Les USA vont transférer leur ambassade à Jérusalem – Et alors ?

Michel Garroté
Politologue, blogueur
Trump-1

Israel-girl-28

   
Michel Garroté  --  Je lis avec plaisir que le député français Gilbert Collard approuve la décision de Trump à propos de Jérusalem. Je lis avec autant de plaisir que l'analyste Daniel Pipes a tout récemment écrit : "Trump reconnaît Jérusalem comme la capitale d’Israël : qu’est-ce que cela signifie ? L'obsession palestinienne, arabe et musulmane pour Jérusalem ne découle pas d'un intérêt religieux pour la ville mais du désir de la contrôler. Là où les sionistes posent le pied, les Palestiniens suivent. La décision de Trump a été aussitôt vivement dénoncée par le pape, le secrétaire général de l'ONU, les dirigeants européens, Ankara et Téhéran, les islamistes, la gauche et les Palestiniens", note Daniel Pipes. Cela dit, la plupart des Etats arabes, bien qu'ils se soient un brin agités, sont restés relativement calmes : il est vrai qu'en ce moment, ils ont d’autres priorités...
-
De son côté, le chroniqueur Jean-Pierre Bensimon signale : Quiconque a pris connaissance des propos de Trump sait qu’il a borné sa décision par une série de restrictions. Citons-le : "Nous ne prenons pas position sur les questions du statut final, ni sur les limites spécifiques de la souveraineté israélienne à Jérusalem, ni sur le tracé des frontières contestées. Ces questions sont laissées aux parties impliquées". Trump ne parle pas de Jérusalem unifiée. Il reconnait la capitale mais s’abstient de toute estimation sur le périmètre exact de la souveraineté israélienne à Jérusalem. Il laisse donc les négociations totalement ouvertes aux parties impliquées. Mieux, il déclare que les États-Unis sont favorables à une solution à deux États, si les deux parties en conviennent, précise Jean-Pierre Bensimon.
-
Donald Trump a donc décidé de transférer l'ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem, pour la simple et bonne raison que cette ville est la capitale d'Israël. Je ne vois pas de quel droit les journalistes et les dirigeants européens manifestent bruyamment leur désaccord. Ce qui devrait les émouvoir, ce n'est pas ce transfert. Ce qui devrait les émouvoir, c'est le fait que  les Arabes n’ont jamais abandonné le rêve de détruire Israël.
-
À ceux qui seraient si sûrs que l’existence de la « Palestine » remonte très loin dans l’Histoire, je suppose qu’ils sont capables de répondre aux questions qui suivent sur ce pays, la « Palestine » (texte de Yashiko Sagamori traduit par Marcoroz) : 1) Quand a-t-elle été fondée, et par qui ? 2) Quelles étaient ses frontières ? 3) Quelle était sa capitale ? 4) Quelles étaient ses principales villes  ? 5) Qu’est-ce qui constituait la base de son économie ? 6) Quelle était la forme de son gouvernement ? 7) Pouvez-vous nommer un chef palestinien avant Arafat ? 8) La Palestine a-t-elle déjà été reconnue par un pays dont l’existence, à l’époque ou aujourd’hui, ne laisserait aucune place à l’interprétation ? 9) Quelle était la langue de la Palestine ? 10) Quelle était la religion dominante en Palestine ? 11) Quel était le nom de sa monnaie ? Choisissez une date dans l’Histoire, et citez le taux de change à cette date de la monnaie palestinienne contre le dollar US, le mark allemand, la livre britannique, le yen japonais ou le yuan chinois. 12) Quels objets archéologiques les Palestiniens ont-ils laissés ? 13) Connaissez-vous une librairie où l’on pourrait trouver une oeuvre littéraire palestinienne produite avant 1967 ? 14) Enfin, puisqu’un tel pays n’existe plus, quelle aurait été la cause de sa « disparition », et quand aurait-il disparu ?, demande Yashiko Sagamori.
-
Et si cette population que vous appelez par erreur « palestinienne » n’est pas seulement constituée d’Arabes génériques mais en grande partie d’Arabes provenant ou plutôt expulsés du monde arabe alentour (rappelons que « sous le mandat anglais plus de 200'000 sont venues d'Arabie précisément, pour s’installer avec promesses d'un monde meilleur »), si elle possède vraiment une identité ethnique qui lui donnerait un droit à l’autodétermination, pourquoi n’a-t-elle jamais essayé d’accéder à l’indépendance avant qu’Israël n’inflige aux Arabes une cuisante défaite lors de la guerre des Six-jours ?, demande encore Yashiko Sagamori.
-
Évitons d’invoquer un lien entre les « Palestiniens » actuels et les Philistins de la Bible : substituer l’étymologie à l’Histoire n’a aucun sens. La vérité devrait être évidente pour qui veut la connaître. Les Arabes n’ont jamais abandonné le rêve de détruire Israël : ils continuent de le chérir. N’ayant pu détruire Israël par la force militaire, ils tentent aujourd’hui de le faire par procuration. À cette fin, ils ont créé une organisation terroriste qu’ils ont appelée non sans cynisme le « peuple palestinien » et qu’ils ont installée à Gaza, en Judée et en Samarie. Autrement, comment expliquez-vous le refus par la Jordanie et l’Égypte, après la guerre des Six-jours, d’accepter inconditionnellement de reprendre l’une la « Cisjordanie » et l’autre Gaza ?
-
Le fait est là, la population arabe de Gaza, de Judée et de Samarie est bien moins fondée à revendiquer un statut national, que la tribu d’Indiens américains qui s’est rassemblée avec succès dans le Connecticut pour y créer un casino détaxé : Au moins cette tribu était-elle motivée par un but constructif. Tandis que les soi-disant « Palestiniens », eux, n’ont qu’une motivation : la destruction d’Israël, et de mon point de vue, cela ne saurait suffire à faire d’eux une nation ni rien d’autre à l’exception de ce qu’ils sont vraiment : une organisation terroriste qui finira par être démantelée.
-
Les recensements concernant la population de Jérusalem effectués par les Autorités Ottomanes à partir de 1860 ainsi et par la Grande Bretagne sous son Mandat sur la Palestine (1920-1948) montrent que la population juive était majoritaire à Jérusalem. Le lendemain de sa proclamation d’indépendance le 14 mai 1948 la Légion Arabe Jordanienne commandée par Glubb Pasha attaqua Jérusalem vidant la Vieille Ville des Juifs ,détruisant toutes les synagogues (plus de 50) , utilisant les pierres tombales juives comme latrines et interdisant aux Juifs de prier au Mur Occidental ( Le Kotel Hamaaravi) pendant les 19 ans de son occupation sans aucune condamnation de la part de l’ONU pour ces méfaits. C’est en 1949 après l’armistice signé entre la Jordanie que le terme  » Jérusalem-Est » apparut pour la première fois dans l’histoire plusieurs fois millénaire de Jérusalem.
-
Si Jérusalem-Est était « entièrement arabe » jusqu’en 1967, c’est parce que l’armée jordanienne en avait expulsé pendant la guerre de 1948 les milliers juifs qui y vivaient majoritairement depuis des siècles, leurs lieux saints leurs demeurant interdits jusqu’en 1967. La Jordanie avec sa Légion Arabe, après avoir vaincu et expulsé les juifs, a occupé physiquement sans droit Jérusalem-Est tout en leur interdisant de venir prier sur leurs lieux sacrés, largement dévastés.
-
La candidate malheureuse à la Maison Blanche, Hillary Clinton, a elle-même défendu la position actuelle de Donald Trump. En 1999, alors First Lady, elle considérait ainsi Jérusalem comme la “capitale éternelle et indivisible d’Israël” et avait juré de se faire “un défenseur actif et engagé” du transfert de l’ambassade américaine, en cas d’élection au siège de sénateur de l’État de New York. Son mari Bill, alors candidat à la Maison Blanche, avait lui aussi promis, en 1992, de reconnaître Jérusalem comme capitale de l’État hébreu.
-
Le candidat démocrate Barack Obama avait, lui aussi, défendu l’actuelle décision du président Trump. “Tout accord négocié avec le peuple palestinien doit préserver l’identité d’Israël en tant qu’État juif, doté de frontières sûres, reconnues et défendables, déclarait-il, le 4 juin 2008, dans un discours prononcé devant l’AIPAC, une association pro-israélienne aux États-Unis. Et Jérusalem restera la capitale d’Israël et elle doit rester indivise”, avait ajouté Obama.
-
En fait, c’est le Congrès américain en 1995, sous Bill Clinton, qui a pris quasi unanimement cette disposition législative en ordonnant par voie de conséquence le transfert de l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem. Ce n’est que pour des raisons de sécurité que les présidents américains successifs ont temporisé. Obama le bien-aimé en 2008, lors d’une visite, a rappelé que pour l’Amérique : « Jérusalem était la capitale d’Israël ». Il n’a pas déclenché le feu du ciel. La Russie, en avril dernier, a prononcé le même credo sans que le ciel ne tombe sur la tête de Poutine. Les Etats-Unis vont transférer leur ambassade à Jérusalem. Et alors ?
-
Michel Garroté pour LesObservateurs.ch
-

3 commentaires

  1. Posté par MC Foreign-Office le

    On comprend mieux :

    Accord nucléaire avec l’Iran: révélations sur un scandale lié à Barack Obama

    Si les informations publiées par le site américain Politico sont exactes, il s’agira de l’un des plus grands scandales politico-judiciaires de l’ère Obama dans lequel l’ancien président lui-même pourrait être impliqué. En tout cas, ces révélations ont déjà fait le tour du monde et suscitent de très nombreuses réactions.

    Dans un long article (https://www.politico.com/interactives/2017/obama-hezbollah-drug-trafficking-investigation/), le journaliste Josh Meyer dévoile les conclusions d’une longue enquête qui indique que l’Administration Obama, jusqu’au plus haut niveau, a fait stopper une opération de longue date menée par le Drug Enforcement Administration qui visait à démasquer les filières de drogue, de blanchiment d’argent et de trafic d’armes par le Hezbollah sur le territoire américain. Toutes ces activités rapportaient en gros un milliard de dollars par an à l’organisation terroriste qui ne s’en servait pas pour offrir des bourses à des étudiants…

    Cette opération appellée « Cassandra » avait été lancée par le DEA après que ses services aient constaté que le Hezbollah, en plus de ses activités terroristes était devenu un véritable syndicat international du crime avec des ramifications en Europe occidentale, en Afrique occidentale, en Amérique latine et aux Etats-Unis. Cette longue et minutieuse enquête faite de filatures, écoutes téléphoniques, recueils de témoignages, recoupements d’informations avait occupé une trentaine d’agents pendant huit ans et était sur le point d’aboutir à de nombreuses arrestations et des actes d’accusations devant la justice américaine. Mais elle a été brusquement stoppée par des hauts fonctionnaires de l’Administration Obama – très probablement sous l’ordre direct du président – afin de ne pas mettre l’Iran dans l’embarras et ne pas risquer de faire capoter l’accord sur le nucléaire que le président tenait à tout prix à signer.

    Selon David Asher, enquêteur au ministère américain de Justice et collaborateur à l’Opération Cassandra, la décision de mettre fin à cette enquête était « de nature entièrement politique et commanditée depuis la Maison-Blanche ». Il souligne que plus on avançait vers la signature de l’accord sur le nucléaire, plus les opérations sur le terrain se faisaient rares jusqu’au moment où tout a été stoppé « avant qu’il ne soit trop tard ».

    En clair, un président américain a fait barrage à une opération de police et justice pour des raisons politiques en faveur d’une organisation terroriste qui introduisait de la cocaïne dans son pays, se livrait à des opérations de blanchiment d’argent et de trafic d’armes et, tout aussi grave, a permis à financer la fabrication d’armement chimique dont s’est servi Bachar El-Assad contre sa propre population. Et lorsque l’on se rend compte qu’il s’agissait aussi de ne pas froisser l’Etat-terroriste d’Iran pour signer absolument cet accord irresponsable, on se rend compte des dégâts causés par ce président adulé en Europe.

    En Israël, seul Yaïr Lapid a réagi pour l’instant: « Si ces informations sont exactes, le président Barack Obama doit sans délai rendre le prix Nobel de la paix qui lui a été décerné »-

    Il est fort à parier que les semaines et les mois passant, de nouvelles révélations seront faites sur ce qu’était en réalité Barack Hussein Obama et quels étaient ses objectifs en politique étrangère. Elles expliqueront encore mieux son attitude hostile envers Israël et Binyamin Netanyahou.

  2. Posté par Vautrin le

    Excellent ! Voilà un rappel utile des faits historiques et contemporains.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.