un « Oint Du Seigneur ». Selon, si je ne me trompe pas, Charles Gave. Connu des lecteurs du Blog à lupus.

    « …c’est pourquoi les théories simplistes des bons et des méchants , des anti ceci ou pro cela ont toujours du mal à décrypter l’humaine réalité. Sancenay » Ces mots conviennent aux affirmations de Monsieur Garotté. Au passage, le mot hébreu désignant le mal, l’ennemi, le méchant, signifie aussi l’ami, celui qui fait route avec moi. On peut le constater dans un dictionnaire moderne.

  31. Posté par Eddie Mabillard le

    @ Jacques si la France a autant d’algériens c’est bien à cause des accords d’Évian signé par de Gaulle en 1962. Il s’est fait rouler dans la farine, après ces accords les pieds noirs avaient le choix entre la valise et le cercueil, alors que la France a accueilli les algériens à tour de bras, alors ne me parlez pas de ce personnage qui a permis l’islamisation de la France contrairement à ces propos antérieurs sur l’islam: http://www.pointsdereperes.com/articles/charles-de-gaulle

  32. Posté par BLUM Dominique le

    « De Gaulle,: un imposteur »?
    Cet article à charge, interpelle.
    Dés que j’en ai eu le temps, j’ai lu les « Mémoires », les lettres de DE Gaulle. C’était un ancien combattant de 14-18.
    Tous ses écrits, ses discours, sont pénétrés d’un réel amour de la France pour laquelle il avait une vraie vision de grandeur. Sans compter son ambition personnelle.
    Il est facile de juger, des décennies après la fin de la guerre, les choix d’un homme qui, aujourd’hui encore, pour beaucoup de Français, symbolise la RESISTANCE.
    Dans ses écrits bien antérieurs aux années 4O, De Gaulle pointe l’état désastreux de l’armement français (par rapport à l’attirail allemand); l’impréparation de l’armée.
    « L’étrange défaite » de Marc Bloch, le confirme:
    P.85 (Poche) « Seuls les vrais combattants ont le droit de parler de danger, de courage et des hésitations du courage. » Puis, page 94: « Quand notre général prit son commandement, nous découvrîmes avec stupeur que nous ne disposions d’aucune liste des unités qui passaient sous ses ordres. Il fallut IMPROVISER le tableau, tant bien que mal et plutôt mal que bien, à coups de fouilles à travers des archives affreusement embrouillées. »
    La suite, nous la connaissons.
    Après la guerre, eût-il fallu faire fusiller les 99%de pétainistes? De Gaulle refit une virginité à la France.
    Les Allemands ont-ils dénazifié l’Allemagne? Encore aujourd’hui, l’on continue à « traquer activement » qqs gardiens de camps quasi centenaires…
    Le lâchage d’Israël par De Gaulle fut un coup de tonnerre. Sa « politique arabe de la France », calamiteuse.
    Lequel de ses successeurs a mieux réussi?
    Du moins De Gaulle était-il parvenu, malgré ses constants démêlés avec Churchill et Roosevelt,à MOBILISER LES FORCES FRANCAISES LIBRES, aux quatre coins de la planète.
    Hollande réussit le tour de force, dans une situation de GUERRE DECLAREE par son Premier Ministre, de DISPERSER LES FORCES FRANCAISES LIBRES ET LABORIEUSES aux quatre coins du monde, pour les REMPLACER par des millions d’immigrés, SES FUTURS OBLIGES DE 2017.

  33. Posté par Jacques le

    @ Sanceney Ma parole, je suis soufflé.de vous lire. Ce site est il truffé de pétainistes ? Je suis un membre actif (localement) de l’UDC et une grande majorité de nos membres sont gaullistes, à la mode suisse, comme Christoph Blocher. Documentez vous un peu plus avant de débiter de telles inanités !

  34. Posté par Jacques le

    Je suis abasourdi de trouver un article anti-gaulliste. Un ramassis d’allégations déplacées. L’Europe aurait dû avoir plusieurs chefs d’Etat de la carrure,dela vision et de l’honnêteté du Général, car cela aurait empêché que se développe cette UE totalitaire. Même si je suis Suisse, j’ai remercié de Gaulle pour son action historique après sa dèmission et il m’a répondu par deux fois. Quel est l’auteur de cet article fumeux ? Un pétainiste, un pro-américain ? […]

  35. Posté par Sancenay le

    à goudronvert,
    Etes -vous sûr que le combat de de Gaulle contre la dictature américaine n’était pas que pure agitation et démagogie ? Car son abandon de l’Algérie expédié avec une extrême brutalité a tout l’air, avec le recul que nous avons à présent, d’une grotesque dans du ventre devant « l’ennemi » américain qui n’en demandait pas tant, pourvu qu’on dégage le sahara gorgé de ressources énergétiques.
    On peu observer que nombre de ceux qui se sont coulés dans ce qu’ils estimaient être le » glorieux sillage » du colonel de Gaulle ,tel l’ineffable Sarkozy et sa croisade sans croix en Lybie, ont eu à coeur- voire plus bas -de prolonger les contorsions gaulliennes qui auront satisfait bien davantage aux appétits de l’impérialisme américain qu’aux réels intérêts français.
    Le gaulllisme a bénéficié longtemps de la lecture aveugle ou bienveillante d’une peuple rendu heureux et conciliant avant tout par la fin d’une guerre absurde entre toutes et qu’il aurait été sage de tuer dans l’oeuf plutôt que de la laisser mûrir . Où étaient d’ailleurs les futurs « gaullistes » lorsque dans les années précédent la guerre , Hitler annonçait la noirceur de ses crimes ?
    C’est une question qui mériterait une étude historique approfondie. Mais il est clair qu’à l’époque la lecture de chevet de Charles de Gaulle ne devait pas être, par exemple, celle l’encyclique « Mit brennender Sorge. »
    Le très gaullien Philippot, grand manitou du FN aujourd’hui est lui-même très peut catholique de pensée. Cela pourrait bien annoncer de très mauvaises surprises d’une nature « glorieuse  » aussi indigeste que celle du « grand Charles » signalée ici.
    L’ambition des hommes les tient souvent très loin de l’objectif du bien commun, c’est pourquoi les théories simplistes des bons et des méchants , des anti ceci ou pro cela ont toujours du mal à décrypter l’humaine réalité. Les hommes de paix authentiques doivent d’abord s’évertuer à discerner ce et ceux qui veulent et peuvent réellement servir le bien commun.

  36. Posté par groudonvert le

    Certes De Gaulle a commis des erreurs avec l’Algérie, mais son combat contre la nouvelle dictature européenne créée par les Etats-Unis jusqu’à la fin de son mandat force quand même le respect.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.