UDC: « les Etats-Unis sont devenus nos ennemis »

Du coup, leur laisser notre or n'est peut-être pas forcément la meilleure idée qu'on puisse avoir.

 

La très pertinente intervention de l'UDC Yves Nidegger au parlement hier:

"Vous avez été abreuvés de nombreux arguments. Je n'en relèverai que deux que je tiens à ajouter.

Le premier tient au changement de la nature du régime qui prévaut aux Etats-Unis. Ceci nous a amenés à reconsidérer nos relations avec ce pays, surtout dans ce rôle de garant de l'or qui lui a été confié pendant la Deuxième Guerre mondiale, lorsque le danger pour la liberté était en Europe. Alexis de Tocqueville, penseur de la démocratie au XIXe siècle, avait conclu son analyse des Etats-Unis en disant que l'Amérique était grande parce qu'elle était bonne et que le jour où elle cesserait d'être bonne, elle cesserait d'être grande. Cette prophétie de Tocqueville est aujourd'hui accomplie avec la présidence de Monsieur Obama.

Les Etats-Unis, traditionnellement, ont été une tentative européenne de migrants vers l'Ouest qui ont tenté de renverser le rapport des poids respectifs entre ordre public et liberté individuelle, qui a toujours prévalu en Europe avec immensément plus de poids du côté de l'ordre public que des libertés. Les Etats-Unis ont été pendant des décennies les garants d'une formule qui faisait prévaloir la liberté individuelle; ils ont joué un rôle pendant la guerre froide, en particulier de défenseurs de la liberté à l'échelon planétaire.

Ce rôle, les Etats-Unis ne le jouent plus et, depuis quelque temps, ce sont nos adversaires, ce sont même nos ennemis, qui mènent une guerre économique sur le terrain financier, dont la Suisse a été la cible. Déposer notre or chez l'ennemi n'est pas forcément de la plus grande intelligence. C'est la raison pour laquelle une partie de l'initiative, qui prévoit le rapatriement de l'or en Suisse, mérite que l'on soutienne ce texte.

Le deuxième argument tient à la stabilité de la valeur contenue dans l'or sur le très long terme. A l'époque où les signatures ont été récoltées pour cette initiative, l'or montait et les ventes d'or par la BNS paraissaient particulièrement inopportunes. Par la suite, le cours de l'or a baissé et cela amène un argument à ceux qui disent qu'il serait peu intelligent de conserver de l'or alors que cette valeur baisse - l'or vient de remonter. Mais si vous vous placez dans le très long terme, vous constaterez que l'or a toujours été - et sans doute restera - une valeur stable à laquelle on peut adosser objectivement une monnaie. Avec une once d'or, vous pouviez acheter, sous l'Empire romain, une toge de pourpre, ce qui équivalait à l'époque à un super costard de luxe; aujourd'hui, avec une once d'or - 1313 dollars -, vous achetez toujours un super costard de luxe. Ce genre de signe démontre qu'il y a dans l'or quelque chose de particulier et qu'il ne faut pas en rester aux conjonctures à court terme mais considérer cela dans un autre contexte.

C'est apparemment ce que font des pays comme la Chine, qui, avec d'autres, se préparent, par un panier de monnaies qu'ils mettront en commun, à détrôner le dollar comme valeur de paiement internationale. Ces pays achètent de l'or, et ce n'est sans doute pas par hasard.

Il est donc également important sous cet angle que la BNS puisse adosser le franc suisse à une valeur qui restera dans le futur une valeur solide et objective."

Conseil national - Session spéciale 2014 - Première séance - 05.05.14-14h30

6 commentaires

  1. Posté par zéphir le

    Une partie de nos gouvernants sont devenus nos ennemis! Avec des passeports étrangers dans les poches, ils pratiquent la politique de l’implosion intérieure au service de puissances étrangères. Ce n’est pas pour rien qu’ils ont aboli la trahison. Elle fait partie de leur quotidien. Regardez la caméléon. Cheval de Troie des socialistes, elle ne peut qu’être sous influence. Peut être bien des dossiers qui remontent à son père. Alors comprenez bien qu’en cas de coup dur, ces gens s’étaient octroyé une planque en Angleterre ne vont quand même pas vivre de l’aide aux réfugiés. Surtout que les traîtres n’ont jamais été longtemps fiables, même pour leurs meilleurs amis d’un jour. Et ça, ils le savent, la trahison est une voie sans issue.

  2. Posté par Philippe le

    Mais pourquoi stocker notre or dans un autre pays?
    Est ce que vous gardez vos bijoux de famille dans le coffre fort de votre voisin?
    Rapatrions notre or au plus vite c’est tout !!!!

  3. Posté par bouvard le

    tout le monde ne le sait pas c’est pourquoi les députés qui sont sensés nous représenter sont muets je pense aussi qu’il faut récupérer notre or très vite avant qu’il ne s’en aille en guerre

  4. Posté par Speedyves22 le

    Madame ou Monsieur le Pragmatique : si la gestion de la BNS est saluée par le FMI, c est à mon sens le meilleur argument pour reprendre notre or au plus vite!

  5. Posté par Le pragmatique le

    Cette article n’aborde pas la question également posée par l’UDC à savoir la compétance pour gérer l’or par la BNS.

    Si je suis sans la moindre hésitation favorable au retrait des réserves physiques d’or aux USA, je suis beaucoup plus mitigé sur le retrait des compétences pour gérer l’or à la BNS.
    Un partie de notre or est au Canada; qu’il y reste. Et les 1050 tonnes USA a mettre en Australie qui paraît stable et loin de l’UE et des USA.

    Pour revenir brièvement sur la gestion de la BNS quand bien même celle-ci a vendu de l’or à perte; il me semble que globalement elle a su mettre a l’abri le pays de la spéculation sur le franc suisse avec le cours plancher euro/frs et en résistant aux attaques à moindre coût et même dissuadé les spéculateurs (merci M Hildebrand) que Blocher a traîne dans la boue. La gestion de la BNS a même été saluée par le FMI.

  6. Posté par migy bernard le

    06 05 2014 // J’ai posé la question au sujet de cette or à plusieurs députés – personne n’a la moindre réponse ! Question : que font le Conseil fédéral et la banque nationale suisse ? Etrange silence…

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.