Conseil de l’Europe: la Suisse serait le n°1 des paradis fiscaux…

Francis Richard
Resp. Ressources humaines

Le député suisse Alfred Heer : « D’après ce rapport, les Suisses sont les principaux escrocs et tricheurs du fait de l’existence du secret bancaire. Ma vision est tout autre…

Le 27 avril 2012 le Conseil de l'Europe a adopté la résolution n°1881 pour "promouvoir une politique appropriée en matière de paradis fiscaux".

Alors que le but de cette vénérable assemblée, qui date de 1949, est en principe de défendre les droits de l'homme, la démocratie et l'Etat de droit...

Conformément à son objet le Conseil de l'Europe a ainsi élaboré la Convention européenne des droits de l'homme et été à l'origine de la Cour européenne des droits de l'homme.

La Suisse a adhéré au Conseil de l'Europe en 1963. Sur 636 députés qui constituent le Conseil de l'Europe, sa délégation est composée de six députés, tous membres du Parlement helvétique.

Hier, donc, le Conseil de l'Europe s'est réuni pour délibérer sur un rapport ici de 22 pages, dont 4 pages d'annexe, intitulé comme la résolution, "Promouvoir une politique appropriée en matière de paradis fiscaux".

Ce qui est amusant c'est que nulle part dans ce rapport il n'est question de définir clairement ce qu'est un paradis fiscal. On se contente de parler indifféremment de "paradis fiscaux", de "juridictions à faible niveau de taxation", de "juridictions du secret", de "centres financiers offshore" (CFO). Ces "notions" seraient "globalement interchangeables" [sic].

Sans rire le rapport accuse les CFO d'avoir "joué un rôle majeur dans la crise financière de 2008-2009".

Pour les rédacteurs de ce rapport tendancieux, aux Etats-Unis il n'y aurait pas eu de déficiences dans la gestion du risque de la part de Fannie Mae et de Freddie Mac, pas de législations favorisant les prêts à des emprunteurs insolvables ou favorisant l'expansion bancaire par le sur-endettement ou les investissements douteux, pas de fausses notes de la part des agences de notation payées par ceux qu'elles doivent noter et qui jouissent de protections étatiques, pas de règlementations immobilières créant des bulles, pas de politique d'intérêts bas de la FED etc. Bref la main visible de l'Etat américain n'aurait joué aucun rôle...

Les Etats-Providence européens n'auraient pas été surendettés depuis des décennies et n'auraient été obligés, comme leur compère américain, de renflouer les banques qu'à cause des paradis fiscaux, responsables de toutes les mauvaises gestions étatiques de la planète, avec toutes les tares qui caractérise un paradis fiscal: "le secret bancaire, le manque de transparence et de surveillance publique effective, le dumping réglementaire, les dispositions fiscales prédatrices et les techniques comptables abusives au sein d'entreprises multinationales".

Or les Etats-Providence, eux, ne se caractérisent-ils pas par la violation de la vie privée et la promotion de l'inquisition fiscale, le manque de transparence et de surveillance des dépenses publiques par les citoyens, l'inflation réglementaire, les prélèvements obligatoires confiscatoires et les techniques comptables douteuses des deniers publics, qu'épingle, par exemple, régulièrement en France la Cour des comptes?

Certes, comme le dit élégamment le rapport, "personne ne sait vraiment combien d'argent public est siphonné via les paradis fiscaux". Cela n'empêche pas les auteurs du rapport de se baser sur des estimations fantaisistes. Si elles s'avéraient exactes, ce serait plutôt rassurant. Car tout ne serait pas perdu pour un futur redressement économique, qui ne sera rendu possible que par la libération des économies... Mais il faut craindre que cela relève du fantasme...

Quoiqu'il en soit on apprend grâce au rapport quelle est la profession de foi mondialiste qui a présidé à sa rédaction:

"Alors que tous les pays ont cédé une partie de leur souveraineté au profit de la mondialisation et de l'économie globale, s'attaquer aux distorsions mondiales entraînées par des pratiques fiscales dommageables ou prédatrices est à la fois une obligation morale et une cause commune."

Les prédateurs ne seraient pas les Etats mauvais gestionnaires qui ponctionnent  des pourcentages abusifs des PIB de leurs pays, mais les Etats qui sont les moins voraces. Il serait moral d'encourager la pression fiscale et le laissez-faire étatique. D'ailleurs, à cause de l'immoralité des multinationales, "bon nombre de pays en développement ne parviennent à collecter qu'environ 40% des recettes fiscales potentielles": les pauvres!

Le rapport ajoute: "Il n'est pas étonnant que leur ratio recettes fiscales/PIB se situe entre 10 et 20% contre 25 à 40% pour les pays développés."

Le rapport ose même parler d'"arnaque fiscale" quand un Etat empêche un autre de prélever davantage en offrant de meilleures conditions d'imposition que lui...

Dans la discussion le député suisse Gehrard Pfister a fait cette remarque frappée au coin du bon sens:

 

"Quand bien même un Etat européen [suivez mon regard] envisagerait-il d'augmenter le taux d'impôt sur le revenu de 75%, une telle mesure n'obligerait nullement les autres Etats à s'engager sur la même voie. On ne peut pas non plus empêcher certains pays d'apparaître comme attrayants, sans compter que certains le sont sans rien faire."

Le rapport donne une définition du marché libre qui justifierait la transparence:

"En théorie, un marché libre fonctionne de manière rationnelle et la supervision démocratique donne de bons résultats lorsque tous les participants ont un accès identique aux informations pertinentes."

Or un marché ne fonctionne librement que si l'Etat n'intervient pas et la transparence voulue par un Etat est justement un prétexte qu'il se donne pour intervenir et le corriger:

"Les tentatives pour "corriger" l'ordre de marché conduisent à sa destruction." (Friedrich Hayek, Droit, législation et liberté)

Le rapport fustige "un certain nombre d'Etats membres du Conseil de l'Europe qui accueillent et tolèrent des modalités financières et juridiques plus ou moins douteuses du système offshore", au premier rang desquels il situe...la Suisse. Ce ne sont pas les auteurs du rapport qui le disent mais une ONG de gauche, Tax Justice Network...Laquelle a établi une liste de prétendus paradis fiscaux "sans réexamen neutre de la part des Etats et sans que les critères appliqués soient clairement mentionnés", comme l'a souligné le député suisse Urs Schwaller dans son intervention.

Finalement la résolution a été adoptée par 51 voix contre 11 et une abstention. Ce qui veut dire qu'il n'y avait que 63 membres présents de cette digne assemblée sur 636... Rappelons au passage que l'un des buts du Conseil de l'Europe est la défense de la démocratie... Sur les 6 représentants helvétiques 5 ont pris part au vote. L'un d'entre eux, le socialiste Andreas Gross [dont la photo provient d'ici] a voté pour cette résolution fallacieuse, les 4 autres contre.

En guise de conclusion je citerai un passage de l'intervention du député suisse Alfred Heer:

"D'après ce rapport, les Suisses sont les principaux escrocs et tricheurs du fait de l'existence du secret bancaire. Ma vision est tout autre. Si vous voulez que les gens payent équitablement leurs impôts, mettez un terme à la concurrence fiscale [la concurrence même fiscale est pourtant toujours bénéfique], laissez les populations fixer elles-mêmes par référendum les taux d'imposition, taxez les individus et les entreprises de manière raisonnable. Ce n'est pas l'Etat qui assure la croissance, comme l'a montré la crise, mais l'économie."

Ne faudrait-il pas plutôt, tout simplement, réduire le périmètre de tous les Etats? Les cantonner dans les fonctions régaliennes?

 

Article repris du blog francisrichard.net    28 avril 2012

6 commentaires

  1. Posté par Andrea Edelman le

    « L’avantage de ne pas être dans l’UE »

    ou…

    « Espérons que les Suisses ne se laisseront pas avoir « à l’usure » par ces mêmes europhiles qui continuent à travailler , « par la bande » et à l’insu de notre plein gré , à un rapprochement incessant avec l’UE . »

    Trop tard mes potes ! Au cas ou vous n’auriez pas remarqué on a perdu nos frontières, et notre liberté de choisir ce qui va finir dans notre assiette et notre secret bancaire …

    Reste quoi ?

    Si la Suisse veut mettre un frein au chômage qui monte, à la criminalité violente qui monte, au coûts des assurances sociales qui explosent et aux valeurs qui foutent le camp.
    ELLE DOIT FERMER SES FRONTIÈRES. Et fissa.

    Regardez l’état actuel de la grande Europe et vous comprendrez pourquoi c’est mieux de rester la petite Suisse isolationniste.

  2. Posté par Marie-France Oberson le

    Les europhiles convoitent des postes à Bruxelles, comme certains » onuphiles » convoitaient des postes dans ce grand « Machin »..et les ont obtenus en récompense !
    Espérons que les Suisses ne se laisseront pas avoir « à l’usure » par ces mêmes europhiles qui continuent à travailler , « par la bande » et à l’insu de notre plein gré , à un rapprochement incessant avec l’UE .
    L’accord scandaleux dit du « cassis de Dijon » en est un exemple flagrant!
    Faisons en sorte que le peuple ait toujours son mot à dire sur les grandes décisions à prendre , mais aussi et surtout sur ce qu’il ne semble être que des accords, des « détails » de moindre importance, car c’est dans les détails, comme le disait Metternich en 1815 au Congrès de Vienne, que le diable se cache !

  3. Posté par Willy Favre le

    Toute l’europe nous traite de « paradis fiscal ».. Je pense que l’on est plutôt un pays à fiscalité modérée entourée d’enfers fiscaux.. Parce qu’en Suisse oui on paie des impôts, communaux, cantonaux, fédéraux.. bien sûr que ce n’est pas très agréable d’être ponctionné.. mais au moins on sait pourquoi ils sont employés et si nos voisins autour de nous ne sont pas capables de se remettre en question ça n’est pas notre problème… Le plus drôle c’est qu’on attaque la Suisse.. et le Delaware (USA), Guernsey et Jersey (UK), Monaco ? Andorre ?

  4. Posté par Heidi Staub le

    A défaut de ne pouvoir faire entrer la Suisse dans l’UE, Bruxelles cherche à nous affaiblir d’une autre manière. Je ne pense pas que la Suisse soit un vrai paradis fiscal. L’UE a besoin de beaucoup trop d’argent de notre part pour le FMI pour pouvoir renflouer les états membres, celà devient une véritable escroquerie. On peut supposer qu’au passage, le FMI y gagne sur le dos des pays membres ou non. On ne compte pas les paradis fiscaux auxquels Bruxelles ne touche pas. Si un jour la Suisse fait partie de l’UE, Bruxelles fera en sorte de l’endetter, la suite, ce sera comme la Grèce. En ce moment, le Royaume-Uni est « rappelé à l’ordre par Bruxelles », car il veut renvoyer des migrants parce qu’ asphyxié par le nombre et le coût.

    Inquiétant aussi les entreprises qui délocalisent en Allemagne et ailleurs, et je crains que celà ne continue. Dans ce cas, on ne pourra plus absorber le chômage européen. Je pense à ces pauvres grecs qui sont au chômage et parte ailleurs en Europe à cause d’immigrés qui ont eût les jobs !

    P.S. L’avantage de ne pas être dans l’UE nous donne une marge de manoeuvre et si on dit non, on ne peut guère nous forcer, nous sanctionner peut-être. Franchement, il est temps d’arrêter à céder. On a pu remarquer aussi que si nous étions dans l’UE, on aurait dû accepter sans broncher des revendications contraires aux droits fondamentaux d’une démocratie et d’un état souverain. a

  5. Posté par Robyr Julien le

    Dans un sens, il est bénéfique de voir à quel point la Suisse se fait tirer dessus au Conseil de l’Europe. Ce dernier épidose n’est de loin pas une première, ce Conseil a également adopté (il y a 1-2 ans) une résolution contre « l’islamophobie », condamnant le vote populaire suisse interdisant les minarets; à l’époque, même les élus UDC représentants la Suisse au Conseil de l’Europe (dont A. Bugnon) avaient approuvé cette résolution, ce qui montre à quel point nos chers élus sont perdus une fois qu’ils sont à Strasbourg. Qu’Andreas Gross remette ça et salisse son propre pays à l’heure de la guerre fiscale n’a rien d’étonnant, ses camarades socialistes aux chambres fédérales en font de même depuis belle lurette, à tel point que ça ne choque même plus personne.
    Une fois de plus, l’on constatera que, malgré toutes les courbettes de nos Conseillers fédéraux envers Bruxelles et compagnie, la Suisse a tout à gagner à ne pas être membre de l’UE. Elle n’arrive même pas à faire entendre sa voix au Conseil de l’Europe. Alors certes, elle n’y a que 6 élus sur 636, mais la proportion serait la même au Parlement européen si la Suisse était membre de l’UE. Et ne parlons pas de la Commission européenne.
    Certes, en tant que membre de l’UE, la Suisse pourrait « prendre part aux discussions » prises à Bruxelles, ça peut effectivement paraître sexy; mais les décisions, ce seront toujours les autres qui les prennent, en ce moment rien ne se fait sans le consentement de « Merkozy ». Quand on voit que ces deux-là sont parvenus (presque à eux seuls) à installer un gouvernement de technocrates aussi bien en Grèce qu’en Italie (sans légitimation populaire donc), on n’a pas envie de deviner la suite.
    Quand à cette résolution sur les « paradis fiscaux », ce n’est rien de plus qu’une intimidation visant à éliminer un concurrent gênant. Il est évident qu’on n’allait pas épingler les hedge-funds au risque de fâcher la Grande-Bretagne, qui elle pèse un peu plus que la petite Suisse.

  6. Posté par Ueli Davel le

    A. Gross est l’ennemi no. 1 de la Suisse. Il la sabote par tout ou il peut. Elu zurichois Il vit et travaille à St Ursanne. La presse alèmanique l’ignore. Selon la presse, il est champion des notes de frais à 6 chiffres payées par les contribuables. Les médias Romands, eux ne rattent pas une occasion de l’inviter, de le placarder! C’est vraiement bizard! Est
    se par manque de politiciens gauchistes romands? J’aimerais connaître un ouvrier, seulement un qui le soutient, lui si proche des petites gens.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.