Domenico Quirico: « Les rebelles syriens sont des brigands »

Domenico Quirico arriva a Ciampino

L’otage libéré s’exprime.

C’est « une bande de malfrats, qui profitent du vernis islamique et du contexte révolutionnaire pour s’emparer de pans entiers du territoire, rançonner les populations, enlever les gens et se remplir les poches », dénonce Domenico Quirico.

La violence de ces rebelles contraste avec l’attitude des combattants Jahbat al Nosra, aux mains desquels ils sont confiés quelques temps. Cette organisation est classée comme une organisation terroriste, et est composée de fanatiques qui veulent faire de la Syrie un état islamique. Et cependant, « c’est le seul groupe qui nous ait respecté », qui « nous ait traités comme des êtres humains », souligne le journaliste.

« Personne n’a manifesté envers moi ce que nous appelons communément pitié, miséricorde, compassion […] même les enfants et les vieux ont essayé de nous faire du mal. […] J’ai vraiment rencontré le pays du mal », écrit-il. Il fait état du plaisir que les geôliers prenaient à les terroriser :

« Par deux fois, ils m'ont fait croire qu'ils allaient m'exécuter. Nous étions près de Qoussair. L'un d'eux s'est approché de moi avec son pistolet, m'a montré que l'arme était chargée puis, mettant ma tête contre le mur, il a approché le canon de ma tempe. Interminables instants... »

Le journaliste conclut son témoignage par ces mots :

« Cette expérience est remplie de Dieu.[…] Notre histoire, c'est celle de deux chrétiens dans le monde de Mahomet et de la comparaison entre deux fois différentes : la mienne, simple, faite de don de soi et d'amour, et la leur, qui est faite de rituels ».

Lire la suite

 

Hier sur la RTS

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.