Ce qui disparaît vraiment

post_thumb_default

Les dernières grandes monarchies de la presse helvétique se disputent, dans une indifférence relative, à qui devra piocher le Schwarzpeter égrotant du Matin, en déclin irréversible après des décennies de règne sans partage.

La faute à cette saleté d'internet, qui finira par fermer une à une les imprimeries comme fit le métier à tisser des manufactures au siècle avant-dernier. Privé de son image papier, il y a fort à parier que le titre, en sa forme actuelle, crèvera de sa belle mort, au bout d'un processus palliatif qui aura au moins eu pour avantage de ne pas coûter grand-chose aux héritiers. Les gaillardes qui entretenaient le papier, pages 32-33, comme on fait d'un Alphonse sur le tard qu'on finit par prendre en pitié, n'auront pas eu raison des réalités du marché.

Mais étendre les motifs de la clôture des imprimeries aux rédactions paraît un argument étrange. Que le papier ait fait son heure, soit, mais l'écriture ?

Il est une génération dans ce pays qui, en quarante ans, a appris à déprécier la presse au fur et à mesure des convulsions de la Tribune, jusqu'à ce beau Matin qui n'annonça jamais le grand soir mais le crépuscule de l'intelligence d'une communication écrite. Le fleuron du journalisme romand passait le millénaire avec la résolution de copier le pire modèle qui soit outre-Sarine, pour finir par ne plus s'adresser à ses lecteurs que par la stimulation de ses instincts les plus bas; exception faite de la fille en troisième page, à laquelle on ne cédât pas, particularité remarquable et qu'il convient de saluer.

Une bonne partie du lectorat sombra dans le coma végétatif dans lequel le titre s'enfonce aujourd'hui, d'autres s'en allèrent trouver des cieux plus cléments, sur internet notamment, où la Rédaction les veut aller reprendre.

En langue française, savoir et saveur ont la même étymologie. Il n'est pas impossible qu'en perdant le premier, le lectorat suisse romand ait fini par ne plus trouver le second. Les changements d'époque sont toujours, après tout, des questions de goût.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.