Quand l’Ukraine devient officiellement nazie <br> par Giulietto Chiesa

post_thumb_default

 

Quand l'Ukraine devient officiellement nazie

Par décision de son Parlement (la rada) du jeudi 9 avril 2015, l'Ukraine qualifie d'héroïque son passé nazi. Ce n'est pas la première fois, mais cette fois-ci elle le fait de façon solennelle, c'est-à-dire qu'elle « refonde » l'État ukrainien en mettant hors-la-loi le parti communiste, en déclarant comme « criminelle » toute référence au communisme, à ses fondateurs et à ses dirigeants, aux mots et aux symboles de son passé communiste, ainsi qu'à ses décisions politiques.

Il y a également dans cette loi, en guise de feuille de vigne, la mise au même niveau du communisme et du nazisme. Parfaitement stupide, cette mise sur le même plan a été rapidement effacée en déclarant comme « héros officiels » tous les membres des formations paramilitaires, et des organisations politiques nationalistes. En somme, toutes ces personnes sont officiellement reconnues comme « combattants pour l'indépendance ukrainienne. » Même ceux qui massacrèrent des dizaines de milliers de juifs en Galice. Sans parler des fusiliers, démolisseurs, membres de la rada centrale, de l'armée de la République populaire ukrainienne, des forces armées du Hetmanat, de l'armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA), de l'organisation des nationalistes ukrainiens (OUN), et des membres du Mouvement populaire (Rukh) jusqu'en 1991.

Autrement dit, tout ce qui s'est passé depuis octobre 1914 : « au cours des 100 dernières années – s'est écrié devant la Parlement Jurij Shukevic, digne héritier de Roman, son père nazi – où nous avons été en guerre contre l'impérialisme russe, contre l'occupation russe. »

La loi a été présentée devant le parlement ukrainien par ce même Shukevic, accompagné du directeur de l'Institut de la Mémoire nationale, Vladimir Vjatrovic. S'en est fait également écho le porte-parole adjoint de la Rada, Andrej Parubij, celui qui mena le pogrom anti-russe le 2 mai 2014 à Odessa. « Le moment est venu de reconnaitre tous ceux qui ont combattu sous le drapeau bleu et jaune au trident comme des combattants pour l'existence de l'État ukrainien. »

Un autre député, Igor Moijsichuk, a exalté le « moment historique » du rétablissement de la vérité historique, « celle qui a été piétinée le 30 juillet 1941 et jusqu'à aujourd'hui. » Autrement dit, celle de la République populaire d'Ukraine qui s'était alliée aux nazis lors de la Seconde Guerre mondiale. Et on a pu entendre les vociférations du député Oleg Medunitsa : « Celui qui ne vote pas est un ennemi de l'Ukraine, et travaille pour l'ennemi. »

On comprend mieux dans quel climat s'est déroulé ce « vote historique. » En fait, tout le monde s'est levé, y compris la soi-disant opposition, les représentants d'une population qui est pratiquement russe pour moitié, tandis qu'on qualifiait la Russie et les Russes d'ennemis éternels. Le vote a fait l'unanimité : 254 favorables, aucun contre, aucune abstention.

J'aurais deux commentaires assez banals. Il sera intéressant maintenant de voir comment Bruxelles va soutenir l'idée d'une prochaine entrée de l'Ukraine dans l'OTAN et dans l'Union européenne. En fait, il s'agit d'inclure dans l'Europe un pays qui efface, par une loi, toute l'histoire de l'Ukraine unie et de ses racines antinazies. Deuxième chose, il conviendra de rappeler aux nazis ukrainiens que, si l'on devait les prendre au mot, l'Ukraine actuelle n'existerait plus. La Crimée, par exemple, serait russe, puisque ce qui l'a fait devenir ukrainienne fut un acte « délictueux » du « criminel » Nikita Khrouchtchev . Et toutes les régions de l'Ouest des Carpates, dont une grande partie de la Galice, ne pourraient pas faire partie de l'Ukraine, puisque ce fut Staline – un criminel communiste bien connu – qui, par une décision tout aussi « délictueuse », les inclut (pacte Molotov – Ribbentrop), au sein des frontières de l'Ukraine. Et l'Ukraine devrait aussi abandonner son titre de pays fondateur des Nations Unies (et sa place comme membre de l'ONU) : ces deux titres et ce rôle ont été obtenus suite à une décision de l'ex-URSS, encore une fois « criminelle », et donc à effacer.

En somme, l'Ukraine d'aujourd'hui, en se reconnaissant nazie, a cessé d'être l'État qu'elle était quand Euromaïdan a commencé.

Giulietto Chiesa

Megachip,

dimanche 12 avril 2015

Traduction : Christophe pour

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.